Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Isabelle Isnard, L’abbatiale de La Trinité de Vendôme

Denis Cailleaux
p. 354-356
Référence(s) :

Isabelle Isnard, L’abbatiale de La Trinité de Vendôme, Rennes, Presses universitaires de Rennes (collection Art & société), 2007, 1 vol., XII -331 p., illustrations noir et blanc, bibliogr., notes bibliogr., glossaire, index. ISBN : 978-2-7535-0370-0, prix : 23 €.

Texte intégral

1Publié aux Presses universitaires de Rennes, le livre qu’Isabelle Isnard consacre à l’abbatiale de La Trinité de Vendôme est issu de sa thèse de doctorat en Histoire de l’art, soutenue à l’Université Paris IV en 2003. L’église du monastère de La Trinité, fondé dans la troisième décennie du xiie siècle par le comte d’Anjou Geoffroy Martel, est un monument important du patrimoine médiéval conservé. L’édifice, qui se compose d’un chœur de la fin du xiiie siècle, d’une nef rayonnante (xive-fin xve siècle) et d’une façade flamboyante accostée d’un clocher du xiie siècle, est un monument célèbre fréquemment cité dans les synthèses consacrées à l’architecture médiévale. Cependant, avant les recherches d’Isabelle Isnard, il n’avait guère fait l’objet de recherches approfondies. Cette lacune est désormais comblée et l’abbatiale de La Trinité trouve sa juste place dans l’étude du développement de l’architecture religieuse, depuis l’époque romane jusqu’à l’automne du Moyen Âge.

2Le livre d’Isabelle Isnard est partagé en quatre parties. La première retrace l’histoire de l’abbaye bénédictine, depuis sa fondation vers 1030 jusqu’aux travaux de restauration du xxe siècle. La deuxième partie présente les bâtiments du monastère qui environnaient l’église et fait le point des connaissances sur les travaux réalisés à l’abbatiale avant le xive siècle. La troisième partie forme l’étude archéologique proprement dite des parties rayonnantes et flamboyantes de La Trinité. La quatrième et dernière partie replace le chantier de Vendôme dans le paysage monumental de la France du centre-ouest du xiiie au début du xvie siècle.

3Les pages qu’Isabelle Isnard consacre à l’étude historique de La Trinité de Vendôme permettent de comprendre le développement monumental du monastère. L’abbaye fut fondée entre 1032/1033 et 1040 dans le contexte politique troublé de la mainmise du comte d’Anjou sur la région de Vendôme. Acte politique autant que religieux, la fondation du nouveau monastère permettait au comte d’Anjou d’affirmer son autorité sur les régions méridionales du diocèse de Chartres. Richement dotée, l’abbaye se développa rapidement – malgré une longue querelle avec les comtes de Vendôme rétablis dans leurs droits – et elle était en mesure d’entretenir une centaine de religieux à la fin du siècle. Bénéficiant de la protection de la papauté, La Trinité fut mise en possession de l’église romaine Santa-Prisca (1063), ce qui fut à l’origine du privilège particulièrement rare pour un abbé de porter le titre de cardinal et d’en revêtir les insignes. Dotée de reliques réputées – en particulier la Sainte Larme – l’abbatiale était le siège d’un important pèlerinage aux xiiie et xive siècles, qui resta encore très actif jusqu’au xviiie siècle.

4La prospérité économique et spirituelle de l’abbaye au milieu du xiiie siècle permis d’engager les travaux de reconstruction de l’église abbatiale à partir des années 1270. Probablement ouvert au printemps 1271, le chantier se poursuivit de façon discontinue jusqu’aux premiers épisodes de la guerre de Cent Ans dans la région. Au milieu du xive siècle, l’église de La Trinité présentait un transept roman remanié, un nouveau chœur rayonnant et deux nouvelles travées dans la nef. De l’édifice roman, il subsistait encore six travées de la nef et l’ancienne façade. L’obligation de fortifier l’enclos (1357) et les troubles politiques et militaires de la fin du xive siècle altérèrent considérablement les finances du monastère, qui fut obligé de cesser les nouvelles constructions pour ne consacrer ses faibles ressources qu’à d’urgents travaux d’entretien. La paix restaurée, les moines songèrent dès 1455 à rouvrir le chantier de l’église, mais une longue querelle entre plusieurs prétendants à l’abbatiat retarda l’engagement des travaux jusque vers 1470. La fin du xve et le début du xvie siècle furent consacrés à l’achèvement de la reconstruction de la nef et à l’édification de la façade flamboyante. En 1522, l’essentiel du gros oeuvre était réalisé et le dernier abbé régulier mena à terme les aménagements intérieurs. Passée sous le régime de la commende à partir de 1539, l’abbaye connut ensuite une période de déclin jusqu’à sa reprise par les moines mauristes en 1621. En dépit du réaménagement des logis et des réparations entreprises, les mauristes ne purent relever le prestige du monastère et n’engagèrent aucun travaux importants dans l’église. La décision de sécularisation de l’abbaye, prise en 1757, fut suspendue jusqu’au décès de l’abbé titulaire. Celui-ci mourut en 1790 et c’est, finalement, les lois révolutionnaires qui mirent fin à l’existence du monastère.

5Affectée au culte paroissial en 1791, l’ancienne abbatiale fut transformée quelque temps en Temple de la Raison et en haute cour de justice avant de retrouver définitivement, à partir de 1797, sa fonction religieuse. Les bâtiments conventuels voisins, affectés à l’armée, abritèrent une caserne jusqu’au début du xxe siècle. Bien que peu altérée pendant cette période, l’église de La Trinité était néanmoins en mauvais état au milieu du xixe siècle. Classée dans la liste des Monuments historiques dès 1840, elle fut l’objet de plusieurs campagnes de travaux à partir des années 1846-1848. Les différentes opérations de restauration des xixe et xxe siècles n’ont guère modifié l’aspect général de l’édifice, à l’exception du chevet dont les masses originelles ont été transformées par la mise en place de nouvelles couvertures. Peu altérée par les travaux des mauristes ou ceux des restaurateurs de l’époque contemporaine, l’église abbatiale de La Trinité conserve les traces de son histoire monumentale. L’œil exercé d’Isabelle Isnard s’est efforcé de les reconnaître et de les expliquer.

6L’étude monumentale proprement dite est précédée d’une analyse des bâtiments conventuels et des structures de l’église abbatiale antérieures à la reconstruction gothique. La chronologie des édifices monastiques est restituée d’après les données des archives et les éléments bâtis encore conservés. Les textes attestent l’existence, dès le milieu du xie siècle, d’une salle capitulaire, d’un parloir des moines, d’un réfectoire et d’un auditoire à l’usage de la réception des laïcs. D’autres locaux n’apparaissent dans la documentation qu’à partir du xiie siècle ; il en est ainsi du dortoir, du lavatorium et de l’aumônerie des pauvres. L’indication d’inondation dans le local où étaient conservés les livres de la bibliothèque semble montrer l’existence d’une librairie dès le xiie siècle. À la périphérie des lieux réguliers, les moines disposaient, dès le xie siècle, d’une chapelle Saint-Benoît au sud de l’abbatiale, et, au nord, d’une chapelle Notre-Dame consacrée en 1070. La première était voisine du cimetière et la seconde servait pour les pauvres et les familiers du monastère. Une porterie (citée en 1222), dans l’axe de la façade de l’église, donnait accès à une première cour, bordée par les celliers et greniers du monastère (1081). L’espace claustral était délimité par un mur de clôture, édifié dès le xiiie siècle, qui fut renforcé par des tours fortifiées bâties à partir de 1357. Au sud de l’abbatiale, les galeries du cloître, peut-être en place dès le milieu du xie siècle, étaient assurément bâties au siècle suivant car elles servaient alors de lieu de sépulture. Reconstruites à la fin du Moyen Âge, ces galeries furent partiellement détruites en 1907 par l’armée qui occupait l’abbaye, mais les vestiges conservés attestent une lente construction et différents remaniements du xive au xvie siècle. La sacristie médiévale, bien que mutilée, conserve d’intéressantes traces d’une campagne de travaux que l’on peut situer dans les premières années du xiiie siècle. La salle capitulaire, elle aussi partiellement préservée, appartient à une phase de construction située par Isabelle Isnard dans le premier tiers du xive siècle. Des éléments de la salle antérieure découverts à l’occasion de travaux – en particulier des peintures murales datées autour de 1100 – prouvent la permanence de l’emplacement de la salle du chapitre depuis l’époque romane. L’aile méridionale du cloître abritait un vaste réfectoire, probablement aménagé au xiiie siècle dans un édifice plus ancien, comme semble le montrer une série de sept baies encore conservées datables du xie siècle. Une vaste cuisine circulaire, connue par les plans du xviie siècle, s’appuyait contre le pignon du bâtiment du réfectoire. Probablement bâtie au xiie siècle, elle présentait un aspect similaire aux différents exemples qui existaient dans le centre-ouest de la France, mais désormais uniquement représentés par la cuisine de Fontevraud, la seule conservée en élévation. La présentation des bâtiments monastiques s’achève par l’évocation des édifices disparus ou conservés, tels le grenier de l’abbaye (xie-xiie siècle), la chapelle Saint-Benoît (xie et xiiie siècle) ou le logis abbatial (fin du xve siècle).

7La description du cadre monumental de La Trinité de Vendôme se poursuit par une analyse des informations connues sur l’abbatiale romane et par une évocation des fonctions liturgiques de l’église monastique : l’ancienne église, comme la permanence des installations liturgiques, représentant des contraintes majeures pour l’élaboration du projet de la nouvelle église abbatiale rayonnante. À l’aide des données livrées par les fouilles archéologiques anciennes et les éléments conservés en élévation, Isabelle Isnard restitue l’aspect de l’abbatiale romane et tente de répondre à la question très controversée de la datation de l’édifice. Dans son état roman, La Trinité présentait en plan un vaisseau de huit travées, flanqué de deux collatéraux simples, qui ouvrait sur un transept saillant. À la suite du transept, le chœur présentait deux travées droites et une abside, entourée d’un déambulatoire circulaire sur lequel ouvraient cinq chapelles rayonnantes. Longue de plus de 70 m et large de 15, l’abbatiale était probablement partiellement voûtée. L’auteur propose de dater le début de la construction des années 1032/1033 et considère que le chantier se poursuivit jusqu’à la décennie 1060/1070. Le haut clocher de pierre qui se dresse encore en avant de la façade occidentale appartient très vraisemblablement à une nouvelle campagne de travaux que l’on peut situer vers le milieu du xiie siècle. L’analyse du clocher conduit Isabelle Isnard à s’interroger sur l’existence d’une galilée joignant la tour à l’abbatiale romane. Se fondant sur les travaux archéologiques anciens et sur l’analyse des murailles de la tour, elle conclut à la présence d’une structure bâtie en avant de la façade occidentale romane dès le xie siècle. L’église romane fut « modernisée » dans les années 1200/1220 par la pose de voûtes angevines sur les bras du transept. Ces travaux nécessitèrent la surélévation des murailles et le percement de nouvelles ouvertures.

8Isabelle Isnard consacre la troisième partie de son ouvrage à l’étude archéologique de l’église gothique. L’analyse détaillée des archives et l’observation attentive des élévations permettent à l’auteur de montrer l’importance du projet architectural envisagé par les religieux dans les années 1270 : il ne s’agissait rien de moins que de rebâtir entièrement l’abbatiale. Le chantier, ouvert en 1271, consista d’abord dans la reconstruction du chœur et du chevet. Cette première phase, inachevée, fut interrompue vers 1280/1285. Une deuxième campagne, ouverte aux alentours de l’an 1300, permis d’achever le voûtement du chœur et de la croisée du transept, puis de bâtir les deux premières travées de la nef. La construction se poursuivit, peut-être de façon discontinue, jusqu’en 1357/1358. Les troubles militaires et leurs conséquences éco­nomiques obligèrent alors à interrompre les travaux. La chronologie restituée du chantier, fondée sur l’examen des sources historiques, sur l’observation du bâti et sur l’analyse dendrochronologique des charpentes, atteste l’importance du chantier de Vendôme qui se place comme l’une des plus ambitieuses entreprises françaises de la fin du xiiie siècle. Les moines durent d’ailleurs restreindre leurs prétentions et modifier le projet initial. Le retour à une situation plus calme permit d’envisager l’achèvement de l’église à partir de 1455. La nécessité de réunir des finances conséquentes, conjuguée à des troubles internes à l’abbaye, ajourna la reprise des travaux jusqu’aux années 1470. Plusieurs campagnes, peut-être dirigées par des maîtres d’œuvre différents, permirent d’achever la nef. Un ultime chantier fut entrepris pour élever la façade occidentale et la travée de la nef qui lui est associée. L’ensemble du gros œuvre était terminé vers 1508.

9La quatrième et dernière partie de l’ouvrage s’attache à restituer la place de l’abbatiale de La Trinité de Vendôme dans l’architecture religieuse rayonnante et flamboyante. Isabelle Isnard a choisi délibérément d’examiner principalement des édifices situés dans les contrées voisines de Vendôme : la Beauce, la région de la Loire, le Maine ou la Normandie. Pour le chantier rayonnant, les ­comparaisons nous paraissent ici peu convaincantes. Comme l’écrit justement Isabelle Isnard, le plan de La Trinité « est remarquable puisqu’il n’en existe aucun qui lui soit réellement comparable » (p. 237). Le chapitre consacré à la recherche des sources possibles du projet flamboyant est mieux venu. Isabelle Isnard met ici parfaitement en lumière les liens qu’entretiennent La Trinité de Vendôme, Saint-Maclou de Rouen ou la façade nord de la cathédrale d’Évreux par exemple. L’ultime chapitre est consacré à l’identification du maître d’œuvre de la façade flamboyante de La Trinité. L’attribution de l’ouvrage à Jean de Beauce, le bâtisseur du clocher nord de Chartres, s’appuie sur une démonstration rigoureuse. La reconstitution de la carrière de l’architecte et l’analyse de ses œuvres mettent en lumière cet acteur majeur de l’architecture de l’extrême fin du Moyen Âge qui fut très certainement le concepteur de la façade de Vendôme.

10Les recherches d’Isabelle Isnard contribuent à renouveler nos connaissances sur les constructions religieuses de la fin du xiiie siècle comme celles de la fin du xve siècle dans la partie nord de la France. S’appuyant à la fois sur l’exploitation des sources historiques et sur l’observation précise du monument, le livre d’Isabelle Isnard sur L’abbatiale de La Trinité de Vendôme est assurément destiné à devenir un modèle pour l’analyse des édifices religieux médiévaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Cailleaux, « Isabelle Isnard, L’abbatiale de La Trinité de Vendôme »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 354-356.

Référence électronique

Denis Cailleaux, « Isabelle Isnard, L’abbatiale de La Trinité de Vendôme »Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/18555

Haut de page

Auteur

Denis Cailleaux

UMR ARTeHIS

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals