Navegación – Mapa del sitio
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Voujeaucourt (Doubs). Belchamp

Responsable de la operación: Valérie Viscusi Simonin
p. 211

Entradas del índice

Año de la operación:

2008
Inicio de página

Texto completo

1La prescription d’un diagnostic archéologique comportant étude documentaire et repérage du bâti dans le domaine de l’ancienne abbaye de Belchamp est liée à l’aménagement d’un ouvrage d’art et à l’élargissement de la voirie d’autoroute voisine.

2L’abbaye de Belchamp a été fondée entre 1142 et 1145 par le comte de Montbéliard Thierry II qui a fait appel aux prémontrés de l’abbaye de Corneux. Les bâtiments de l’abbaye furent démolis à plusieurs reprises, en 1367 par un incendie, en 1476 par les troupes du duc de Bourgogne. En 1525, alors que la religion réformée est introduite à Montbéliard, l’abbaye est pillée puis, en 1554, sécularisée. Les biens du domaine sont amodiés à des particuliers. Un dernier incendie détruisit l’église et les bâtiments en 1725. L’église ne fut pas reconstruite et le domaine devint une simple ferme, amodiée au profit des princes de Montbéliard. À la Révolution, les domaines du prince fugitif furent vendus comme biens nationaux.

3Aucun vestige des édifices médiévaux ne semble subsister. La superposition du plan cadastral actuel sur le plan levé en 1835 met en évidence la pérennité du plan d’un grand nombre de bâtiments. Toutefois, si les maisons reprennent l’emplacement d’édifices plus anciens, leurs élévations visibles sont récentes.

4Le cours de la rivière est limité par un mur de pierre de taille plus ou moins bien conservé, continu tout au long de l’emprise de l’abbaye. Dans l’espace concerné par les travaux, il est conservé sur une hauteur d’environ 1,80 m côté rive, et 4,40 m côté Doubs. Sur cette face, son parement est constitué d’un appareil en pierre de taille à assises régulières, pourvu de bossages. Trois ouvertures sont aménagées dans la partie supérieure du mur, constituée de deux assises de pierre de taille au parement dressé. Ces baies sont comprises dans l’emprise d’un bâtiment démoli, figuré sur le plan cadastral de 1835, et leur aménagement semble postérieur à la construction de la partie basse du mur de berge. Elles sont comparables aux baies de l’étage d’un des grands édifices de l’ancienne abbaye, qui porte le millésime 1819. Il est donc possible que l’édifice démoli à proximité de l’autoroute ait été construit au xixe s. Sa fonction n’est pas connue.

5Les bossages ornant le mur de berge diffèrent des exemples médiévaux locaux mais sont comparables à une maçonnerie édifiée au xvie s. Cette typologie coïncide avec la chronologie de l’histoire de l’abbaye. La construction du mur de berge ne paraît en effet envisageable qu’entre 1478 (incendie) et 1554 (sécularisation et amodiation).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Valérie Viscusi Simonin, « Voujeaucourt (Doubs). Belchamp »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 211.

Referencia electrónica

Valérie Viscusi Simonin, « Voujeaucourt (Doubs). Belchamp » [ficha arqueológica],Archéologie médiévale [En línea], 39 | 2009, Publicado el 08 marzo 2019, consultado el 06 abril 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/19130

Inicio de página

Autor

Valérie Viscusi Simonin

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Responsable de la operación

Valérie Viscusi Simonin

operación (es) dirigida (s) por este arqueólogo

Inicio de página

Derechos de autor

Archéologie Médiévale

Inicio de página
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals