Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Antide Viand (dir.), Nanterre et les Parisii. Une capitale au temps des Gaulois ?

Cécile Allinne
p. 359-361
Référence(s) :

Antide Viand (dir.), Nanterre et les Parisii. Une capitale au temps des Gaulois ?, Paris, Somogy Éditions d’Art ; Nanterre, conseil général des Hauts-de-Seine, 2008, 125 p., nombreuses illustrations couleur, ISBN : 978-2-7572-0162-6, prix : 19 €.

Texte intégral

1Nanterre et les Parisiii. Une capitale au temps des Gaulois ? est le catalogue de l’exposition du même nom tenue à Nanterre du 14 avril au 11 juin 2008. Un site Internet encore accessible propose d’ailleurs à ceux qui n’auraient pas pu la voir une présentation générale des problématiques de l’exposition, une visite guidée et plusieurs vidéos commentant notamment divers aspects de l’archéologie antique de Nanterre, de Bobigny et plus généralement du territoire des Parisii. L’ouvrage en lui-même est un petit volume de 15 x 24 cm, dont l’organisation interne suit le découpage habituel en deux parties des catalogues d’exposition. Les soixante-cinq premières pages sont ainsi consacrées à une présentation des connaissances archéologiques acquises ces quinze dernières années sur les secteurs de Nanterre et de Bobigny, tandis que les soixante-sept suivantes composent le catalogue d’illustrations à proprement parler, basé sur la présentation du mobilier funéraire des nécropoles de Bobigny et de Nanterre. Cette seconde moitié de l’ouvrage est elle-même divisée en deux chapitres : « Vues d’ensembles », qui met en valeur des assemblages de mobilier, et « Catalogue », où sont présentés les objets les plus représentatifs de l’exposition.

2Une introduction rapide d’une demi-page expose le thème général et les perspectives de l’exposition. À l’issue de quinze ans de fouilles préventives, marquées notamment par les grandes découvertes occasionnées par le percement de l’autoroute A86, il semblait pertinent de proposer un bilan des résultats des différents chantiers effectués sur Nanterre et ses environs. L’objectif annoncé est donc de rassembler les données archéologiques recueillies entre 1993 et 2008 et encore non synthétisées pour établir un état des lieux des connaissances sur l’agglomération protohistorique de Nanterre, sur la période allant du iiie s. av. J.-C. au début de l’époque romaine, en réintégrant ces informations ponctuelles au sein de travaux thématiques mais plus généraux menés sur le peuple et le territoire des Parisii, auxquels les habitants de la Nanterre antique sont rattachés.

3Le premier chapitre de la partie de synthèse, intitulé « Les Parisii au iiie s. av. J.-C. », débute par une présentation du peuple et du territoire des Parisii (« Les peuples d’Île-de-France », p. 15-17). Après avoir insisté sur les difficultés méthodologiques inhérentes aux travaux sur les limites territoriales antiques, les auteurs s’attachent à situer les Parisii dans le réseau des différents peuples gaulois d’Île-de-France. La transition avec le thème suivant, consacré aux nécropoles du territoire des Parisii, est quelque peu malaisée. Il faut comprendre en filigrane que c’est à travers l’étude anthropologique des défunts et celle des mobiliers funéraires qu’a pu s’élaborer l’essentiel du discours sur l’organisation des communautés protohistoriques du secteur étudié. De fait, les développements consacrés aux nécropoles occupent cinq des sept parties de ce premier chapitre. L’accent est mis sur deux sites majeurs : la nécropole de Nanterre et celle de Bobigny, et, au sein de ces ensembles funéraires, sur l’étude des tombes à chars. Seule la dernière sous-partie du premier chapitre, intitulée « À la recherche des habitats » (p. 29), rappelle que l’appréhension des sociétés protohistoriques peut également passer par des études sur le monde des vivants. En guise d’introduction, la contribution généraliste « Les nécropoles » (p. 17-20) présente une vue d’ensemble des principaux sites funéraires franciliens des ive et iiie s. av. J.-C., en soulignant leurs caractéristiques générales : des inhumations en pleine terre rassemblées autour des tombes, plus riches, d’individus privilégiés, parfois des tombes à char ; des nécropoles mixtes incluant également des sépultures d’enfants ; enfin un mobilier funéraire abondant à partir duquel se construisent les réflexions sur l’identité et l’organisation des sociétés. En somme, ces ensembles funéraires s’insèrent parfaitement dans les schémas bien connus pour cette même période dans le reste de la Gaule du Nord. Ce caractère mérite d’être rappelé car plusieurs passages du texte laissent penser que les nécropoles et les modes d’inhumations observés en Île-de-France en général, et à Nanterre et Bobigny en particulier, sont exceptionnels. Ainsi, p. 18 par exemple, l’assertion « la présence d’un véhicule de combat semble être une caractéristique funéraire propre aux Parisii » doit être radicalement corrigée. Le développement suivant consacré à la nécropole de Nanterre (p. 20-24) marque le passage des données générales aux études de cas particulières. Les six paragraphes qui lui sont consacrés présentent les spécificités du site : des associations récurrentes de sépultures de guerriers et d’enfants, l’équipement militaire des défunts et les autres types de dépôts funéraires, enfin la pratique de la réouverture des tombes pour la récupération et la manipulation de certains ossements et objets. La nécropole de la bourgade antique de Bobigny (p. 24-26) est présentée en complément de l’exemple de Nanterre, en tant que « cas exceptionnel, unique en Europe » (p. 24). Fort de 527 tombes à inhumations et incinérations des iiie et iie s. av. J.-C., l’ensemble funéraire de l’hôpital Avicenne se détache en effet du reste des nécropoles franciliennes connues, beaucoup plus modestes et bien représentées par les trente sépultures de Nanterre. Les deux sous-parties suivantes sont consacrées aux tombes à char découvertes d’abord sur le territoire des Parisii (p. 26-27), puis dans la nécropole de Nanterre (p. 28-29). Les développements soulignent d’abord le faible nombre de cas répertoriés en Île-de-France, avant de détailler l’exemplaire d’exception découvert à Nanterre à la fin du xixe siècle. Ce premier chapitre dédié aux Parisii du iiie siècle av. J.-C. s’achève sur une courte notice évoquant, en guise de conclusion, les lacunes actuelles de la documentation archéologique concernant l’habitat (p. 29), situation paradoxale puisque la présence des nécropoles témoigne de la présence d’une population permanente et organisée.

4Le second chapitre de la partie de synthèse est intitulé « Les Parisii au iie et au ier siècle av. J.-C. » Son introduction donne le ton : la connaissance des sociétés de cette période passe cette fois avant tout par l’étude des formes de l’habitat – tant groupé que dispersé – et des activités économiques développées dans les villages et oppida ainsi que dans les campagnes, où se développent de vastes réseaux de fermes. Les établissements agricoles prédominent d’ailleurs au sein d’un paysage largement mis en valeur et d’où émergent les agglomérations de Nanterre, Bobigny, Chelles et Gournay-sur-Marne. Les différentes parties de ce second chapitre s’enchaînent de manière plus fluide que dans la partie précédente. Un premier développement consacré à la description des principales caractéristiques de l’économie, tournée vers l’élevage et l’agriculture (p. 33-34), met d’abord l’accent sur l’apparente contradiction entre l’image de la société et de la vie économique rurales, donnée par les fouilles de fermes, et la vision renvoyée par l’étude des mobiliers funéraires, où l’armement est encore le signe d’un statut privilégié, bien que ce dernier ne soit plus à cette époque acquis par le métier des armes. La partie suivante invite à comprendre le phénomène de regroupement progressif des populations dans des villages, à partir de l’exemple de Bobigny (p. 34-36), dont le sous-sol révèle progressivement les vestiges d’un vaste village d’artisans associé à deux nécropoles. La longue fréquentation du site, qui débute au ive s. av. J.-C. et connaît son apogée entre 150 et 100 av. J.-C., permet de suivre en détail les mutations des communautés, notamment l’évolution des statuts sociaux et économiques des habitants à travers l’étude des évolutions technologiques, celle des habitudes alimentaires ou encore par l’analyse de la répartition et de la qualité des éléments de parure. Dans les deux développements qui suivent (« L’urbanisme pré-romain en Gaule du Nord : les oppida » et « L’oppidum, siège des pouvoirs », p. 36-37), le cas de Bobigny est replacé dans le cadre de l’apparition en Gaule du Nord des premiers oppida, dont la fonction de centre fédérateur des pouvoirs économique, politique et religieux est détaillée, après avoir défini la notion complexe d’oppidum et les formes générales de ces établissements. L’agglomération protohistorique de Nanterre est alors proposée comme illustration de ce type d’occupation (« Nanterre, agglomération en bord de Seine », p. 38-41). Le site apparaît comme un important port fluvial, créé vers le milieu du iie siècle av. J.-C. et abandonné dans les années 30 av. J.-C. On regrettera pour cette partie l’absence d’un plan général des vestiges mis au jour, que la description détaillée de différents quartiers spécialisés, de puits de pierre et du réseau orthogonal de voirie rendait prometteur. À partir du cas de Nanterre, le thème de l’économie et des échanges est abordé dans la partie suivante (p. 41-54), qui est de loin la plus développée de l’ouvrage. La démonstration part de la présentation des principales voies de communication fluviales et terrestres par lesquelles transitaient les marchandises locales et exotiques alimentant l’agglomération, au premier rang desquelles la vaisselle fine et le vin, importés d’Italie comme le laissent à penser les tessons d’amphores et filtres à vin mis au jour. La découverte de nombreux éléments d’outils liés aux activités agricoles, comme les serpettes et les meules, montre en outre qu’une partie du traitement des matières premières se faisaient en ville et que des espaces dévolus à une petite agriculture devaient exister. L’étude des restes animaux, exposée p. 44-46, témoigne pour sa part des pratiques d’élevage, des pratiques alimentaires mais aussi de l’évolution des activités artisanales liées à l’élevage, comme l’abattage, la boucherie, ou encore le travail du cuir et de la peau, évoqué p. 51. Le travail des métaux et l’artisanat céramique, qui constituent les deux autres productions artisanales identifiées à Nanterre et à Bobigny, font chacune l’objet d’un développement (p. 46-50). Le thème suivant porte sur les « Cultes et manifestations cultuelles » (p. 55-62), abordés à partir de l’étude des armes et des dépouilles humaines découvertes dans les sanctuaires du nord de la Gaule, ou plus rarement en contexte d’habitat ou sur des espaces de banquet reconnus sur quelques sites d’Île-de-France, dont Nanterre. Les dépôts singuliers constitués d’objets de la vie quotidienne, comme les ensembles de rondelles en terre cuite, également mis au jour à Nanterre, constituent une autre manifestation des rituels domestiques. Derniers aspects de cette thématique, les cultes liés à la mort sont abordés au travers de la présentation de quatre cas de tombes atypiques à Nanterre et Bobigny. La première partie du livre s’achève enfin, un peu abruptement certainement, par une notice consacrée aux dépôts isolés d’objets, enfouis ou jetés dans les cours d’eau ou étangs en guise de consécration (« Les dépôts : des objets enfouis ou immergés », p. 62-65). La notice fait la part belle aux dépôts monétaires, dont huit exemples franciliens sont décrits.

5En définitive, dans la mesure où l’objectif déclaré de cette exposition est une étude de la manière dont les documents sur Nanterre « contribuent à développer notre connaissance des Parisii » (introduction, p. 9), les chapitres de la première partie ne peuvent échapper à deux critiques majeures relevant de la conception de l’ouvrage. La première est le recours à des titres généralistes beaucoup trop prometteurs et ambitieux, à commencer par le titre du livre, au regard du petit nombre de sites présentés et d’une approche beaucoup plus restreinte dans l’espace et dans les thèmes abordés que ne le laissent penser les intitulés. Ainsi, le contenu des textes ne répond que de loin à la question posée dans le titre général. L’ensemble du contenu du volume exprime davantage le souci d’insertion des données sur Nanterre à celles sur les Gaulois d’Île-de-France, et s’accorderait mieux avec un titre du type De Nanterre aux Parisii, du site au territoire. La seconde critique est que le choix d’une orientation grand public, au demeurant louable, n’est pas toujours en adéquation avec le registre très spécialisé du vocabulaire employé dans certaines notices, qui n’a pas forcément grand sens pour le visiteur non familiarisé avec le jargon archéologique (par exemple le sous-titre d’un chapitre sur la nécropole de Nanterre intitulé « une population de type naturel »). Dans le même ordre d’esprit, on regrettera enfin, sur le plan de l’organisation du volume, l’absence de transition entre les différentes parties des textes de synthèse, qui contraint le lecteur à se demander lui-même quel rapport peut être fait entre le nombre et la répartition des tombes à chars des Parisii et le fait que Nanterre soit ou non une capitale gauloise. Il est cependant nécessaire de préciser que ce jugement un peu sévère est avant tout dû à un problème dans l’organisation du volume, et ne remet pas en cause l’intérêt des thématiques abordées. L’équilibre a simplement été difficile à trouver entre les panneaux d’exposition et la construction d’un ensemble cohérent de textes dans le cadre d’un catalogue. À ce titre, nous attendons maintenant avec impatience la publication de la table-ronde qui s’est tenue à l’occasion de l’exposition Les Parisii et leurs voisins : géographie historique du second âge du fer au second siècle après notre ère, organisée par A. Viand et A. Bulard, pour une approche scientifique plus pointue et détaillée. Les débats ont porté sur les thèmes suivants : « Territoire et frontières, Vers une définition des faciès culturels d’Île-de-France » et « L’émergence des agglomérations en Île-de-France ». En attendant cette sortie que nous espérons rapide, les remarques formulées n’enlèvent rien à la qualité formelle et générale de l’ouvrage, qui fait office d’une bonne première approche de l’archéologie récente du secteur Nanterre/Bobigny. Nous soulignerons enfin l’excellente qualité et la pertinence du choix des photographies de la partie « catalogue ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Allinne, « Antide Viand (dir.), Nanterre et les Parisii. Une capitale au temps des Gaulois ? »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 359-361.

Référence électronique

Cécile Allinne, « Antide Viand (dir.), Nanterre et les Parisii. Une capitale au temps des Gaulois ? »Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/18586

Haut de page

Auteur

Cécile Allinne

Centre Michel de Boüard, CRAHAM, CNRS Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals