Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Koen De Groote, Middeleeuws aardewerk in Vlaanderen : techniek, typologie, chronologie en evolutie van het gebruiksgoed in de regio Oudenaarde in de volle en late middeleeuwen (10de-16de eeuw)

Anne Bocquet-Liénard
p. 349-350
Référence(s) :

Koen De Groote, Middeleeuws aardewerk in Vlaanderen : techniek, typologie, chronologie en evolutie van het gebruiksgoed in de regio Oudenaarde in de volle en late middeleeuwen (10de-16de eeuw), Relicta Monografieën 1, Bruxelles, Vlaams Instituut voor het onroerend erfgoed, 2008, vol. I : texte, 479 p., avec un résumé en anglais et vol. II : annexes, 246 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans les deux volumes, ISSN : 2030-9910, ISBN : 978-90-7523-027 7, prix : non communiqué.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le résultat des travaux menés par K. De Groote dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue en janvier 2005 à l’Université libre de Bruxelles sous la direction de F. Verhaeghe. L’auteur présente une analyse détaillée et richement illustrée de la céramique médiévale à partir de l’étude de 46 000 tessons provenant de 11 sites bien stratifiés de la région d’Oudenaarde, dans l’est de la Flandre, qui couvrent la période du xe à la première moitié du xvie siècle. Une centaine de lots céramiques issus du castrum, du portus (xe-xie siècle) et de l’abbaye bénédictine d’Ename (xiie-xvie siècle), d’Ename-Huis Beernaert (xie-xiiie siècle) d’Oudenaarde-Huis de Lalaing (xive, site de production), et de Petegem-Beaulieu (début xvie, lot monastique) ont été étudiés. Leurs contextes archéologiques et les données chronologiques associées font l’objet d’un chapitre (p. 41-78). Pour l’étude de ces lots conséquents, une méthodologie a été construite, reposant sur des modèles existants. Elle inclut l’utilisation de paramètres bien définis (cuisson, dureté, couleur de la surface, couleur de la tranche, taille des inclusions, etc.) pour décrire facilement les caractéristiques techniques des « fabrics » (pâtes). Une méthode d’enregistrement a été mise au point pour prendre en considération toutes les données typologiques des différents objets depuis le tesson jusqu’au vase complet (p. 38) et un codage des lèvres des différentes morphologies est proposé (p. 113-132). La présentation détaillée de cette partie lui donne la structure d’un manuel et montre également en détail les possibilités et l’importance d’une telle approche méthodologique.

2Les trois chapitres suivants sont consacrés à la présentation des productions locales et de leur évolution dans le contexte régional et à la présentation des productions importées.

3Les résultats se situent à plusieurs échelles : technique (identification d’imitations de Pingsdorf-type ware par exemple), typologique (construction d’une typochronologie de plus de 30 types de formes bien définis) ou historique par l’étude de l’évolution du développement des poteries sur six siècles (apparition et disparition de certaines formes : le pot globulaire à cuire disparaît durant la première moitié du xive siècle, alors que le pot à cuire tripode a besoin d’au moins un siècle pour faire une percée définitive, par exemple).

4La céramique importée est traitée de la même manière que les productions locales et régionales en discutant plus largement des éléments concernant leur nature, leur origine, leur présence et leur chronologie. Ainsi, l’auteur, en se fondant sur l’observation des lots bien datés, identifie les céramiques du type Pingsdorf (« Pingsdorf-type ware ») dès la fin du xe et observe une forte diminution quantitative de cette catégorie dans la première moitié du xiie siècle. La présence de céramiques glaçurées de la vallée de la Meuse (« Meuse valley glazed ware ») peut être suivie sur une période de plus de trois siècles (fin xe-xiiie siècle). Grâce aux nombreux dépôts de l’abbaye d’Ename, il a été prouvé, pour la première fois, que les céramiques hautement décorées importées du nord de la France sont plus précoces (dernier quart du xiie siècle) que les productions locales de même type. La lente percée du grès est remarquable durant la première moitié du xive siècle. L’analyse technique et typochronologique des majoliques montre les types les plus précoces dès le xive siècle et permet de reconnaître une grande variété de centres de productions.

5K. De Groote donne une bonne image de l’évolution de l’usage, de la consommation et de la distribution de la céramique en Flandre et élargit les comparaisons aux régions limitrophes en Belgique et dans le nord de la France (chap. 6, p. 411). Cette vaste recherche contribue à combler une lacune majeure dans la connaissance, sur une longue période, de la poterie médiévale flamande. Dans le dernier chapitre, K. De Groote présente une vue d’ensemble des tendances dans la composition du répertoire des céramiques de la région d’Oudenaarde depuis le xe siècle jusqu’à la première moitié du xvie siècle. En s’appuyant sur les informations directes ou indirectes, l’auteur propose enfin une série de nouvelles interprétations sur les questions économiques, sociales et culturelles à partir de l’examen des sujets tels que la production, la consommation, l’identité, l’utilisation, la nourriture, les conditions de vie, le commerce ou la distribution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bocquet-Liénard, « Koen De Groote, Middeleeuws aardewerk in Vlaanderen : techniek, typologie, chronologie en evolutie van het gebruiksgoed in de regio Oudenaarde in de volle en late middeleeuwen (10de-16de eeuw) », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 349-350.

Référence électronique

Anne Bocquet-Liénard, « Koen De Groote, Middeleeuws aardewerk in Vlaanderen : techniek, typologie, chronologie en evolutie van het gebruiksgoed in de regio Oudenaarde in de volle en late middeleeuwen (10de-16de eeuw) », Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/18533

Haut de page

Auteur

Anne Bocquet-Liénard

Centre Michel de Boüard, CRAHAM, CNRS Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals