Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II 2. – Fouilles préventivesGruchet-le-Valasse (Seine-Maritim...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Fouilles préventives

Gruchet-le-Valasse (Seine-Maritime). Abbaye Notre-Dame du Vœu

Responsable d’opération : Éric Follain
p. 212-214

Texte intégral

1L’aménagement d’un parc consacré au développement durable a fait l’objet d’un suivi archéologique de 2006 à 2008, concernant une partie des bâtiments de l’abbaye cistercienne dite du Valasse, fondée en 1157. Au xviiie s., le corps de bâtiment sud est totalement reconstruit et les deux ailes voient leurs façades entièrement rhabillées selon les canons de l’architecture classique. Après la Révolution, l’abbaye, devenue résidence bourgeoise, perd les derniers vestiges en élévation de son abbatiale, démolie en 1810.

2Quelques tronçons de l’adduction du Valasse, captant une partie des eaux de la rivière Le Bolbec, sont apparus lors des surveillances de travaux. Le conduit maçonné a été précédé d’un ruisseau ; les prospections géophysiques ont en effet révélé plus au sud la présence sur un même axe d’un canal creusé à ciel ouvert. L’aqueduc qui le prolonge est construit entre deux massifs de mortier et de silex, avec un conduit en moyen appareil sous une voûte surbaissée, daté vraisemblablement de la fin du Moyen Âge. Cet aqueduc reste en fonction jusqu’à la Révolution comme l’indiquent quelques fragments de faïence rouennaise trouvés dans son envasement. Des sondages complémentaires ont permis de préciser son parcours : il passe sous l’extrémité sud de l’aile des moines, longe le corps central et aboutit dans un puisard aménagé dans l’épaisseur d’un des murs du réfectoire. La distribution du réseau dans les différents bâtiments de l’abbaye demeure inconnue à l’exception d’une canalisation de plomb protégée par un boîtier de calcaire qui paraît liée à la cuisine dans le pavage duquel elle est aménagée. Elle pourrait cependant avoir également desservi un lavabo situé dans l’angle SO du cloître.

3Les bâtiments conventuels s’organisent autour du cloître dont les caractéristiques architecturales originelles ont pu être précisées. Les fondations de la galerie ont été reconnues sur trois côtés ainsi qu’une partie de l’élévation du mur-bahut. Un mur de refend coupant la galerie dans l’angle SO suggère l’existence d’une ruelle des convers et isole l’aile ouest réservée à leur usage. Le mur-bahut devait soutenir une colonnade dont quelques éléments ont été retrouvés dans des remblais ou en remplois : fûts ou bases à griffes de colonnes géminées datables de la deuxième moitié du xiie s.

4Dans la galerie du corps central reconstruit en 1740, a été découvert un pavage de carreaux de terre cuite composé de pavés de 11,5 cm x 11,5 cm. Un massif de maçonnerie observé en limite du dallage et comportant une sole de briques permet d’interpréter cet espace comme la cuisine. L’absence d’occupation antérieure sous les pavés et les caractéristiques de ces derniers permettent de proposer une datation ancienne.

5L’aile des convers – partie la mieux conservée – a bénéficié des observations les plus nombreuses. Elle comporte, au rez-de-chaussée, le réfectoire du xiie s., simplement modifié par l’adjonction d’une cheminée des xve-xvie s., et un cellier médiéval dont nous avons revu la chronologie. Extérieurement, des reprises pour restauration ont permis de prouver l’existence au Moyen Âge de contreforts de faible épaisseur puisque la semelle de fondation initiale présente des élargissements réguliers. Dans le réfectoire, l’enlèvement des enduits et la reprise des fenêtres classiques ont permis de retrouver l’état initial du fenestrage : chaque travée de la salle comportait à l’ouest deux baies ébrasées sous arcatures en plein cintre. À l’autre extrémité de l’aile, le cellier a connu une réfection, peut-être après les destructions de la guerre de Cent Ans, puisque la base des colonnes repose sur des bases polygonales enfouies. À l’étage, l’enlèvement des plâtras a mis au jour les baies médiévales, en plein cintre, du dortoir des convers.

6Lorsque Pierre-Adrien Paris dresse le plan de l’abbatiale au début du xixe s. il n’en subsiste plus que le chœur, le transept et deux travées de la nef. Cette dernière est fermée par une paroi, fortement épaulée par des contreforts, qui intègre le porche déplacé de l’église du xvie s. Un dépouillement du chartrier et une lecture des pièces écrites (Alain Avenel et Jean-Marie Cahagne) ont donné de précieuses indications sur l’église du xvie s. Une vue oblique figurant sur un plan daté de 1691 constitue la plus ancienne représentation de l’abbaye. L’examen du pignon mitoyen à l’église disparue permet de préciser la hauteur des structures dans le transept, le système de toitures de ce dernier et les circulations entre l’abbatiale et l’aile des moines. Les fenêtres de la tourelle qui surmontent ce pignon sont à l’origine des portes d’accès aux combles du transept et de ses chapelles. Restait à définir les façades successives et les caractéristiques de la nef. Une fouille vers l’extrémité nord de l’aile des convers a révélé deux semelles perpendiculaires associées à un sol de tuiles sans crochet (à pureau sans glaçure) qui pourraient correspondre à une tentative avortée de construction. Sur ces semelles on a pu observer une puissante fondation garnie d’un massif contrefort et la base d’un pilier. Contemporains de cette maçonnerie, des tombes et un sol de petits pavés bruts disposés en oblique ont également été mis au jour. Enfin, confirmant la vue en perspective de 1691, la base d’une des tourelles a été dégagée. Des dizaines de carreaux vernissés vert ou jaune découverts dans les remblais témoignent du sol disparu de cet état. L’abbatiale primitive comportait une nef à sept travées et sa façade présentait deux puissants contreforts de part et d’autre du porche. Au xvie s., la nef perd deux travées, comme le montre le positionnement de la tourelle, mais l’abbatiale gagne un clocher. L’un des pinacles récupéré par Pierre-Adrien Paris orne encore le parc.

7Des travaux de terrassements du coteau faisant face à l’aile des convers ont mis au jour le sommet d’une voûte. Son cintre est renforcé par une seconde maçonnerie en tiers-point le recouvrant en totalité. Rapidement, un porche monumental encadré de deux massifs quadrangulaires arasés est apparu. Puis, en avant de l’entrée, le déblaiement a mis au jour la base des murs d’un pavillon manifestement ajouté à l’époque moderne (les parements en silex grossièrement taillés et les fragments de brique et d’ardoise pris dans le blocage l’attestent). Au-delà du porche sont apparus un escalier puis un pas d’âne (deux ou peut-être trois paliers) juste avant le pan de voûte conservé. Une tentative de débouchage du couloir a été stoppée par un effondrement. L’enlèvement des gravats par le dessus et le curage de la suite du couloir sur une dizaine de mètres ont enfin permis d’atteindre une vaste salle quasiment intacte. Très allongée, elle est voûtée en plein cintre. Une série de doubleaux sur consoles masquent les raccords entre ses différentes sections. Dans la paroi du fond une grande niche a été aménagée. Des récupérations ont abîmé ces éléments à une époque indéterminée. Un système de ventilation a été mis en évidence au milieu du couloir : il s’agit d’une bouche ouverte dans le rein de la voûte qui communique par un conduit taillé dans la roche avec l’extérieur. La prise d’air se faisait à droite de l’entrée. L’examen de l’environnement immédiat montre, pour l’installation de la structure, un creusement sur une quarantaine de mètres de profondeur du coteau, d’abord en tranchée ouverte puis en galerie. Par son mode de construction, ses formes architecturales et par comparaison avec d’autres « caves » médiévales normandes (celle de Mont-Saint-Aignan [Seine-Maritime] qui relevait du prieuré du Mont-aux-Malades par exemple) elle est attribuable au xiiie s. La possession de vignes à Meulan et certaines activités marchandes permises à la communauté du Valasse plaident pour un cellier souterrain. L’abbaye stockait vraisemblablement en ce lieu les pièces de vin, pour sa propre consommation et pour la vente conditionnelle par autorisation royale à ses vassaux, le système de ventilation évitant l’accumulation du gaz lié au stockage du vin. En l’état des recherches menées en archives, les volumes cités sont parfaitement compatibles avec la capacité du cellier. Sa désaffectation pourrait s’expliquer par les désordres constatés dans ce qui subsistait du couloir. Ces témoins de l’histoire de l’abbaye du Valasse ont été soigneusement réenfouis après les modifications qui s’imposaient. Un accès de contrôle et une ventilation de la salle ont été créés mais la présence du public n’y est pas envisageable.

Gruchet-le-Valasse. Abbaye Notre-Dame du Vœu. La salle du cellier souterrain montrant le couloir partiellement effondré.

Gruchet-le-Valasse. Abbaye Notre-Dame du Vœu. La salle du cellier souterrain montrant le couloir partiellement effondré.

Cl. Éric Follain

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gruchet-le-Valasse. Abbaye Notre-Dame du Vœu. La salle du cellier souterrain montrant le couloir partiellement effondré.
Crédits Cl. Éric Follain
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Follain, « Gruchet-le-Valasse (Seine-Maritime). Abbaye Notre-Dame du Vœu »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 212-214.

Référence électronique

Éric Follain, « Gruchet-le-Valasse (Seine-Maritime). Abbaye Notre-Dame du Vœu » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.19154

Haut de page

Auteur

Éric Follain

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Follain

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search