Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48Chronique des fouilles médiévales...VII. – Diverses chroniquesVII. 1. – Opérations de terrainTende (Alpes-Maritimes). Minière ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
VII. – Diverses chroniques
VII. 1. – Opérations de terrain

Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria

Responsable d’opération : Bruno Ancel
p. 339-340

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : association Neige et Merveilles

Texte intégral

1Depuis 2009, la Minière de Vallauria est le cadre d'un programme d'étude et de mise en valeur patrimoniale piloté par l'association Neige & Merveilles, qui gère ce site, reconverti en centre d'hébergement et d'animation. Ce dernier a fait l'objet d'une importante exploitation au Moyen Âge central, puis aux époques moderne et contemporaine, de 1750 à 1930.

2Après sept campagnes de fouilles archéologiques programmées, l'étendue de la mine est désormais bien circonscrite dans l'espace et l'activité est datée des xie-xiie s. Malgré l'importance de la reprise moderne et l'effondrement général de la zone d'affleurement, plus de 120 m2 de sol rocheux, correspondant à l’exploitation ancienne, ont été dégagés et échantillonnés pour développer des approches archéobotanique et paléoenvironnementale. Ces données de fouille, confrontées aux observations et aux relevés de la cavité minière, nous permettent à présent de bien caractériser l'exploitation. Elles nous conduisent à échafauder des hypothèses sur le mode opératoire d'un abattage par le feu à grande échelle et sur un partage du champ minéralisé en concessions indépendantes.

3La fouille souterraine a concerné cette année deux zones proches de l'ouverture originelle de l'exploitation. La première est une spacieuse galerie de recherche médiévale, près de l’entrée du Pozzetto, réutilisée lors de la reprise du xviiie s. pour y stocker des remblais provenant de la réouverture d'une entrée par l'intérieur de la mine. La seconde est un couloir muraillé près de la galerie d'exhaure de San Felice, surmonté d'une plateforme en bois, qui correspond, comme cette dernière, a des travaux de désobstruction du xviiie s. à travers l'éboulement d'une chambre médiévale sous l'affleurement. En 2018, la fouille devrait concerner le sol médiéval de ces deux zones.

4Pour les périodes moderne et contemporaine, la recherche documentaire révèle une histoire complexe avec trois grandes périodes, subdivisées en une quinzaine de phases. En 2017, le relevé en plan du réseau souterrain s'est achevé dans les niveaux profonds de la mine qui concernent la dernière période, celle du xxe s. Au total, le réseau souterrain se développe sur près de 15 km et la zone d'exploitation couvre une surface de 600 × 200 m. Une confrontation avec les documents d'archive a été commencée mais il convient encore de dresser des coupes verticales de la mine pour bien reconstituer la dynamique de l'exploitation. La mine moderne conserve plus de 150 structures en bois, assez faciles d'accès, relatives aux équipements miniers qui ne sont pas toujours bien documentés dans les livres et les archives des xixe et xxe s. En particulier, on dénombre 70 systèmes de transfert vertical des remblais ou des minerais, composés chacun d'une cheminée et d'une trémie, une dizaine de descenderies et de puits équipés d'escaliers ou d'échelles, deux plans inclinés et 10 puits d'extraction : un ensemble dont l'analyse va permettre de reconstituer l'évolution de la circulation des matériaux et du personnel sur les 80 dernières années d'exploitation. Une analyse dendrochronologique a été commencée par Vincent Labbas sur ce formidable gisement de bois modernes très bien conservés et les premiers résultats attestent de l'importance du réemploi dans la mise en œuvre de structures porteuses.

5Les travaux d'aménagement en cours concernent à la fois un circuit de découverte sur l'établissement moderne, un sentier d'accès aux entrées de San Felice et du Pozzetto et un circuit souterrain dans les chantiers miniers du Moyen Âge et des xviiie, xixe et xxe s. Une ouverture au public est envisagée pour 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Ancel, « Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria »Archéologie médiévale, 48 | 2018, 339-340.

Référence électronique

Bruno Ancel, « Tende (Alpes-Maritimes). Minière de Vallauria » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17842 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.17842

Haut de page

Auteur

Bruno Ancel

Traces UMR 5608

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Ancel

Traces UMR 5608

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search