Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Fouilles préventives

Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône). Place Saint-Pierre – place de la Baille – rue de la Tour

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 215

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’accompagnement archéologique des travaux de rénovation du centre-ville de Luxeuil-les-Bains s’inscrit dans la continuité des diagnostics réalisés en 2005 et 2006. Ces deux opérations avaient permis de mettre en évidence l’importance de l’occupation monumentale de cette partie de la ville à la fin de l’Antiquité et au haut Moyen Âge et d’appréhender sous un angle archéologique les modalités d’implantation du monastère fondé à la fin du vie s. par saint Colomban (543-615).

2Les investigations menées sur la place Saint-Pierre ont livré les traces d’aménagements antiques mal conservés, qui ont été reconnus sous la forme d’un sol damé d’argile ainsi que de niveaux de remblai précédant l’installation de structures attribuées à l’Antiquité tardive. À cette première phase succèdent des aménagements monumentaux datés de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge. Un premier mur orienté E-O, d’une longueur minimale de 8 m, a été repéré au SE de la place. Cette structure présente la ­particularité d’utiliser des blocs monumentaux, vraisemblablement des remplois antiques, insérés dans une maçonnerie de petits moellons calibrés de grès. Ce mode de construction renvoie à celui du mur sud d’un vaste bâtiment partiellement mis au jour sur la place de Baille et dont l’édification peut être placée entre la seconde moitié du ive s. et la fin de la période mérovingienne. Un second bâtiment, au nord de ce premier mur, semble appartenir à cette même phase ­d’occupation. Il présente la particularité de conserver un sol de tuileau en place, dont le mortier offre les mêmes caractéristiques typologiques que celui du sol découvert dans le bâtiment de la place de la Baille. Enfin, des aménagements plus tardifs, attribuables aux périodes médiévales et modernes, sont caractérisés par des vestiges de ­maçonneries que l’on peut rattacher aux habitations qui devaient s’étendre alors sur la place et aux travaux de construction et de rénovation du palais abbatial entre le xvie et le xviiie s.

3La place de la République n’était pas directement concernée par les travaux. Cependant, des tranchées réalisées à ses abords ont mis au jour deux sarcophages en place, dont l’un, découvert dans la rue de la Tour, semble appartenir à la période mérovingienne et pourrait marquer l’extension nord de la nécropole attenante à l’église funéraire Saint-Martin.

4Enfin, la place de la Baille a fait l’objet d’une attention particulière, avec l’objectif de mieux saisir la nature du vaste bâtiment qui en occupe la partie centrale et dont un segment avait été mis au jour lors du diagnostic de 2006.

5À plusieurs endroits, un sol en mortier de tuileau surmonté par endroits d’une fine stratification de niveaux de circulation a été dégagé dans la partie est de la place, qui appartient à un espace protégé et fréquemment emprunté. Vers l’ouest, une maçonnerie réutilisant des blocs antiques ainsi qu’un sarcophage, en place, suggéraient l’extension du bâtiment dans cette direction. Un sondage, ouvert au NE de ce bâtiment, a mis au jour les arases de fondation du mur nord et d’un mur de partition N-S, ainsi que le sol de mortier de tuileau recoupé par deux sarcophages. Le bâtiment a une largeur en œuvre de 14,25 m, pour au moins 21 m de long, et présente une partition interne dans le sens de la largeur et peut-être une allée centrale ou un espace de circulation privilégié, englobant les sols stratifiés repérés au centre de l’édifice. D’après le mobilier recueilli et la typologie des sarcophages, sa construction peut être placée entre la seconde moitié du ive s. et le début de l’époque carolingienne, sans qu’il soit possible de mieux préciser sa datation, bien que le remploi d’éléments antiques inviterait à l’attribuer à une période haute.

6L’un des deux sarcophages découverts, resté inviolé, était doté d’une épitaphe, inscrite à la tête du couvercle (fig.). Son épigraphie, attribuable à l’époque carolingienne, s’accorde bien avec la typologie de la cuve avec alvéole céphalique. Le défunt qui y reposait est un homme, âgé entre 30 et 45 ans, inhumé habillé ou dans un linceul. L’épitaphe n’apporte pas d’informations sur la fonction du défunt ; néanmoins, il est fait mention dans le nécrologe de Reichnau (Necrologium Augiense) d’un Actarius, cité à la suite de l’abbé Dadin (Dedanus) comme membre de la confraternité de Luxeuil au début du ixe s. Toutefois, bien que la probabilité soit forte, les données archéologiques ne permettent pas d’affirmer qu’il s’agit bien du même individu.

7L’interprétation de cet édifice reste délicate, bien que sa vocation funéraire ne soit plus à prouver. La présence d’une inhumation monastique, si elle peut être démontrée, tendrait à confirmer l’hypothèse selon laquelle il s’agirait des vestiges de la première église mariale de l’abbaye, qui faisait pendant à l’église abbatiale Saint-Pierre et à l’église funéraire Saint-Martin. L’église Notre-Dame, attestée par les textes pour ces périodes anciennes, a en effet été reconstruite au xve s., une dizaine de mètres vers l’est. La datation de ce bâtiment serait également précieuse afin de savoir s’il s’agit d’un édifice dont la construction procède de la fondation du monastère à la fin du vie s., ou bien d’un bâtiment plus ancien, réaffecté à une fonction funéraire et cultuelle après l’installation de Colomban. En outre, sa vocation funéraire pose la question de la répartition des lieux d’inhumation dans l’enceinte monastique au cours du haut Moyen Âge.

Luxeuil-les-Bains. Place de la Baille : relevé de l’épitaphe d’Actarius.

Luxeuil-les-Bains. Place de la Baille : relevé de l’épitaphe d’Actarius.

Dessin Mathias Dupuis

Haut de page

Table des illustrations

Titre Luxeuil-les-Bains. Place de la Baille : relevé de l’épitaphe d’Actarius.
Crédits Dessin Mathias Dupuis
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône). Place Saint-Pierre – place de la Baille – rue de la Tour », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 215.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône). Place Saint-Pierre – place de la Baille – rue de la Tour » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19162

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals