Navigation – Plan du site
Bulletin critique

S. Gelichi, S. Cadamuro, A. Cianciosi, (dir.), In limine. Storia di una comunità ai margini della laguna

Morana Čaušević-Bully
p. 346-347
Référence(s) :

S. Gelichi, S. Cadamuro, A. Cianciosi, (dir.), In limine. Storia di una comunità ai margini della laguna, Florence, 2018, 112 p.

Texte intégral

1L’ouvrage « In limine » est publié dans la collection de l’enseignement d’archéologie médiévale du département des études en sciences humaines de l’Université Ca’Foscari de Venise. La collection est dirigée par Sauro Gelichi, sous le contrôle d’un comité scientifique international composé de huit membres.

2Cet ouvrage bilingue (italien et anglais) est le fruit d’une riche collaboration impliquant dix-neuf auteurs. Les contributions sont réparties dans cinq grands thèmes, suivis par une conclusion générale proposée par Sauro Gelichi.

3La publication fait état des principaux résultats, sous la forme de courts comptes rendus et d’une première esquisse de synthèse, d’un projet archéologique portant sur l’ancien Equilo, territoire lagunaire de l’Adriatique du Nord aux marges d’une puissance émergente durant le haut Moyen Âge :Venise. Ce projet s’inscrit pleinement dans une politique de recherche développée ces dernières années par l’Université Ca’ Foscari portant sur l’histoire de Venise, et plus particulièrement, sur ses origines, à travers une nouvelle prise en compte de son territoire et de son environnement (cf. fouilles récentes de Torcello). Les recherches s’inscrivent dans la continuité des investigations conduites dans les années 1980 sous la direction de W. Dorigo.

  • 1 Il faudrait sans doute chercher des informations plus détaillées dans les autres publications prop (...)

4Portées par l’équipe de Ca’ Foscari, les études archéologiques ont été menées en collaboration avec des équipes des universités de Padoue (recherches géo-archéologiques) et de Sienne (analyses géophysiques). Ainsi, contrairement aux travaux antérieurs menés sur ce même site qui avaient adopté une approche « monographique », la nouvelle approche pluridisciplinaire orchestrée par l’équipe de Ca’ Foscari s’est intéressée au peuplement de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en adoptant une lecture à plusieurs échelles spatiales, allant du site archéologique jusqu’à un large territoire. L’ouvrage présente ainsi une approche véritablement interdisciplinaire où les données de l’archéologie « classique », combinées avec les résultats des études paléo-environnementales et surtout géo-archéologiques, donnent les clés de lecture de l’évolution d’un cadre naturel et anthropique dont la compréhension est cruciale pour un site lagunaire comme celui d’Equilo. Devant un tel dossier, on regrettera cependant la brièveté du propos et l’absence d’un réel développement archéologique, remplacé par des résumés des résultats, en outre dénués d’un appareil critique et bibliographique1.

5 Il faudrait sans doute chercher des informations plus détaillées dans les autres publications proposées par les auteurs, tel que : S. Cadamuro, A. Cianciosi et C. Negrelli, « The Insula Equilus : A Lagoon Community in the Early Middle Ages », in G. Sauro, G. Stefano, (éds.), Venice and Its Neighbors from the 8th to 11th Century. Through Renovation and Continuity, The Medieval Mediterranean, peoples, economies and cultures, 400-1500, vol. 111, Leiden-Boston, Brill, 2018, p. 90-115 ; Ibid., « Nuove comunità lagunari tra l’età di transizione e l’alto medioevo: i casi di Jesolo e Cittanova », Reti Medievali Rivista, vol. 16/2, 2015, p. 151-195.

  • 2 W. Dorigo, Venezie sepolte nella Terra del Piave. Duemila anni tra il dolce e il salato, Rome, 199 (...)

6La courte introduction de Sauro Gelichi donne au lecteur l’essentiel des informations sur le contexte et l’historiographie du site. Equilo est une des petites îles du lagon de Venise « in limine », en « marges » de son territoire. En revanche les recherches conduites dans les années cinquante, puis quatre-vingt du xxe siècle, appuyées par le résultat des dernières études démontrent que son rôle est loin d’être marginal. Selon l’auteur, ce constat est en rupture avec l’historiographie classique et quasi mythique sur les origines de Venise. Les recherches engagées par l’équipe de la Ca’Foscari s’appuient donc sur le constat, en préalable, de l’importance du site dans le passé en raison, d’une part, de sa fonction portuaire au haut Moyen Âge (selon un texte du xe siècle), et d’autre part, de la présence d’un siège d’évêché au moins depuis le ixe siècle (et jusqu’en 1466). En outre, S. Gelichi considère qu’Equilo conserve encore un potentiel archéologique considérable et largement sous-exploité, comme le démontrent d’anciennes découvertes de pavements mosaïqués appartenant à des églises antérieures à la dernière cathédrale romane (publiées par W. Dorigo2), des sarcophages de familles dirigeantes – notamment celui du tribun Antoninus – ou encore le monastère haut médiéval de Saint-Maur.

7 W. Dorigo, Venezie sepolte nella Terra del Piave. Duemila anni tra il dolce e il salato, Rome, 1994.

8Les prospections géophysiques ont permis de cerner l’extension du site et de définir l’emprise et la stratégie de fouille sur un secteur désormais connu sous l’appellation de « mansio ».

  • 3 La large fourchette chronologique comprise entre les viie et viiie siècles est proposée dans une p (...)

9En effet, dans une longue séquence chronologique de l’occupation du site, une mansio de l’Antiquité tardive est la première structure clairement identifiée. Cette interprétation résulte à la fois de l’analyse des vestiges et de la prise en compte du contexte de ce type de structure, le long d’une importante route de navigation dans la lagune. En revanche, on regrettera que les possibles liens entre cette mansio et un lieu de culte du ve siècle – dont les vestiges sont attestés sous la cathédrale médiévale – ne soient quasiment pas exposés dans les chapitres analytiques. L’espace occupé pas la mansio jusqu’à sa destruction située dans la deuxième moitié du ve siècle est remplacé par l’aménagement d’une zone funéraire des vie-viie siècles. Les auteurs ont choisi d’aborder cette nouvelle phase par une approche anthropologique, au sens social et physique. Ainsi, la deuxième église d’Equilo, datée par le passé du viie siècle, est exploitée ici uniquement à travers des inscriptions évergétiques dont les dédicants sont identifiés parmi les défunts découverts à proximité. On peut seulement regretter qu’aucune étude renouvelée de l’architecture de l’église n’ait été proposée par l’équipe, ce qui aurait pu, à notre sens, en appliquant des nouvelles méthodes et en engageant de nouvelles réflexions, contribuer largement à la compréhension plus globale du site. Dans la conclusion, S. Gelichi revient cependant sur la question cruciale du rôle de cette église dans la réorganisation du peuplement du territoire d’Equilo haut-médiéval. Il propose dans sa courte synthèse non seulement une relecture du rôle, mais aussi de la datation et de la fonction de cet édifice. En revenant sur la question de l’évêché d’Equilo et sur la date de son établissement, il suggère que cette église ne pouvait pas être épiscopale en raison de son caractère privé, attesté par la présence des inscriptions dédicatoires (réflexion étonnante en somme, car il est bien connu que les cathédrales peuvent être dotées de mosaïques dites évergétiques). Quant à la datation, on passe au fur et à mesure de la lecture de la datation traditionnelle du viie siècle (d’après la mosaïque) à une nouvelle proposition au vie siècle qui s’accorde mieux avec les données archéologiques de la nécropole. Il en est de même pour le sarcophage d’Antoninus, qui passe quant à lui des viieviiie siècles3 au ixe siècle. Ces nouvelles datations résultent plus d’un ajustement chronologique aux découvertes récentes, que d’une analyse épigraphique, stylistique ou même archéométrique approfondie.

10 La large fourchette chronologique comprise entre les viie et viiie siècles est proposée dans une première publication : F. sartori, « Antoninus Tribunus in una epigrafe inedita di Jesolo (Venezia) », in Adriatica praehistorica et antiqua. Zbornik radova posvečen Grgi Novaku, éd. Duje Rendić-Moičević, Vladimir Mirosavljević et Mate Suić, Zagreb, 1970, p. 587-600. La datation plus basse, à la fin du viiie siècle, est quant à elle proposée par W. Dorigo, « La scultura altomedievale venetica nel contesto altoadriatico », Venezia Arti, 15/16, 2001-2002, p. 5-32.

11Comme le constate S. Gelichi lui-même, trop de questions restent ouvertes, sur la forme de l’habitat qui devrait fonctionner avec le cimetière, sur celle de l’église, sur les personnes mentionnées sur les sarcophages et les mosaïques, jusqu’à la date même de l’établissement de l’évêché, qui reste à l’heure actuelle hautement hypothétique et comprise dans une large fourchette entre le vie et le ixe siècle.

  • 4 https://www.unive.it/pag/16584/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=5948&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news (...)

12Au-delà des interrogations qui subsistent, il est plus regrettable que le monastère Saint-Maur soit seulement mentionné comme un simple fait topographique, alors qu’une rapide recherche bibliographique nous apprend qu’il s’agit là encore d’un complexe doté d’une église haut-médiévale à trois absides, et d’un ensemble de bâtiments détruits au xiie siècle. On peut espérer que la poursuite des recherches sur le monastère, commencée tout récemment par l’équipe de Ca’Foscari, viendra combler cette lacune4.

13https://www.unive.it/​pag/​16584/​?tx_news_pi1%5Bnews%5D=5948&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=9828318d788dcd3082680ba2049a1f23

14Ne doutons pas que dans un futur proche, la poursuite des recherches nous apprendra encore davantage sur cette île du lagon, dont les vestiges de deux complexes ecclésiaux et d’une communauté effervescente et prospère entre le ve et le xiie siècle témoignent de l’origine polynucléaire de la grande puissance maritime de Venise.

Haut de page

Notes

1 Il faudrait sans doute chercher des informations plus détaillées dans les autres publications proposées par les auteurs, tel que : S. Cadamuro, A. Cianciosi et C. Negrelli, « The Insula Equilus : A Lagoon Community in the Early Middle Ages », in G. Sauro, G. Stefano, (éds.), Venice and Its Neighbors from the 8th to 11th Century. Through Renovation and Continuity, The Medieval Mediterranean, peoples, economies and cultures, 400-1500, vol. 111, Leiden-Boston, Brill, 2018, p. 90-115 ; Ibid., « Nuove comunità lagunari tra l’età di transizione e l’alto medioevo: i casi di Jesolo e Cittanova », Reti Medievali Rivista, vol. 16/2, 2015, p. 151-195.

2 W. Dorigo, Venezie sepolte nella Terra del Piave. Duemila anni tra il dolce e il salato, Rome, 1994.

3 La large fourchette chronologique comprise entre les viie et viiie siècles est proposée dans une première publication : F. sartori, « Antoninus Tribunus in una epigrafe inedita di Jesolo (Venezia) », in Adriatica praehistorica et antiqua. Zbornik radova posvečen Grgi Novaku, éd. Duje Rendić-Moičević, Vladimir Mirosavljević et Mate Suić, Zagreb, 1970, p. 587-600. La datation plus basse, à la fin du viiie siècle, est quant à elle proposée par W. Dorigo, « La scultura altomedievale venetica nel contesto altoadriatico », Venezia Arti, 15/16, 2001-2002, p. 5-32.

4 https://www.unive.it/pag/16584/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=5948&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=9828318d788dcd3082680ba2049a1f23

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morana Čaušević-Bully, « S. Gelichi, S. Cadamuro, A. Cianciosi, (dir.), In limine. Storia di una comunità ai margini della laguna », Archéologie médiévale, 48 | 2018, 346-347.

Référence électronique

Morana Čaušević-Bully, « S. Gelichi, S. Cadamuro, A. Cianciosi, (dir.), In limine. Storia di una comunità ai margini della laguna », Archéologie médiévale [En ligne], 48 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/17929

Haut de page

Auteur

Morana Čaušević-Bully

Université de Franche-comté - UMR Chrono-Environnement, Besançon

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals