Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Martin Carver, Portmahomack. Monastery of the Picts

Iris Maer De Souza Taveira
p. 348-349
Référence(s) :

Martin Carver, Portmahomack. Monastery of the Picts, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2008, 240 p., ISBN : 978-0-7486-2442-3, prix : 25,00 £.

Texte intégral

1Comme le précise Martin Carver dans sa préface, l’objectif de son ouvrage est d’être « l’ambassadeur » du rapport complet de la fouille du monastère picte de Portmahomack situé dans le nord-est de l’Écosse, qui paraîtra dans le courant de la prochaine décennie. En fait, il s’agit d’un des premiers sites chrétiens identifiés en Grande-Bretagne. Le livre s’organise en trois parties (la première constituée de trois chapitres, la deuxième, de quatre et la troisième, de trois ; des annexes complètent l’ouvrage avec les données concernant la fouille et le site). Le premier chapitre s’ouvre sur la présentation du site de Portmahomack ainsi que de la région de la péninsule de Tarbat. M. Carver évoque l’intérêt historique que le site a suscité depuis le xviiie siècle, mais surtout aux xixe et xxe siècles, quand quelques pierres sculptées ont été découvertes par des antiquaires et collectionneurs. Cet intérêt s’est ensuite reporté sur l’église de Saint-Colman que l’on croyait datée du xviiie siècle.

2Dans le deuxième chapitre, l’auteur présente la prospection qui a justifié une campagne archéologique ainsi que l’organisation du chantier. Un tour d’horizon historique concernant les Pictes est ensuite dressé. L’organisation du chantier, les méthodes de prospection utilisées pour identifier les structures du site, aussi bien les plus « scientifiques » que les plus subjectives (tel le témoignage oral d’un ancien habitant du lieu), sont également mentionnées dans ce chapitre. L’auteur fait même référence aux aspects plus délicats de l’organisation d’un chantier de fouilles : questions concernant le « mécénat », les délais de l’opération, les parties du site où l’intervention archéologique pouvait être exécutée, ainsi que la mise en place du musée à construire.

3Le troisième chapitre est consacré aux découvertes archéo­logiques. Neuf phases de l’église de Saint-Colman ont été mises en évidence. La construction de cet édifice en pierre remonte au viiie siècle. Des modifications y ont été apportées durant les xiie et xiiie siècles, puis aux xviiie et xixe siècles. Les fouilles ont également révélé des sarcophages. L’analyse des ossements a mis en évidence une population masculine d’âge adulte et âgée, ce qui confirme la présence de moines sur le site dès le vie siècle. Des traces de mort violente pour plusieurs membres de la communauté monastique entre le viiie et le début du xie siècle et l’étude des vestiges des structures confirment l’abandon du site de façon violente et soudaine, ce qui a poussé M. Carver à y voir les conséquences d’une attaque viking. Un autre groupe identifié est celui de paroissiens enterrés dans l’église au moment où elle n’était plus un monastère, mais avait été convertie en église paroissiale. Cette phase peut être située entre le xiie et le xviie siècle. Les fouilles ont également montré des vestiges d’importants ateliers où le fer et le verre ont été travaillés dès le début de l’occupation du monastère et qui ont perduré jusqu’au xiie siècle quand l’église est devenue paroissiale.

4La deuxième partie du livre s’ouvre avec un quatrième chapitre consacré à l’établissement de la première communauté monastique sur le site de Portmahomack. M. Carver reconstitue la vie et la forme du monastère initial à partir des données révélées par les fouilles. Cette analyse inclut les structures des bâtiments originels ainsi que les vestiges matériels témoignant du style de vie mené par les premiers moines, tels que l’économie, la nourriture, les problèmes de santé et les causes possibles de décès. L’étude des célèbres pierres sculptées trouvées sur le site et l’analyse de leurs possibles significations est l’objet du chapitre cinq. L’auteur y présente et étudie les motifs (pictes et chrétiens) sculptés sur ces pierres, la façon dont ils ont été gravés et leurs fonctions.

5L’importance de ce monastère du nord de l’Écosse pendant le haut Moyen Âge est attestée non seulement par ces pierres sculptées mais aussi par l’existence de deux ateliers qui témoignent d’une importante production de parchemin, de verre et de fer forgé sur le site. La fouille des deux ateliers constitue le sujet du chapitre six.

6Les transformations matérielles occasionnées par la destruction du monastère à la fin du viiie ou au début du ixe siècle sont étudiées dans le chapitre sept. Les fouilles ont montré la fin de la production de parchemin remplacée par le travail du métal. Il ne s’agit plus alors de produire des objets pour le culte monastique mais pour un public laïc. De même, dans l’ancienne partie du monastère où le métal et le verre étaient travaillés, un bâtiment est alors reconstruit pour le stockage des grains. Les transformations de l’église de Saint-Colman, du xiie au xxe siècle, sont étudiées dans le chapitre huit. M. Carver croise, pour cela, les données matérielles, historiques et même liturgiques pour expliquer les modifications architecturales du bâti. Enfin le dernier chapitre aborde les questions de l’implantation du christianisme en Écosse.

7Le livre de Martin Carver est une leçon magistrale d’archéologie distillée tout au long de l’ouvrage, à travers la présentation et l’approche du site, l’organisation du chantier et ses enjeux, le déroulement de la fouille elle-même, mais aussi l’apport des résultats pour la connaissance d’une période assez mal connue et pourtant capitale du haut Moyen Âge. Il serait difficile de dresser pour cet ouvrage une ligne limitrophe entre l’historien et l’archéologue qui, parfois et malheureusement, les sépare encore (ou prétend les séparer) dans l’étude du passé. L’approche de M. Carver dépasse de manière exemplaire la question. Certes, son livre rapporte les résultats de dix ans de fouilles sur le site de Portmahomack. La culture matérielle est la base et le centre de cette étude. Pourtant, l’auteur présente, avec succès, malgré les brumes qui couvrent cette période, les résultats de son travail à travers un récit bâti (ou pourquoi pas « carved ») grâce à ses solides connaissances archéologiques et historiques. L’auteur interroge ses sources, les renvoie à leurs contextes et parvient ainsi à saisir les transformations, fonctions et significations du site tout au long de son histoire. Outre les débuts du christianisme en Écosse et l’aspect qu’il a pris au contact de la culture indigène, les probables rapports du site avec les différents agents politiques sont également saisis par l’auteur, du moins, dans la mesure du possible.

8Le récit de M. Carver nous offre également un portrait de la pratique de l’archéologie dans sa globalité. Au moment où l’usage des nouvelles technologies s’impose de plus en plus, M. Carver rappelle dans son texte, sans pourtant nier les bénéfices de la technologie, l’importance de l’élément humain dans la recherche archéologique. La conversation qu’il a tenue avec un voisin du site pendant la prospection des archéologues illustre bien ce cas. Le matin où des magnétomètres étaient utilisés afin de localiser les structures anciennes, c’est lui qui, regardant de loin tout cet appareillage, interroge M. Carver sur ce qu’ils cherchaient et sur les résultats acquis. Ayant obtenu une réponse négative de l’auteur, M. Johnson, qui avait cultivé le terrain tout au long de sa vie, lui demanda alors s’il voulait savoir où ces structures se trouvaient et lui montra où creuser.

9Un autre point fort du livre est le style de l’auteur. La rigueur et l’érudition l’accompagnent d’une simplicité et d’une finesse rare dans ce type de publication, souvent marquée par la sécheresse du langage scientifique. Enfin, plusieurs photos en couleurs et en noir et blanc ainsi que des annexes enrichissent l’ouvrage. Indubitablement, ce livre intéressera un large public : des spécialistes, des étudiants en archéologie et en histoire, des amateurs du passé, enfin tous ceux qui veulent saisir les débuts fascinants du Moyen Âge écossais, britannique et même européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Iris Maer De Souza Taveira, « Martin Carver, Portmahomack. Monastery of the Picts », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 348-349.

Référence électronique

Iris Maer De Souza Taveira, « Martin Carver, Portmahomack. Monastery of the Picts », Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/18517

Haut de page

Auteur

Iris Maer De Souza Taveira

Doctorant EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals