Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2017
VII. – Diverses chroniques
VII. 1. – Opérations de terrain

Val-Suzon (Côte-d'Or). Les Maisons blanches

Responsable d’opération : Rémi Landois
p. 340

Entrées d’index

Année de l'opération :

2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de la fouille : ArTeHiS UMR 6298

Texte intégral

1Un sondage a été réalisé en avril 2017 sur une garenne à lapins médiévale, située en lisière de forêt au lieu-dit les Maisons blanches, près du hameau de Sainte-Foy (commune de Val-Suzon). Cinq tertres rectangulaires ont été repérés grâce à l'analyse des données Lidar acquises sur l'ensemble du massif forestier du val Suzon. Les monticules sont installés en pied de versant et présentent une morphologie proche d'une plateforme, avec un sommet plat et une pente plus marquée vers l'aval. Leurs dimensions varient entre 5 et 10 m pour la longueur et 4 et 7 m pour la largeur. L'élévation au centre des tertres ne dépasse pas 1 m. La surface externe des structures ne donne aucun indice sur leur fonction. En février 2017, une prospection magnétique a été menée sur deux des garennes. Les résultats ont permis d'identifier plusieurs anomalies magnétiques à l'intérieur des tertres, indiquant la présence d'aménagements internes en pierre.

2Le sondage s'est étendu sur une emprise de 17 m² et n'a concerné que la moitié d'une des garennes. Plusieurs dalles ont été mises au jour sous une couche de près de 40 cm d'argile et de graviers. Ces dalles calcaires sont juxtaposées et alignées les unes à la suite des autres, dessinant un dallage géométrique. Elles constituaient la couverture d'un réseau de galeries artificielles, creusées pour accueillir des lapins élevés en semi-liberté. Les galeries sont aujourd'hui totalement comblées par un sédiment argileux assez meuble, mais qui permet tout de même de retrouver leur emplacement.

3Un tronçon du réseau de galeries mises au jour s'étend vers l'extérieur du tertre. Il s'agit visiblement d'un accès dont la structure en pierre a été renforcée par deux blocs sur chant soutenant la dalle du « toit ». L'intégralité du dallage n'a pas été dégagée et le plan des galeries reste incomplet mais il ne fait aucun doute qu'il s'agit bien d'une garenne à lapins.

4Un charbon découvert dans l'assise de la garenne, sous le niveau des galeries et du dallage, a pu être daté. La construction des garennes serait donc postérieure au xiiie s. Par ailleurs, ces garennes sont mentionnées dans un document d'archives de 1568 (Archives Départementales de Côte-d'Or – G 1224), où elles apparaissent comme étant toujours fonctionnelles. Elles sont en revanche absentes des plans du xviiie s., où seule la forêt est figurée.

5Ce sondage s'inscrit dans le cadre d'un travail de recherche doctorale, sous la direction de Jean-Pierre Garcia (université Bourgogne Franche-Comté) et de Corinne Beck (université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis), concernant l'histoire du territoire forestier du Val Suzon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Landois, « Val-Suzon (Côte-d'Or). Les Maisons blanches », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 340.

Référence électronique

Rémi Landois, « Val-Suzon (Côte-d'Or). Les Maisons blanches » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17846

Haut de page

Auteur

Rémi Landois

ArTeHiS UMR 6298

Haut de page

Responsable d’opération

Rémi Landois

ArTeHiS UMR 6298

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals