Navigation – Plan du site

Livres reçus

p. 363-370

Plan

Haut de page

De nombreux ouvrages nous ont été adressés. Faute de rédacteurs, tous, malheureusement, ne peuvent faire l’objet d’un compte rendu détaillé ; il nous paraît cependant utile de les signaler et d’en indiquer les caractéristiques principales. Cette présentation tient compte de tous les volumes que nous avons reçus, à l’exception toutefois de ceux qui sont entre les mains des collaborateurs du bulletin critique pour une future recension.

Anne-Marie Flambard Héricher

1400, l’Alsace dans l’Europe gothique, Strasbourg, Lieux Dits éditions, 2008, 208 p., relié, très nombreuses illustrations couleur dans le texte, ISBN : 978-2-914528-49-8, prix : 42 €.

Ce somptueux ouvrage est le fruit du travail du Service de l’inventaire du patrimoine de la région Alsace, il a été conçu comme un écho à l’exposition « Strasbourg 1400, un foyer d’art dans l’Europe gothique » qui s’est déroulée au musée de l’œuvre Notre-Dame de mars à juillet 2008. Des chercheurs universitaires et des professionnels du patrimoine français, allemands et suisses y ont collaboré et proposent des éclairages sur l’histoire de l’art, l’histoire et l’archéologie de cette époque. Chacun des quatre thèmes abordés trouve une illustration dans une région particulière d’Alsace : ainsi le premier, « Strasbourg, image d’une ville en 1400 », est sous titré « Parcours dans la ville », le second qui porte sur les formes du pouvoir en Alsace autour de la même date est l’occasion d’un parcours en Alsace du nord, le troisième, « Construire et habiter », nous convie à un voyage dans le Piémont alsacien et le dernier, qui traite des grands chantiers et de leur influence, nous amène vers le Rhin supérieur. Ce volume est aussi l’occasion de présenter tous les aspects du patrimoine : monuments, détails architecturaux, enluminures, objets d’art, il est complété d’un glossaire et d’une bibliographie.

Archéologie du Midi médiéval, t. 25, 2007, 232 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0758-7708, prix : 30 €.

Ce numéro de la revue Archéologie du Midi médiéval, paru au début de l’année 2008, est composé de trois parties : un ensemble d’articles aux thèmes variés, un dossier thématique intitulé « Des hommes et des murs » et un ensemble de courtes notices archéologiques regroupées sous le titre de « Notes et documents ». Une bibliographie régionale qui comprend les travaux universitaires (master 1 et 2 et thèses d’histoire et d’histoire de l’art) complète le volume.

Le recueil d’articles regroupe la présentation d’édifices religieux parfois nouveaux comme à Narbonne (O. Ginouvez avec D. Moulis) ou déjà connus comme à Beaucaire (A. Michelozzi), celle de sites ruraux comme l’aire agricole de la fin du Moyen Âge de Narbons près de Montesquieu-Lauragais (F. Guédon et C. Vallet) ou les ouvrages de terre fortifiés de l’ancien comté d’Astarac dans le Gers (N. Guinaudeau), des études de sites comme le château de Gruissan (V. Serdon) ou de terroir comme celui de Lunel vu à travers le compoix du xive siècle (E. Scripiec).

Le dossier spécial coordonné par G. Ferrand cherche à cerner la mise en défense tant dans les textes que sur le terrain. Les communautés de défense dans le Midi pendant la guerre de Cent Ans sont d’abord présentées par V. Challet, puis M. Mousnier et R. Viader abordent ce thème à travers la coutume et les recherches des traces d’aménagement ou de décisions dans les textes. Passant aux traces visibles sur le terrain, J. Crozier s’attache au cas des églises fortifiées et G. Ferrand à la construction d’un système défensif par la communauté des habitants.

Jacques Élie Brochier, Armelle Guilcher et Mireille Pagni (éd.), Archéologies de Provence et d’ailleurs. Mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, supplément au Bulletin archéologique de Provence, 5, Aix-en-Provence, Association Provence Archéologie, 2008, 823 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISBN : 978-2-9519704-4-7, ISSN : 0221-8321, prix : 45 €.

Cet imposant ouvrage est offert en témoignage d’amitié et de reconnaissance à deux archéologues provençaux passionnés. Il réunit des contributions venant d’horizons variés : associations, CNRS, collectivités territoriales, EHESS, Inrap, musées, Services régionaux de l’archéologie et universités qui abordent non seulement l’espace provençal mais également la Gaule voire la Corne de l’Afrique. La nature des études est également variée : sciences environnementales, de la faune, anthropologie, architecture, épigraphie ; les périodes abordées sont également très larges.

Dans cet ouvrage nous retiendrons spécialement quelques-unes des onze contributions qui se rapportent au Moyen Âge. Nous devons à Marc Codou une étude portant sur le passage du cimetière antique à l’église carolingienne Sainte-Marie du Flayosquet à Draguignan et à Émilie Pérez l’étude anthropologique des squelettes découverts à cette occasion. Lucas Martin présente l’église à piscine baptismale du haut Moyen Âge de Oppedette. Rémi Fixot et Caroline Michel d’Annonville proposent l’étude de la crypte de l’église de Sainte-Tulle et Philippe Borgard celle du baptistère de Riez. Au titre de l’habitat civil on note les contributions de Régine Broecker sur le passé médiéval du Beausset-Vieux et de Marie-Laure Laharie, Jean-Christophe Tréglia et Marc Brion sur le castrum de Montpaon.

Bulletin de la commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, t. LIV, 2006, 144 p., quelques illustrations noir et blanc et couleur, ISSN et prix non communiqués.

Outre les renseignements administratifs habituels, ce numéro renferme les procès-verbaux des séances 2006, la liste des édifices visités et six courtes communications consacrées principalement à des objets ou à des thèmes d’époque moderne.

Bulletin de la commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, t. LV, 2007, 224 p., quelques illustrations noir et blanc et couleur, ISSN et prix non communiqués.

La construction du volume LV est identique à celle du volume précédent. Neuf brefs articles sont présentés : notons particulièrement celle de P. Manneville consacrée à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, celle d’H. Schney sur les églises disparues du pays de Caux et celle de P. Sorel sur le manoir de la Cour du Mont à Duclair.

Joëlle Burnouf, Archéologie médiévale en France. Le second Moyen Âge (xiie-xvie siècle), Paris, La Découverte, 2008, 177 p., nombreuses illustrations en couleur dans le texte, ISBN : 9-782-7071-5323-4, prix : 22 €.

C’est un « autre Moyen Âge » que l’auteur nous fait découvrir à travers ce petit volume abondamment illustré, un Moyen Âge qui se démarque des images d’Épinal habituelles sans pour autant les renier et montre le rôle déterminant de cette époque dans l’ébauche du monde moderne. J. Burnouf évoque cette genèse en six chapitres qui présentent successivement : les milieux et les hommes, les dynamiques de l’espace rural, l’émergence de villes (« l’invention de la ville »), l’organisation de l’espace (« aménagement du territoire »), les lieux de pouvoir, les avancées technologiques qualifiées de « révolution industrielle » et enfin les manières de vivre. Au sein de chaque chapitre, des exemples aisément repérables par leurs pages colorées sont présentés par des archéologues de l’Inrap ou parfois du CNRS. Une bibliographie par chapitre et un index complètent l’ouvrage.

William R. Caraher, Linda Jones Hall et R. Scott Moore (éd.), Archaeology and History in Roman, Medieval and Post-Medieval Greece. Studies on Method and Meaning in Honor of Timothy E. Gregory, Aldershot-Burlington, Ashgate, 2008, relié, illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-0-7546-6442-0, prix : 60 £.

Cet ouvrage de mélanges offerts à Timothy E. Gregory est organisé en trois parties. La première, et la plus longue, est consacrée aux méthodes et analyses principalement appliquées ici à des périodes anciennes. La seconde aborde la question de l’identité appréhendée par l’archéologie ; la troisième enfin porte sur les changements du paysage, notamment dans la Grèce byzantine ou à l’occasion d’études de nécropoles rurales voisines de Corinthe.

Alain Champagne, L’artisanat rural en Haut-Poitou (milieu xive-fin xvie), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2007, 242 p., 12 cartes noir et blanc et deux tableaux hors texte, préface de Monique Bourin, ISBN : 978-2-7535-0442-4, prix : 18 €.

Ce volume est issu de la thèse de l’auteur qui, dans le cadre d’une région à la modernité et au dynamisme modestes, le Poitou, s’est attaché à cerner artisanat et artisans, tentant de dresser un tableau ethnographique de la société rurale du xive au xvie siècle. Organisé en trois chapitres, l’ouvrage présente d’abord la production en suivant le processus d’élaboration du produit, de l’atelier au marché. Il cherche à définir les choix d’implantation des ateliers, leur statut, explore les rivalités et luttes pour s’approprier le combustible et les matières premières, évoque enfin les contraintes de la commercialisation et les réseaux mis en place par les marchands.

La seconde partie porte sur les hommes. Qu’est-ce qu’être artisan ? Alain Champagne tente de donner une définition de leur statut et d’évaluer leur nombre. Autour de l’homme gravite la famille dont l’auteur essaie de cerner la composition, mais l’artisan est aussi organisé en métier, A. Champagne s’attarde ici particulièrement sur les verriers. Le niveau de vie, les revenus, les possibilités de promotion sociale sont envisagés ainsi que la question de la mobilité professionnelle.

La troisième partie place l’artisan au sein de la seigneurie rurale et dans un cadre cette fois-ci économique. La situation au sein du Poitou est examinée lors des guerres avec la question du renouvellement des populations et aussi la question des redevances. Enfin le rôle des élites dans la concentration des ateliers est présenté.

L’ouvrage est complété par des cartes (12), par des tableaux et par des pièces justificatives ; il s’achève par une liste des sources consultées, par une bibliographie et un index des noms de lieux.

Elisabeth Coatsworth (dir.) avec des contributions de John Higgitt, G. K. Lott, D. N. Parsons et John R. Senior, Corpus of Anglo-Saxon Stone Sculpture, vol. VIII, Western Yokshire, Published for the British Academy par Oxford University Press, 2007, 514 p., cartes couleurs, photos et dessins au trait noir et blanc dans le texte et 870 photos noir et blanc en planches hors texte, en fin de volume, ISBN : 978-0-19-725425-6, prix : non communiqué.

Cet imposant ouvrage, relié et muni d’un index, constitue le dernier volume du remarquable Corpus des pierres sculptées anglo-saxones, fruit d’un projet de l’université de Durham, qui voit ici son aboutissement. Le premier chapitre, traitant de l’enquête préliminaire, est suivi de deux parties consacrées aux contextes, d’abord les contextes historiques dans lesquels ont été produites ces sculptures, de la période romaine à la période viking, ensuite au contexte géologique. Les chapitres suivants sont dévolus aux formes (croix, têtes et bases de croix) et à l’ornementation, animale ou végétale. Ensuite sont abordées les scènes figurées avant de se pencher sur leur répartition et leur datation. Dans le dernier chapitre, les inscriptions sont étudiées. Enfin, de la p. 85 à la p. 293, le corpus est présenté avec des illustrations au trait tandis que les photos sont rassemblées en fin de volume.

Marie-Geneviève Colin (dir.), Christianisation et peuplement des campagnes entre Garonne et Pyrénées, ive-xe siècles, Archéologie du Midi médiéval, supplément n° 5, 2008, préface de Jean Guyon, nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte (photos et dessins au trait) et planches couleur hors texte, 312 p., avec cédérom du Corpus des édifices et objets ruraux de culte chrétien en Novempopulanie, ISSN : 1278-3358, ISBN : 978-2-9504321-9-3, prix : 35 €.

Cette étude s’appuie sur le recensement et l’étude comparée des édifices et objets du culte chrétien entre le ive et le xe siècle dans le but de mettre en évidence la topographie chrétienne de la région. L’ouvrage s’organise en trois parties : la première dessine un tableau du cadre géographique et chronologique et présente les sources archéologiques, archivistiques ou bibliographiques de l’enquête ; la seconde s’attache à des cas privilégiés comme l’ensemble cultuel et funéraire d’Arnesp à Valentine (Haute-Garonne), le site de Géou à Labastide d’Armagnac dans les Landes et le site de Saint-Gisors à Maubourget en Hautes-Pyrénées et à une série de « cas monographiques significatifs ». Dans la troisième partie, M.-G. Colin tente d’esquisser une chronologie régionale en mettant en évidence les principaux aspects de la christianisation. Un index des noms de lieux complète le volume.

Le cédérom regroupe les fiches établies pour constituer le corpus assorties d’une abondante documentation photographique et cartographique.

Rita Compatangelo-Soussignan, Jean-René Bertrand, John Chapman et Pierre-Yves Laffont (dir.), Marqueurs des paysages et systèmes socio-économiques, Actes du colloque COST du Mans (7-9 décembre 2006), Presses universitaires de Rennes, 2008, 286 p., nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, et un cahier en couleur hors texte, ISBN : 978-2-7535-0556-8, prix : 29 €.

Ce volume d’actes est organisé autour de trois thèmes. La première orientation visait à observer les marques du paysage et les éléments structurants notamment les marquages symboliques et les systèmes d’exploitation. Concernant le Moyen Âge, on notera les interventions d’O. Bruand sur les églises et de M.-C. Bailly-Maître sur les paysages miniers. Le second thème s’attache aux trames paysagères, aux réseaux routiers et aux trames parcellaires ; P.-Y. Laffont y évoque les relations entre châteaux et réseau viaire de la France méridionale et S. Leturcq le paysage agraire notamment marqué par les crêtes de labour dans le paysage beauceron. Les paysages historiques de l’Europe du nord-ouest constituent le troisième thème : P. Brunet y présente les marqueurs des paysages pré-industriels de Basse-Normandie, P. Madeline et M. Marie le patrimoine bâti du pays d’Auge tandis que J.-R. Bertrand évoque la mise en scène des paysages dans le Parc régional Normandie-Maine.

Conimbriga, vol. XLVII, 2008, 195 p., illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, sept dépliants, ISSN : 0084-9189, prix : non communiqué.

Ce numéro de la revue de la faculté des lettres de l’université de Coimbra réunit neuf articles portant sur l’Antiquité parmi lesquels un essai de topographie historique soigneusement illustré à l’aide de dépliants ; il est complété d’un bulletin critique.

Thomas Coomans et Anna Bergmans (dir.), In zuiverheid leven Het Sint-Agnesbegijnhof van Sint-Truiden, Relicta Monografieën 2, Bruxelles, Vlaams Instituut voor het onroerend erfgoed, 2008, 479 p., avec un résumé en anglais et en français, nombreuses illustrations noir et blanc et couleur, ISSN : 2030-9910, ISBN : 978-90-7523-0000, prix : non communiqué.

Le mouvement béguinal suscite depuis plus d’un siècle l’intérêt d’un large public tant en Belgique qu’à l’étranger. Le présent ouvrage est la première monographie scientifique sur un béguinage, celui de Saint-Trondt, qui fonde sa spécificité sur un ensemble unique de peintures murales. Dans cette monographie, une dizaine d’auteurs présentent des contributions articulées autour de trois thèmes : l’histoire, l’architecture et le décor intérieur de l’église.

Le béguinage de Saint-Trondt est né en 1258 du rassemblement de plusieurs groupes disséminés dans la ville. Il devait exister pendant 540 ans. Le chapitre historique retrace les quatre phases de son évolution. La vie au béguinage est ensuite abordée à la lumière des archives conservées. Les sources matérielles complètent heureusement les données : la topographie, l’église, les maisons, les peintures murales, le mobilier liturgique représentent un apport considérable. Celui de l’archéologie est essentiel : une fine analyse du bâti et l’analyse dendrochronologique des charpentes ont permis de définir trois phases de construction principales : au milieu du xiiie siècle, dans la première moitié du xive siècle et au début du xvie siècle. Dans l’élan de la Contre-Réforme, le béguinage procéda à un blanchissement intérieur : les fameuses peintures murales furent recouvertes mais pas détruites.

Les 38 peintures se rapportent à trois moments de la vie de la communauté : un premier ensemble dans le chœur et sur l’arc triomphal remonte au xive siècle, un second, sur les piliers de la nef (cycle marial) au début du xvie et des tableaux votifs peints dans les bas-côtés à la seconde moitié du xvie siècle.

Enfin l’organisation du béguinage est également étudiée : église, maisons pauvres ou plus riches, jardins sont tour à tour présentés.

Vincent Debiais (textes établis et présentés par), Corpus des inscriptions de la France médiévale, 23, Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan (région Bretagne, Loire-Atlantique et Vendée (région Pays-de-la-Loire), Paris, CNRS Éditions, 2008, 164 p., photos noir et blanc dans le texte, introduction de Cécile Treffort, ISBN : 978-2-271-06759-3, prix : 39 €.

Ce volume consacré aux inscriptions du viiie au xiiie siècle couvre six départements répartis sur les deux régions de Bretagne et des Pays-de-la-Loire. Il présente 151 inscriptions classées en fonction de leur localisation actuelle : on trouve ainsi un lot exceptionnel d’agrafes à inscription conservées au musée Dobrée qui sont ornées d’inscriptions parfois personnelles voire intimes, ou encore des bagues annulaires avec devise. Au titre des raretés, on trouve aussi la mesure à blé de Lannion ou les épées inscrites conservées à Nantes. Les inscriptions présentes sur les sépultures des grands familles apportent des informations biographiques ou lignagères, enfin l’étude des croix funéraires en granite de Bretagne offre un éclairage original sur ces stèles monumentales. Un index des noms propres, un index thématique et un index de concordance des mots complètent le volume.

Luca Donnini et Lorena Rosi Bonci, Civitella d’Arna (Perugia, Italia) e il suo territorio. Carta archeologica, Notebook on medieval topography (Documentary and Field Research) edited by Stefano del Lungo, n° 8, BAR International series 1798, 2008, 209 p., ISBN : 978-1-4073-0219-5, prix : non communiqué.

Ce huitième volume de la collection Notebook on medieval topography est le premier consacré à une carte archéologique au sens où l’entend le ministère de la Culture et de la Communication en France : le recensement des vestiges archéologiques ruraux et urbains et des travaux de recherche dont ils ont fait l’objet. L’ouvrage est organisé en sept chapitres. Le premier et le second concernent les centres urbains et présentent le cadre géographique et le contexte historique ainsi que le catalogue des faits archéologiques. Les troisième et quatrième chapitres s’attachent au territoire et répertorient villas, ateliers, sépultures et zones de concentration de mobilier. Les nécropoles urbaines fouillées au xviie et xixe s. sont abordées au chapitre cinq, le matériel de réemploi, au chapitre six. La synthèse historique (depuis la préhistoire jusqu’à la fin du Bas-Empire) et topographique conclut le volume.

Aline Durand (éd.), Jeux d’eau, moulins, meuniers et machines hydrauliques xie-xxe siècle. Études offertes à Georges Comet, (Collection Cahier d’Histoires des Techniques, 7), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2008, 288 p., quelques illustrations noir et blanc, ISBN : 978-2-85399-692-1, prix : 20 €.

Georges Comet a consacré une grande partie de ses recherches aux moulins et à leur place dans la société occidentale. Les dix-sept contributions de cet ouvrage rendent hommage à l’homme et à ses travaux et viennent s’ajouter au volume consacré aux plantes exploitées et cultivées qui lui a été offert en 2007. Nous retiendrons notamment ici le débat présenté par M. Arnoux sur le commerce des blés en 1472, la mise en évidence de l’innovation que représente, dans l’Italie du Quattrocento, une pratique thérapeutique nouvelle : la douche thermale, la description, par R. Halleux, du passage de l’hydraulique minière à l’hydraulique somptuaire, la présentation par F. Laffé de l’oléiculture et des moulins à huile en terre des Baux à la fin du xvie et au début du xviie siècle et l’exposé de J. Langdon sur le développement des traditions techniques dans l’Angleterre médiévale. C’est aux moulins toscans que s’attache C.-M. de La Roncière tandis que D. Lohrmann nous présente le pape Urbain V, constructeur de puits. Dans le domaine des techniques, à partir d’un ex-voto, K. Sylvain-Touche décrit le mécanisme d’un moulin à eau à roue horizontale et C. Verna s’intéresse au moulin à fer.

Fasciculi Archaeologiae historicae, Les envahisseurs des temps médiévaux et leurs armes, Antiquité et haut Moyen Âge, fasciculus XX, 2007, Institut d’archéologie et d’ethnologie de l’académie polonaise des sciences, Département de Łódź, 97 p., ISSN : 0860-0007, illustrations noir et blanc dans le texte, prix : non communiqué.

Ce fascicule complète le n° XIX intitulé Envahisseurs et leurs armes, Antiquité et haut Moyen Âge, publié en 2006. Ils appartiennent tous deux aux travaux du colloque international consacré à l’archéologie et à l’histoire des armes et de l’armement médiévaux tenu à Lodz en 2005. Ce petit volume est aussi le dernier publié sous la direction de Tadeusz Poklewski-Koziell qui assurait cette fonction depuis 1994.

Huit contributions composent ce volume. On notera celle de Piotr Kotowicz et Arkadius Michalak qui présentent les haches de guerre polonaises à soie de la fin du Moyen Âge et s’interrogent pour définir s’il s’agit d’une arme tatare ou locale ; celle d’Annette Seemann évoque les armes des barbares dans l’iconographie du Moyen Âge et celle de Sven Ekdahl les machines de siège pendant les croisades. Les armes utilisées au château de Vilnius, tant par les défenseurs que par les assaillants, sont décrites par Gintautas Rackevicius qui en dresse le catalogue. L’iconographie et les chroniques sont également mises à contribution pour compléter ce panorama médiéval.

Fasciculi Archaeologiae historicae, Studies into Mounted Warrior’s Equipment in Antiquity and the Middle Ages, fasciculus XXI, 2008, Institute of archaeology and ethnology of Polish academy of Sciences, Łódź, Branch, 87 p., ISSN : 0860-0007, illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, prix : non communiqué.

Dans sa préface Jerzy Maik qui a assuré la coordination de ce fascicule avertit les lecteurs d’un certain nombre de changements qui affectent la collection. Il s’agit en premier lieu du changement de direction : celle-ci lui est désormais confiée, mais la ligne éditoriale reste la même, les thèmes abordés privilégiant toujours l’histoire des armes, de l’armement et la science militaire. Les contributions seront toujours publiées dans la langue des intervenants, en revanche couverture et page de titre qui étaient en français seront désormais en anglais. Le présent fascicule rassemble sept contributions dont deux, en russe, une en français et les quatre dernières en anglais. Toutes sont consacrées au harnachement du cheval.

Gérard Giuliato, Châteaux et Villes fortes du comté de Vaudémont en Lorraine médiévale, Nancy, Presses universitaires de Nancy, collection « Archéologie, Espaces, Patrimoines », 2008, 276 p., préface de Michel Bur, nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte (photos et dessins au trait), cédérom avec très nombreuses cartes et photos couleur, ISBN : 978-2-86480-954-8, prix : 30 €.

Le travail de Gérard Giuliato vise à donner au comté de Vaudémont, après les travaux de Michel François consacrés aux comtes, une base matérielle. On voit ici se constituer le comté au détriment de deux pagi carolingiens, le Saintois et le Chaumontois. L’ouvrage s’attache successivement à huit sites d’importance inégale : Bainville-aux-Miroirs, Chaligny, Châtel-sur-Moselle, Deuilly, Messein, Pont-Saint-Vincent, Vaudémont et Vézelise ; pour chacun l’examen des textes précède une étude architecturale. Les illustrations intégrées au texte sont en nombre volontairement limité puisqu’un cédérom riche de cartes, de plans de relevés d’architecture et de photos souvent munies de légendes explicatives vient compléter l’information dans ce domaine.

Le volume est enrichi d’une synthèse en français et de résumés en anglais et en allemand.

Étienne Hamon, Un chantier flamboyant et son rayonnement : Gisors et les églises du Vexin français, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, 652 p., ISBN 978-2-84867-219-9, nombreuses illustrations noir et blanc et quelques illustrations en couleur dans le texte, prix : 45 €.

Cet ouvrage est issu d’une thèse dirigée par Éliane Vergniolle et soutenue à l’université de Besançon en 1996. C’est une étude qui repose sur un important dépouillement, présenté en fin de volume en pièces justificatives, des comptes de l’église et des comptes de la fabrique auxquels s’ajoutent des listes d’artistes et artisans qui ont travaillé pour l’église.

Le corps de l’ouvrage est organisé en trois parties. La première dresse le tableau des conditions de l’essor de l’architecture flamboyante dans le Vexin, cadre marqué par une dualité ancienne qui se traduit par des divisions administratives et une géographie spirituelle complexe. Les domaines monastiques et les seigneuries laïques y dessinent une véritable mosaïque. La fin de la guerre de Cent Ans ouvre une période de lente stabilisation politique et économique et peu à peu on assiste au retour de la prospérité. En ce qui concerne le contexte monumental, des églises ont été détruites lors de la guerre de Cent Ans. É. Hamon donne l’exemple de deux d’entre elles : Pontoise et Les Andelys. Au cœur du Vexin la reconstruction s’organise autour de Gisors entre 1490 et 1550. L’auteur présente les acteurs de la commande : le clergé, la haute aristocratie – noblesse d’épée, princes du sang proches de la cour –, mais aussi la noblesse locale et même la bourgeoisie, tandis qu’à la tête de la maîtrise d’ouvrage, on trouve de puissantes institutions collectives – la fabrique et la municipalité que l’auteur qualifie d’« envahissantes ».

Dans la seconde partie, après avoir dressé le tableau de la ville de Gisors au Moyen Âge, É. Hamon décrit l’église actuelle de Saint-Gervais avant de s’attacher au financement, à l’approvisionnement et à l’équipement du chantier, puis à une présentation de ses maîtres d’œuvre.

L’analyse architecturale est l’objet de la troisième partie, É. Hamon y met en évidence l’œuvre des maçons, dans des créations collectives, comme le chevet, ou personnelles comme celles de Robert Grappin. Il tente ensuite de mettre en évidence les sources de ces créations et leur postérité architecturale, et enfin de dégager les constantes de l’architecture flamboyante du Vexin mais aussi les ruptures qui en font l’originalité.

L’ouvrage est complété d’un index des noms de lieux et de personnes.

Indice Historico Espanol, vol. XLV, n° 122, 2007 [2008], Publication semestrielle du Centre d’Études historiques internationales, Faculté de géographie et d’histoire, Publications et éditions, Université de Barcelone, Barcelone, 344 p., pas d’ISSN ni de prix communiqués.

Il s’agit d’une présentation bibliographique regroupée par thèmes parmi lesquels notamment l’histoire de l’Espagne et le Moyen Âge.

Ligures. Rivista di Archeologia, Storia, Arte et Cultura Ligure, n° 5 (paru en août 2008), 2007, 199 p., noir et blanc,
ISSN : 1824-7776, prix non communiqué.

Cette revue réunit les résultats d’enquêtes archéologiques mais aussi des informations sur les expositions, sur les colloques et sur les diverses activités des musées. Il s’agit généralement de courtes contributions. On notera spécialement les résultats d’une enquête paléobotanique réalisée sur des sédiments du haut Moyen Âge de la région de Savone et l’analyse de bâti de la tour « del Marocco » dans la commune de Morbello.

Philippe Racinet (coord.), Le site castral de Boves (Somme) du xe au xviie siècle, Bilan des recherches archéologiques 2001-2006, Revue archéologique de Picardie, 2008, n° 1-2, 168 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN 0752-5656, prix : 30 €.

Le château de Boves, proche d’Amiens, est installé sur un promontoire naturel qui porte également un prieuré clunisien, Saint-Ausbert, et une église paroissiale, Notre-Dame des Champs, annexée à un prieuré cure.

Comme l’indique le sous-titre, le présent volume est un bilan d’étape des recherches en cours sur ce site. Alors que la fouille se poursuit, l’ouvrage s’attache aux données de terrain acquises entre 2001 et 2006 reportant l’instrumentum dans un volume complémentaire et l’étude complète des données dans un volume de synthèse ultérieur. Ces choix expliquent une présentation très proche, dans sa rédaction, d’un rapport de fouilles, mais illustré d’une iconographie en couleurs très riche et particulièrement soignée. Le propos est organisé de manière chronologique en reprenant les phases mises en évidence par les données de terrain.

La phase 1 correspond à la construction de la motte au début du xe siècle. Celle qui lui succède s’organise en deux temps : dans la première moitié du xe siècle, une résidence aristocratique composée de deux bâtiments de bois est bâtie, elle est ensuite fortifiée par un rempart de terre et de bois dans la seconde moitié du xe siècle. Dans la phase 3, entre la fin du xe et le milieu du xiie siècle, les bâtiments se multiplient et évoluent notamment avec l’adoption de la pierre. Dans la phase IV, Boves devient un véritable château fort, l’orientation des bâtiments change et l’utilisation de la pierre est désormais massive. La phase 5 (xive-xvie siècle) voit un réaménagement de l’espace intérieur suivi par le déclin et la disparition de la forteresse du xviie au xixe siècle.

Revue archéologique d’Île-de-France, n° 1, 2008, 424 p., ISSN non communiqué, illustrations noir et blanc et couleurs dans le texte, prix : 15 €.

Le présent volume constitue le premier numéro d’une nouvelle revue dirigée par Daniel Mordant destinée à présenter les résultats des recherches, particulièrement nombreuses, conduites en Île-de-France. Après les huit premières contributions consacrées aux périodes anciennes, douze articles sont dédiés aux périodes historiques : quatre à l’Antiquité et le reste au Moyen Âge et même aux époques moderne et contemporaine.

Quelques sépultures de la fin viie siècle-début viiie siècle découvertes à Dugny en Seine-Saint-Denis, contenant un riche mobilier, sont présentées par Pascal Métrot et Cécile Buquet-Marcon. C’est un habitat du haut Moyen Âge, « La Chapelle, La Croix verte » au Mesnil-Aubry (Val-d’Oise), composé de fonds de cabanes, silos fours puis de bâtiments divers sur poteaux que nous présente ensuite François Gentili. La céramique issue de cette fouille est également analysée ainsi que les meules, le mobilier en os et quelques objets de métal. Une étude archéozoologique due à Jean-Hervé Yvinec et une étude carpologique due à Marie-Pierre Ruas complètent ce panorama.

Représentative des études architecturales et de bâti, la contribution d’Ivan Lafarge et Isabelle Caillot porte sur les premiers résultats des surveillances archéologiques de la restauration de l’église Saint-Sulpice d’Aulnay-sous-Bois. Fabienne Ravoire livre ensuite l’étude d’un ensemble de céramiques du xvie siècle, poterie culinaire, lampes à huile, mangeoire à oiseaux…, provenant d’un dépotoir domestique à Ivry-sur-Seine. Enfin une contribution de Paul Celly aborde le premier bastion de l’enceinte de Charles IX découvert lors du réaménagement du musée de l’Orangerie à Paris et une note de Christian Piozzolo livre les résultats d’un sondage archéologique réalisé dans la propriété Rodin à Meudon qui a mis au jour les restes de sculptures de plâtre.

Revue archéologique de Picardie, n° 3-4, 2008, 251 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur dans le texte, ISSN : 0752-5656, prix : 30 €.

Ce numéro est entièrement consacré à dix contributions qui évoquent des découvertes archéologiques allant de la préhistoire à l’époque romaine. Cinq d’entre elles portent sur du mobilier céramique ou métallique.

Élisabeth Zadora-Rio (dir.), Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, 34e supplément à la Revue archéologique du centre de la France, Tours, 2008, nombreuses illustrations noir et blanc dans le texte, ISBN : 978-2-913-572-19-4, ISSN : 1159-7151, prix : 33 €.

Cet ouvrage est l’aboutissement d’un programme de recherches entrepris en 1995 en réponse à un appel d’offre du département SHS du CNRS sur le thème « Paysages, évolution et dynamiques ». Ce programme rapidement devenu caduc pour le CNRS a été poursuivi avec le soutien d’ARCHEA (Association en région Centre pour l’histoire et l’archéologie) et de la région Centre.

Dans une introduction, É. Zadora-Rio présente les objectifs de ce livre qui vise à nous montrer l’inscription dans l’espace de la paroisse avec sa formation, ses transformations et sa fossilisation, et à évaluer comment s’effectue la sacralisation de l’espace. La Touraine, par la présence de Grégoire de Tours, est un terrain d’études privilégié ; aussi le cadre géographique choisi est principalement l’Indre-et-Loire et le diocèse de Tours pour la période médiévale. Elle présente également l’équipe qui a travaillé autour d’elle : É. Blin, D. Boutin, P. Chareille, J.-M. Gorry, X. Rodier, C. Rupin-Scheid.

La première des quatre parties qui composent l’ouvrage est consacrée aux lieux de culte avec la mise en place du maillage ecclésial, la description de ce réseau à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne et enfin sa pérennité à travers les vocables et les reliques. La seconde partie présente le système de peuplement et les limites territoriales, tandis que la troisième évoque l’évolution des communes depuis la Révolution jusqu’à nos jours. La quatrième partie dessine la morphologie communale et tente une modélisation des dynamiques territoriales. Une conclusion d’É. Zadora-Rio, un résumé anglais du contenu de l’ouvrage, une liste des sources citées et de la bibliographie ainsi qu’un index thématique et géographique achèvent ce volume.

  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals