Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Olivier Passarrius, Richard Donat et Aymat Catafau (dir.), Vilarnau. Un village du Moyen Âge en Roussillon

Édith Peytremann
p. 356-358
Référence(s) :

Olivier Passarrius, Richard Donat et Aymat Catafau (dir.), Vilarnau. Un village du Moyen Âge en Roussillon. Perpignan, éd. Trabucaire, Conseil général des Pyrénées-Orientales, 2008, 1 vol., 516 p., ill. (collection Archéologie départementale), ISBN : 978-2-84974-064-4, prix : 32 €.

Texte intégral

1L’ouvrage placé sous la direction d’Olivier Passarius, de Richard Donat et d’Aymat Catafau est l’aboutissement d’une détermination exemplaire et d’un travail de longue haleine qui aura mobilisé pas moins d’une centaine de personnes jusqu’à la réalisation de la publication. Des sondages de diagnostic préalables à un aménagement routier sont à l’origine d’une fouille préventive puis d’une fouille programmée accompagnée d’investigations archivistiques. Ces recherches ont conduit à la découverte et à l’étude d’un village médiéval déserté et de son cimetière.

2Particulièrement volumineuse, probablement trop, la publication s’organise en six importants chapitres. Dans une introduction, Olivier Passarius évoque l’historique des travaux qui l’on conduit à mettre au jour le village de Vilarnau, dont le souvenir de l’emplacement s’est perdu dans le courant du xviiie siècle. Avant de définir une problématique ambitieuse « … par le biais d’une étude quasi exhaustive […] retracer l’histoire du village médiéval déserté de Vilarnau, de son cimetière et de son territoire », l’auteur situe très succinctement son travail dans le contexte historiographique de la recherche sur le village méridional.

3Le premier chapitre permet de se familiariser avec l’environnement géographique et archéologique de Vilarnau, situé sur une terrasse ancienne qui domine d’une trentaine de mètres la plaine alluviale, ou Salanque, du Tet qui se jette dans la Méditerranée. C’est principalement par des prospections, menées depuis le début des années 1980, que l’occupation du secteur, marquée par la présence d’un oppidum Ruscino (Château-Roussillon), est connue. Une cartographie de qualité illustre le scénario d’occupation proposé par l’auteur. Il convient de noter que celui-ci profite habilement de ce chapitre pour publier plusieurs plans de sites médiévaux inédits, récemment fouillés ou prospectés.

4Le second chapitre permet à Aymat Catafau de dresser l’inventaire des sources documentaires à disposition et d’écrire une histoire de Vilarnau qui se laisse percevoir au travers d’une, puis de deux, seigneuries et des familles qui y sont liées, d’une chapellenie et plus modestement du terroir. Un premier résultat montre une dissociation toponymique de Vilarnau (d’Amont et d’Avall) au xiiie siècle, dont l’origine n’est pas clairement établie (probable fractionnement lié à un héritage).

5C’est dans un troisième chapitre que sont livrés les résultats des fouilles ordonnés en fonction des trois emplacements qui ont bénéficié d’investigations : le site de l’église Saint-Christophe et le cimetière (Vilarnau d’Amont), le site du mas Miraflors (Vilarnau d’Amont) et le site supposé du château (Vilarnau d’Avall). Il est dommage que les auteurs n’aient pas introduit ce chapitre par les problématiques et les méthodes de fouilles mises en œuvre en fonction des moyens alloués et du niveau d’arasement des vestiges. Cela aurait évité au lecteur d’être perdu lors des renvois aux zones, de s’interroger sur l’absence d’un certain nombre de relevés, l’absence de localisation des coupes sur les plans, ou l’absence d’analyses des ensembles archéologiques par phase et de synthèse par un diagramme stratigraphique. Cela mis à part, les résultats sont importants avec la mise au jour d’une église à longue nef unique terminée par une abside semi-circulaire probablement bâtie dans le courant de la seconde moitié du ixe siècle. Elle subit au milieu du xiiie siècle des travaux qui entraînent la fortification par l’adjonction d’une tour qui englobe l’abside et d’un imposant mur qui s’appuie contre le mur gouttereau septentrional de l’édifice. Le sous-sol de l’église a notamment livré deux silos et les restes d’un moule à cloche attribué au xive-xve siècle.

6La fouille du cimetière, dont les résultats sont développés dans le chapitre suivant, a également permis la mise au jour de structures d’habitat. Les premières installations identifiées prennent place autour du cimetière primitif à l’extrême fin du xe siècle ou au début du xie siècle. Il s’agit principalement de quatre grandes fosses rectangulaires, interprétées comme d’hypothétiques fonds de cabane, et d’un puits. C’est également de cette période qu’est daté un moule à cloche. Aucune structure d’habitat n’a été reconnue pour la période comprise entre la fin du xie et le milieu du xiiie siècle. D’importants changements interviennent dans le courant de la seconde moitié du xiiie siècle. Ils consistent essentiellement en l’érection d’un mur de clôture qui délimite et restreint l’espace cimétérial. Au début du xive siècle, deux bâtiments sont construits contre le mur de clôture, à l’extérieur de l’enclos. Les élévations, bâties sur des solins de galets, étaient probablement en terre. La charpente reposait sur deux piliers. La destruction de la toiture à simple pan, en tuiles, a permis ponctuellement la conservation d’un niveau de sol associé à un foyer. Les différentes phases de fonctionnement des bâtiments sont mal appréhendées en raison, sans doute, d’un important arasement. Le second bâtiment présente deux états bien identifiés, l’un correspondant à un bâtiment sur cave, l’autre à une construction établie sur l’ancienne cave préalablement rebouchée. Leur abandon est daté d’avant le milieu du xive siècle. D’après la documentation écrite, c’est dans le courant de la première moitié du xive siècle qu’un château est construit sur le site identifié comme l’actuel mas Miraflors, à 300 m de l’église de Vilarnau d’Amont.

7Le site de Vilarnau d’Avall a été étudié lors d’une fouille de sauvetage réalisée par l’AFAN sous la direction de Patrice Alessandri qui cosigne ce passage. Des sondages complémentaires ont été réalisés ultérieurement au sommet de l’éperon. Le château, dont il ne subsiste que les ruines d’une tour maçonnée et les traces d’un bâtiment rectangulaire, est installé sur un éperon naturel qui domine la vallée du Tet. Il n’a fait l’objet d’aucune fouille. Les sondages sont à l’origine de la découverte de quelques silos et d’un large et profond fossé, probablement creusé dans le courant du xie siècle. Il enserre une plateforme sommitale d’environ 400 m2 sur laquelle se trouvait probablement le château. Les fouilles ont permis la mise au jour d’un autre fossé, flanqué partiellement d’un mur d’enceinte en galets liés au mortier, qui s’interrompt à la hauteur de la falaise supportant la plateforme où se trouve le château. La date de son creusement est malaisée à définir, en revanche son comblement a lieu dans le courant du xiiie siècle. L’aire ainsi délimitée comprend un puits à eau et une quarantaine de fosses et silos, dont les comblements sont datés du xie siècle. On a du mal à suivre l’auteur quand il évoque pour cette phase d’occupation un « regroupement villageois autour du château qui s’exprime ici par la construction d’une vaste enceinte basse […] » (p. 128). Le site tel qu’il est présenté correspond en effet au schéma classique d’un château avec sa haute et basse cour. L’étude du comblement du bas-fossé indique que ce dernier cesse d’être entretenu dans le courant de la seconde moitié du xie et la première moitié du xiie siècle. Il se comble progressivement avant d’être définitivement colmaté à la fin du xiiie siècle. Plusieurs constructions sont érigées entre la fin du xiiie et le milieu du xive siècle dans l’ancienne basse cour. Un premier ensemble comprend un bâtiment construit sur solins de galets auquel sont ajoutées, de part et d’autre, deux constructions, puis une troisième. Un second ensemble comporte une seule construction, divisée en deux dans un second temps. Seulement quatre fosses et silos sont associés à ces constructions, dont l’abandon, à la suite d’un incendie, est attribué aux environs du milieu du xive siècle. Les fouilles réalisées couvrent un peu moins de la moitié de la surface supposée du village castral (env. 6 000 m2).

8Le quatrième chapitre, d’une centaine de pages, placé sous la direction de O. Passarius, R. Donat, É. Crubézy et al., constitue l’apport le plus novateur de cette publication. Important par la mise en place d’une réflexion concernant la stratégie de fouille et la méthode d’enregistrement qui, contrairement à la fouille des autres vestiges, est ici détaillée. Il l’est aussi par la mise en place d’un phasage en trois temps pour les cinq siècles d’occupation que compte ce cimetière, par le nombre de sépultures fouillées, 867, correspondant à presque la totalité de ce cimetière, fait rarissime en France. Les exemples comparables sont en effet les cimetières de Portejoie à Tournedos (Eure) et de Rigny-Ussé (Indre-et-Loire) étudiés respectivement sous la direction de Florence Carré et d’Élisabeth Zadora-Rio. Il est important, enfin, pour l’étude topographique du cimetière et l’étude des tombes, avec notamment l’emploi d’anciennes meules de moulins comme couvertures de sépulture. On regrettera quelques digressions sur d’autres sites régionaux qui alourdissent le propos et le volume. La typo­chronologie des sépultures à laquelle aboutissent les auteurs contribue au renouvellement des études des pratiques funéraires régionales. Il est dommage que subsistent quelques approximations de classement, heureusement corrigées dans un tableau récapitulatif à peu près bien ordonné (p. 239). L’anthropologie a pu explorer toutes les dimensions, notamment démographiques – généralement peu développées faute d’un nombre d’individus suffisant – morphologiques, avec l’étude des caractères discrets, et pathologiques. Cette dernière laisse cependant un peu le lecteur sur sa faim, dans la mesure où seule la population des enfants est traitée. L’apport le plus novateur est représenté par l’étude des données génétiques. La recherche de l’ADN sur un échantillon de quarante-trois sujets faite par Éric Crubézy est en effet à souligner tant ce type d’étude reste rare à ce jour. Malheureusement, les extraits d’ADN se sont avérés dégradés, limitant de fait les possibilités d’exploitation. Les résultats obtenus sont néanmoins particulièrement précieux pour comprendre le fonctionnement démographique de la population. L’isolement du gène de la peste a permis d’identifier des sépultures de catastrophe et d’infirmer des hypothèses de sépultures familiales.

9Le cinquième chapitre est conçu comme la synthèse des différentes sources permettant une « image globale du territoire de Vilarnau ». On peut s’interroger sur la place de ce chapitre avant l’étude du mobilier, qui de ce fait, se trouve exclu de l’analyse synthétique. Ce chapitre récapitulatif, important et nécessaire, est aussi le plus irritant, d’abord d’un point de vue formel : les répétitions (parfois d’une même phrase) y sont nombreuses d’un paragraphe à l’autre, d’une page à l’autre (p. 304-305) et l’absence d’un tableau récapitulatif des données concernant les trois pôles étudiés gêne le suivi de la démonstration. Il est irritant ensuite d’un point de vue intellectuel. Il ressort en effet une volonté ou un réflexe inconscient d’écrire une histoire linéaire, sans rupture, quitte à boucher les « trous » par d’autres sites aux développements politiques, économiques et religieux différents. On discerne par ailleurs une volonté, certes prudente, de s’approcher des modèles sur la formation des villages sans réelle discussion sur le bien-fondé de ces modèles ou du vocabulaire. Peut-on en effet réellement parler de regroupement autour de l’église sur la base de quatre cabanes largement datées ? Peut-on réellement parler d’un regroupement castral au xie siècle alors qu’aucun vestige d’habitat n’a été décelé ? On peut en effet s’interroger sur la nature « […] des signes matériels d’une occupation trop importante pour n’être que celle du groupe seigneurial […] » (p. 271). Employer une communauté pour creuser un fossé n’implique en effet pas que celle-ci réside sur place. Peut-on réellement parler de concurrence entre église et château en prétextant un abandon du pôle ecclésial au profit du pôle castral alors que les indices de datation donnés au chapitre trois indiquent une rupture des occupations quasi contemporaine, à la fin du xie siècle, pour les structures d’habitat près de l’église et un abandon du système défensif et des silos entre le xie et le milieu du xiie siècle pour le pôle castral ?

10Heureusement, l’irritation s’apaise rapidement à l’évocation du territoire et de son usage. Le sourire revient à l’évocation de la vigne dominant ce paysage dès le xie siècle ! On ne peut que regretter que les moyens alloués n’aient pas permis de meilleures conditions pour les études anthracologiques (faibles) et carpologiques (inexistantes). On s’interroge néanmoins sur la construction de ce chapitre en lisant la partie quatre consacrée aux meules et aux moulins signée par M. Martzluff, J.-C. Aloïsi, O. Passarius et A. Catafau. Qu’importe, les résultats de cette étude sont substantiels en mettant notamment en avant non seulement la gestion à long terme des matériaux et des outils mais aussi ce que suppose sur ce territoire la présence de moulins en termes d’aménagements hydrauliques.

11Le dernier chapitre est consacré au mobilier. L’approche de la céramique peut surprendre. Il ne s’agit en effet pas d’une étude des terres cuites découvertes à Vilarnau. Étude qui aurait mis en perspective le mobilier issu des deux sites en s’appuyant sur des diagrammes quantitatifs et qui aurait initié une réflexion sur les modes d’approvisionnement, sur l’analyse sociale de l’usage, etc. Il s’agit en fait, comme le titre de la partie l’indique, d’une tentative de présentation typochronologique de la céramique en Roussillon de la fin du ixe au milieu du xive siècle, particulièrement difficile à lire en l’absence de diagramme. On l’a bien compris le mobilier céramique est abordé ici uniquement sous l’angle d’un possible marqueur chronologique comme l’écrit justement É. Zadora-Rio dans son avant-propos en évoquant au sujet du mobilier archéologique, la présentation de « […] “preuves” de l’argumentation chronologique […] ». Si les dessins sont clairs, la présentation des planches aurait gagné à utiliser une échelle plus petite, évitant ainsi les grandes plages inexploitées.

12Pour finir, Olivier Passarius nous offre une véritable monographie de site, type de publication suffisamment rare ces dernières années pour être salué, véritable point de comparaison pour la recherche régionale et source incontournable de questionnement pour la recherche sur la formation des villages et des paroisses, dont l’étude ne parle finalement guère.

13De Montaillou, village occitan, à Vilarnau, village occitan, que de chemin parcouru dans la lecture des sources pour mieux appréhender le singulier d’une communauté et de son lieu de vie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Édith Peytremann, « Olivier Passarrius, Richard Donat et Aymat Catafau (dir.), Vilarnau. Un village du Moyen Âge en Roussillon », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 356-358.

Référence électronique

Édith Peytremann, « Olivier Passarrius, Richard Donat et Aymat Catafau (dir.), Vilarnau. Un village du Moyen Âge en Roussillon », Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/18571

Haut de page

Auteur

Édith Peytremann

Inrap Strasbourg, PAST/PR Paris 1, Centre Michel de Boüard, CRAHAM, CNRS Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals