Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II 1. – Diagnostics et surveillan...Palluau-sur-Indre (Indre). Prieur...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Palluau-sur-Indre (Indre). Prieuré Saint-Laurent

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Sur le coteau escarpé de la rive droite de la rivière l’Indre, Palluau-sur-Indre se compose d’un enclos castral avec une église paroissiale dans la partie haute de l’agglomération tandis que la partie basse contient l’enclos d’un prieuré dépendant de l’abbaye de Saint-Genou. L’église est le seul édifice conservé et consiste en une nef avec transepts débordants, précédés par un chœur avec abside. Sous le chœur, dont le sol est surélevé de 2 m par rapport au sol extérieur, se situe une crypte voûtée en berceau. À l’intérieur, des peintures murales du xiie et du xve s. ainsi qu’une litre funéraire méritent une attention particulière.

2Le site a fait l’objet d’un diagnostic archéologique en 2005 (Archéologie médiévale, t. 36, p. 286) qui a mis en évidence des niveaux de sol au sud du chevet, des horizons de sépultures en pleine terre et en caisson maçonné ainsi que des murs pouvant correspondre à des clôtures à l’intérieur de l’enclos. La démolition de deux bâtiments récents accolés au chevet nord a occasionné un diagnostic d’une partie des élévations de l’église. L’étude des maçonneries existantes a permis d’isoler deux phases majeures de transformations dont celle de la crypte devenue une cave lors de la construction d’un des appentis. Cette phase est antérieure à 1811, date de rédaction du cadastre. L’examen des parements a mis en évidence une construction homogène en pierre de taille (tufeau) avec toutefois une rupture probable entre le montage du bras nord du transept et le chœur. Partiellement protégés des intempéries, les parements conservent des indices intéressants sur les techniques de construction mises en œuvre, dont des joints épais rubanés, des fenêtres clavées et des fenêtres étroites surmontées de linteaux échancrés. La présence d’une bande de piquetage associée à des traces d’enduit a été observée sur toute la longueur du chevet, à 3,50 m du sol. Elle évoque une litre funéraire à l’extérieur, sans doute contemporaine de celle peinte située à l’intérieur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Palluau-sur-Indre (Indre). Prieuré Saint-Laurent »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 210.

Référence électronique

Simon Bryant, « Palluau-sur-Indre (Indre). Prieuré Saint-Laurent » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.19114

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search