Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Bulletin critiqueMarie-Christine Bailly-Maître et ...

Bulletin critique

Marie-Christine Bailly-Maître et Marie-Élise Gardel (dir.), La pierre, le métal, l’eau et le bois : économie castrale en territoire audois (xie-xive siècles)

Frédéric Boutoulle
p. 345-347
Référence(s) :

Marie-Christine Bailly-Maître et Marie-Élise Gardel (dir.), La pierre, le métal, l’eau et le bois : économie castrale en territoire audois (xie-xive siècles), Carcassonne, Société d’études scientifiques de l’Aude, 2007, 262 p., 151 illustrations noir et blanc, ISBN : 978-2-9531120-0-9, prix : 20 €.

Texte intégral

1Inquiétudes légitimes des sociétés actuelles, l’économie et l’environnement préoccupent aussi archéologues et historiens dans leurs analyses du passé. La pierre, le métal, l’eau et le bois apporte à cette orientation historiographique une importante contribution. L’ouvrage est la publication des travaux, réunis par Frédéric Loppe, du PCR 25 dont le volume reprend l’intitulé. Les vingt-sept chercheurs qui composent l’équipe, sous la coordination de Marie-Élise Gardel et Marie-Christine Bailly-Maître – connues notamment pour leurs travaux sur le castrum de Cabaret et sur les activités extractives dans le Midi –, sont archéologues et historiens médiévistes, spéléologues, géologues, conservateurs, artisan-maçon, ou spécialiste d’archéomatériaux. À partir de sept castra du département de l’Aude, quatre dans la Montagne Noire (Cabaret à Lastours, Montserrat à Cabrespine, Saint-Martin-le-Viel, Ventajou à Félines-Minervois) et deux dans les Corbières (Albières, Molhet à Padern), ce programme collectif de recherche mène une étude originale dans son objet et, par sa méthode, largement interdisciplinaire.

2Il s’agit en effet d’appréhender un pan méconnu de l’idéal-type du castrum méditerranéen, dont l’étude et la fouille, quand elles englobent les territoires castraux, se limitent habituellement aux habitats ou s’ouvrent, au mieux, aux activités agricoles par le recours aux spécialistes de paléo-environnement. In fine, l’archéologie des districts castraux, à dominante agraire, laisse trop souvent dans l’ombre les activités artisanales et industrielles, alors qu’en Toscane le regretté Riccardo Francovitch a montré que la filière extractive et métallurgique n’échappait pas au contrôle des castra. Les territoires de la montagne audoise, assez pauvres d’un point de vue agricole, n’étant avares ni en richesses minérales ou minéralogiques ni en castra, il paraissait évident de mieux cerner les richesses de l’« économie castrale », afin notamment de comprendre l’impression de décroissance née de l’examen des sites abandonnés entre le xiie et le xive siècle.

3L’ouvrage, édité par la Société d’études scientifiques de l’Aude, est organisé en trois chapitres, suivis d’une annexe, dans laquelle les sept sites sont présentés en deux ou trois pages. À l’image du nombre des domaines abordés, la bibliographie est copieuse et ne manque pas de faire état des travaux universitaires non publiés. Les notes, dans lesquelles figure le nom des auteurs de chaque contribution, sont renvoyées en fin de volume, ce qui n’en facilite pas la consultation. Après une préface où Monique Bourin replace les travaux du PCR 25 dans la continuité des recherches sur le castrum méditerranéen, l’introduction générale occupe les trente premières pages. Elle commence par une rapide présentation de l’histoire géologique de l’ensemble géographique, destinée à mieux comprendre les richesses minérales de son sous-sol, suivie par une conséquente introduction historique consacrée au Moyen Âge dans la région (p. 14-34). Cette introduction dresse une toile de fond aux sept castra sélectionnés pour l’étude, sans s’attacher à les suivre tous. Ils sont au contraire replacés dans de plus vastes ensembles, soit au sein des possessions princières et royales qui se les sont disputés, soit dans l’ensemble des castra languedociens (période d’érection, types de serments dont ils font l’objet, biens qui leur sont attachés, impact des aléas politiques…). D’emblée, avec des mentions précoces (585 pour Cabaret, période wisigothique pour Ventajou, 805 pour Molhet…), la profondeur chronologique s’impose. Les donations carolingiennes témoignent d’un intérêt précoce pour ces zones minières où les fiscs sont implantés, alors que l’on assiste, au xe siècle, aux prémisses de l’érection des forteresses qui ne sont pas forcément en pierre si l’on en croit la mention, en 934, de deux ligni motae près de Montaulieu. Le réseau castral du Carcassès et du Razès est ensuite engagé dans le jeu de bascule que mènent les vicomtes Trencavel, grands collectionneurs de châteaux (une centaine dans l’ensemble de leurs possessions), entre les comtes de Barcelone et ceux de Toulouse, ce qui nous vaut d’avoir des serments féodaux de leurs vassaux se jouant de ces rivalités et des descriptions, malheureusement peu précises, des termini dominés par les castra. Et là se pose une évidence en forme de question : compte tenu des bassins miniers (Ségala, Rouergue, Termenès) et des ateliers monétaires placés sous leur contrôle (Albi, Béziers, Carcassonne), quelle est la part des richesses minières expliquant l’exceptionnelle expansion des Trencavel ? La croisade des Albigeois, avec son cortège de destructions (Cabaret), consacre leur éviction et l’arrivée durable du roi de France. La mise en place de la sénéchaussée royale de Carcassonne est concomitante d’une transformation profonde du réseau castral : les destructions massives, pas forcément liées à la présence d’hérétiques, doivent être mises en relation avec, d’une part, la volonté de créer autour des châtellenies royales des zones de servitude militaire et, d’autre part, le désir de mettre la main sur des richesses minières. Cependant, le traité de Corbeil (1258) favorise le réaménagement de castra le long de la nouvelle frontière, alors que l’insécurité des années 1360 favorise la restauration des anciennes fortifications et la mise en place de nouvelles enceintes villageoises. Rédigée à trois mains, cette dense introduction historique aurait gagné à être plus harmonisée, notamment avec davantage de cartes pour mieux situer les castra étudiés au sein des ensembles successivement abordés et, de manière générale, avec des notes pourvues de références bibliographiques moins inégalement distribuées.

4Le premier chapitre, intitulé « Extraire », s’intéresse aux activités extractives et à l’exploitation des ressources naturelles : pierre, minerais et bois (p. 35-86). Que, dans ce pays montagneux et rocailleux, la pierre soit à l’honneur n’a rien d’étonnant. Celle-ci est distinguée selon qu’elle est importée de carrières plus lointaines, extraites sur place (voire dans le fossé comme à Albières) ou façonnée dans des meulières. La première catégorie est peu représentée, généralement réservée à des usages particuliers (comme l’encadrement des portes), sauf si à Ventajou c’est la totalité de la matière qui est importée. Quelques-unes de ces carrières, qui ne sont pas éloignées du site castral en raison des contraintes de transports (1 100 m à Ventajou) ont été minutieusement étudiées, comme celle de La Planette, pour laquelle le volume de matériaux extrait est estimé à 21 000 m3 sur deux siècles ! Le chapitre sur les meulières, à ce jour la première synthèse sur le sujet en territoire audois, est une véritable « odyssée minérale ». Il exploite l’archéologie et la documentation écrite jusqu’à l’époque moderne, ce qui nous vaut une étude sur les techniques, l’économie et la société des meuliers des xvie-xviiie siècles grâce aux baux et contrats notariés. Les preuves de la place de choix qu’elles occupent dans l’économie castrale valent donc surtout pour l’époque moderne. Le coût des meules (estimées à celui d’une petite maison au xviiie siècle) justifié par la longueur de leur élaboration (2 mois), et l’impossibilité de commercialiser au-delà de 40 km, a nécessité l’adoption d’une véritable organisation industrielle sur l’immense site de Saint-Julien-des-Molières, où l’extraction de quelque 5 000 meules à la remarquable dureté (1,33 tonne au cm2) a conduit à adopter une division du travail inconnue ailleurs. Les pages décrivent la chaîne opératoire, les techniques d’extraction et d’élaboration, le profil social des meuliers, jusqu’à l’arrivée des meules de La Ferté-sous-Jouarre apportées par le chemin de fer, sans manquer d’en appeler à la mise en valeur patrimoniale de quelques-unes de ces carrières les plus spectaculaires, tant il est vrai que les 200 000 visiteurs du site allemand de Mayen constituent une alléchante perspective. Après la pierre, les mines, puisque le territoire audois est connu dès l’Antiquité pour sa richesse en fer ou en argent. Pour cette « première approche de l’économie du métal en milieu castral audois », les textes fournissent des mentions précoces de l’exploitation minière, dès l’époque carolingienne, ou des preuves de l’intérêt de l’aristocratie régionale des xiie-xiiie siècles, comme celui de la famille de Termes. Mais les résultats qu’apporte l’archéologie minière demeurent partiels compte tenu des difficultés d’accès aux sites ou des destructions occasionnées par les exploitations ultérieures sur les aménagements médiévaux. Les anciennes prospections menées dans la mine d’argent et de cuivre de la Caunette (Lastours), notamment marquées par la découverte d’une inscription « 1366 » sur un chantier se prolongeant sous l’eau, ou par la preuve de l’existence de planchers médiévaux sous lesquels on stockait les stériles, suggèrent que les techniques présentées dans les ouvrages de la Renaissance sur l’abatage de la roche, la gestion des espaces souterrains ou celle des stériles étaient connues au Moyen Âge. Comme les deux domaines précédents, l’exploitation du bois est présentée comme « une première approche de la forêt audoise au Moyen Âge », mais, s’appuyant principalement sur la documentation écrite, cette sous partie est moins dense. Le lexique, les essences et les usages des bois (parmi lesquels les forges et les charbonnières) sont passés en revue, ce qui permet d’en arriver au constat non surprenant d’un souci de gestion de la forêt : par des mises en défens au xiie siècle, des règlements et des bornages aux xiiie et xive siècles, avec l’exemple intéressant d’un bornage effectué en 1341 pour délimiter l’aire d’usage de deux communautés et à propos duquel on se demande ce qu’il est advenu du massif ainsi protégé.

5Le deuxième chapitre, intitulé « Transformer », développe les techniques de transformation des matériaux vues précédemment (p. 87-138). De la pierre sont d’abord vus les moellons majoritairement utilisés sur les sites castraux, leurs modes d’équarrissage, les assises, le type d’appareil (avec un opus spicatum et des blocs cyclopéens à Albières) ; quant aux pierres de taille fabriquées en faible quantité depuis les carrières extérieures, elles sont réservées à l’encadrement des portes, aux linteaux et aux claveaux, avec des faciès qui, à Ventajou, varient selon que l’on est dans l’église Saint-Nazaire ou dans la zone castrale. La fabrication et la mise en œuvre de la chaux conduisent à des analyses moins descriptives grâce aux cartes qui font nettement ressortir les différences de qualité du mortier dans l’habitat villageois ou sur les édifices les plus prestigieux du castrum (p. 90). Pour étudier la fabrication de la chaux et dépasser le laconisme des textes qui se limitent à enregistrer des autorisations (accord de 1331), les conclusions extraites des restes d’un four à chaux de Félines-Minervois datant du début du xxe siècle devraient être examinées avec circonspection, d’autant que les estimations de coût horaire qui en sont tirées sont ensuite réinvesties pour calculer le temps de construction des 125 m de l’enceinte d’Albières : pour 3 074 m3 de mur et une estimation de 141 tonnes de chaux, cela représenterait un total de 3 228 journées, soit pour un seul four 8 ans. Plus assurée, l’étude granulométrique révèle des mortiers parfaitement dosés (230 kg/m3) et des sables provenant des cours d’eau des environs. Sur la transformation du bois, aucune des charbonnières – signalées ou non par les textes, les traditions orales et la toponymie – n’a été identifiée et étudiée. En revanche, les analyses paléobotaniques menées sur les charbons de bois prélevés dans le castrum de Cabaret font apparaître des stratégies d’approvisionnement différentes entre l’espace domestique et la forge, alors que les prélèvements de bruyères arborescentes, caractéristiques des taillis de longue évolution, révèlent une gestion de la ressource vouée au charbonnage. Signe de son importance, la métallurgie du fer occupe la partie la plus importante de ce chapitre (p. 114-136), d’autant que la fouille de la forge de Cabaret a livré des résultats remarquables sur la fin de la filière directe. Sur les premières phases de celle-ci (réduction et épuration), il n’a pas pu être étudié de mouline, alors que sur ce sujet – qui a déjà fait l’objet d’une thèse – les textes témoignent de la précocité de ces équipements en Montagne Noire (1283 à Escoussens) et de la rapidité de leur diffusion (le compte de gruerie de la sénéchaussée de Carcassonne de 1312-1313 permet de parler d’uniformisation des techniques). Le fait est que ces nouvelles forges hydrauliques, fortement consommatrices en eau et en bois, modifient l’espace de la métallurgie du fer au bénéfice du comté de Foix et de la Montagne Noire, alors que l’ancienne métallurgie restait localisée dans les bassins d’extraction contrôlés par les maîtres des castra. Quant aux dernières phases de la filière directe, elles sont bien éclairées par la fouille de la forge de Cabaret (bat. XV) dont les vestiges sont dominés par des éléments de maréchalerie, principalement des fers et des clous (232/597). L’analyse métallographique de ces derniers et des lopines (à quoi s’ajoute celle d’une serpette et d’un pic trouvés sur le site) laisse l’impression d’une métallurgie d’élaboration peu fine. On ne peut que regretter, avec l’équipe, l’absence d’étude aussi poussée sur la métallurgie des non-ferreux, alors que l’on sait que les Trencavel frappent monnaie et que des ateliers de faux monnayage sont signalés dans des grottes du xve et du xvie siècle.

6Sous le verbe « Aménager », le dernier chapitre s’intéresse aux aménagements faits dans la roche ou pour l’eau. L’étude du Pas de Montserrat est une intéressante illustration des travaux réalisés pour la mise en place d’un chemin charretier – avec creusement d’un col – où l’écartement des ornières a donné lieu à des comparaisons éclairantes. Cet aménagement paraît lié à l’exploitation des ferrières voisines, sous l’égide des Cabaret, et à la construction du castellum de Montserrat, le moins bien décrit du corpus. L’adaptation au substrat rocheux vaut aussi pour les morts, comme le montre le cas de Cabaret, où les dépouilles étaient inconfortablement disposées dans les anfractuosités. Dans un domaine proche, les cruzels de Saint-Martin-le-Viel constituent un cas unique par l’importance des aménagements trogloditiques creusés sous ou à proximité du castrum (dans une relation que le plan ne permet pas de visualiser) puisque le volume creusé de la trentaine de salles rupestres est estimé à 4 500 m3. Le dossier d’archives, dominé par des compoix d’époque moderne, permet de remonter à l’époque carolingienne. Cependant, un relevé plus précis des coups de pics « généralement obliques » pourrait aider à repérer les différentes campagnes d’aménagement de cet espace car, faute de mobilier archéologique pour dater, on peut douter que le creusement de l’ensemble a été pratiqué au viiie siècle, pour une raison essentiellement exogène : se protéger des incursions sarrasines (p. 150). La construction du castrum d’Albières amène les réflexions sur la préparation d’un site. Pour celui-ci sont estimés les volumes mis en œuvre, le temps consacré au chantier et jusqu’au nombre d’aller-retour nécessaires aux mulets transportant le sable de la gravière voisine. Les résultats obtenus, particulièrement évocateurs (pour 3 074 m3 d’enceinte, 4 918 journées de travail de carrier et 1 537 jours de travail pour deux maçons et leurs manœuvres, soit 4 ans et 10 mois), devraient pouvoir être comparés avec ceux de chantiers pratiquant l’archéologie expérimentale. Dans le domaine des aménagements liés à l’eau, les drains et les collecteurs sont rapidement présentés, alors que l’analyse des citernes, principalement celles de Cabaret, permet d’en proposer une typologie selon leur vocation (militaire, artisanale et de consommation courante). Les développements sur les moulins à eau sont principalement consacrés à la description du moulin fortifié de la Tour (Paziols), que les textes permettent d’attribuer au célèbre Olivier de Termes, dans les années 1250-1260. Le rôle de ces unités dans l’organisation des territoires castraux comme dans l’encadrement de la population de ces ressorts, puisque l’on a la preuve d’une obligation de moudre imposée par un seigneur (p. 172), ne sont pas abordés. Enfin, l’étude des trous de boulin dans les maçonneries permet de considérer les différents types d’échafaudages utilisés.

7Au terme de cette lecture enrichissante car portant sur des domaines aussi variés qu’est large le panel des sciences et techniques mises en œuvre, il ne sera plus possible de considérer l’implantation des castra indépendamment des ressources du sous-sol. D’un autre côté, si l’ouvrage se lit bien, grâce à la succession des champs parcourus, il demeure une impression d’inégale densité d’information, à l’image des notices et des plans des castra du corpus, ce qui est le prix à payer pour un sujet aussi ambitieux et sur des domaines où il n’est pas possible de livrer autre chose qu’une première approche, même en allant très au-delà de la fin de période annoncée dans le sous-titre. De ce point de vue, et faute de pouvoir établir un lien entre chacune des activités étudiées et les castra du pays audois, il serait préférable de parler d’économie en milieu castral plutôt que d’« économie castrale ». Enfin, parmi les pistes ouvertes par ce travail, signalons l’étude des effets de l’exploitation des ressources naturelles tant il est vrai que la déforestation, l’érosion des sols ou les pollutions liées à l’exploitation minière doivent aussi marquer l’aménagement et l’utilisation des territoires castraux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Boutoulle, « Marie-Christine Bailly-Maître et Marie-Élise Gardel (dir.), La pierre, le métal, l’eau et le bois : économie castrale en territoire audois (xie-xive siècles) »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 345-347.

Référence électronique

Frédéric Boutoulle, « Marie-Christine Bailly-Maître et Marie-Élise Gardel (dir.), La pierre, le métal, l’eau et le bois : économie castrale en territoire audois (xie-xive siècles) »Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/18503 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.18503

Haut de page

Auteur

Frédéric Boutoulle

UMR Ausonius 5607 – Université de Bordeaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search