Navegación – Mapa del sitio
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Fouilles préventives

Sainte-Tulle (Alpes-de-Haute-Provence). Chapelle Sainte-Tulle

Responsable de la operación: Rémi Fixot
ficha redactada con Caroline d’Annoville
p. 218-219

Entradas del índice

Año de la operación:

2008
Inicio de página

Texto completo

1La chapelle Sainte-Tulle est désormais connue comme l’un des rares exemples de chapelle à crypte en contexte rural de la Provence médiévale. Depuis 2005 plusieurs études menées en archives et sur le site en ont montré l’intérêt et le caractère exceptionnel. Il s’agit d’une église appartenant à un prieuré de l’abbaye Saint-André de Villeneuve construit à la fin du xie ou au début du xiie s. (mention incertaine en 1095 ; première mention assurée en 1119). Bâtie en bordure du chemin qui relie Aix à Manosque, à proximité de la liaison Durance-Rhône par le sud du Luberon, c’est un édifice aux dimensions imposantes, peut-être une église de pèlerinage. Elle est dédiée à sainte Tulle dont on suit le culte depuis une Vie du haut Moyen Âge (viiie ?) jusqu’à des témoignages du xviiie s.

2Une campagne précédente menée en octobre 2006 avait montré que l’église est construite dans un espace vierge de construction antérieure, sur un rebord de terrasse alluviale. La partie supérieure de l’édifice est très abîmée, transformée et diminuée, puisqu’il ne reste de l’église médiévale qu’une partie de la nef centrale et l’abside voûtée en cul-de-four, décorée de bandes lombardes. On ne connaît le plan d’ensemble que partiellement : des vestiges mis au jour à l’ouest pouvaient laisser supposer que la nef centrale était plus longue que celle de l’édifice actuel. La crypte semble conservée dans un état assez proche de sa disposition d’origine, à l’exception des accès remaniés à une époque qui reste à déterminer mais que quelques indices permettent de placer entre le xive s. et le début de l’époque moderne. Enfin un sarcophage perturbé par des pillages a été découvert dans la dernière salle et fouillé ; un second, intact celui-là, avait été laissé en attente, faute de temps.

3Cette seconde campagne a été menée en février 2008, conjointement avec la réfection de la toiture de l’édifice. La fouille s’est intéressée à la poursuite de l’étude des salles 2 et 3 de la crypte, et à la fouille du secteur occidental à l’extérieur, devant la façade. Outre la fouille du deuxième sarcophage, il s’agissait de comprendre les modifications apportées au plan de la salle 3 ; le nettoyage des importants déblais de la salle 2 a permis le dégagement des niveaux de sol primitifs et la fouille des fosses de pillage ; à l’extérieur, la réouverture et l’extension d’un ancien sondage avaient pour but de comprendre les vestiges découverts en 2006, de tenter de dresser le plan complet de l’édifice et de répondre à la question des anciennes circulations dans la crypte.

4Dans la salle 3, la recherche s’est concentrée sur la partie orientale dans laquelle se trouvait le sarcophage fouillé en 2006 et où l’on avait trouvé le second exemplaire, placé le long du mur nord, parallèlement au premier. La fouille a montré le creusement d’une fosse pour chacun des sarcophages. Ces inhumations peuvent être distantes l’une de l’autre dans le temps, mais elles se placent entre le xiie et le xive s. En outre le matériau de comblement utilisé ne diffère pas. Le squelette de cette seconde sépulture, très mal conservé, était celui d’un individu assez robuste et probablement adulte comme l’a révélé l’étude anthropologique. Une étude palynologique des sédiments à l’intérieur du sarcophage (R. Corbineau) a montré la présence d’un dépôt floral, très important au niveau de la tête, qui se poursuivait en s’amenuisant jusqu’aux genoux du défunt. L’étude conclut à l’aménagement vraisemblable d’un coussin végétal, ainsi que des dépôts de végétaux, principalement d’Astéroïdées type Aster, au niveau du bassin et des cuisses. Sur le couvercle, à l’angle NE de la fosse, deux squelettes d’enfants ont été retrouvés, protégés par des tuiles posées en appui sur la fondation du mur nord. Le premier, mieux conservé, décédé d’une maladie métabolique, était âgé d’un an et demi. Le second, dont le squelette est très mal conservé, était âgé de 6 à 9 mois. On s’interroge sur la simultanéité de ces inhumations, ainsi que sur la provenance des sarcophages de remplois. Une datation 14C devrait être effectuée sur les échantillons des différentes sépultures.

5Le nettoyage préalable de la salle 2 a permis de mettre complètement au jour le niveau de sol d’origine. Celui-ci est constitué d’un béton de tuileau épais de 8 à 10 cm, qui reposait sur un hérisson formé de galets de rivière disposés sur champ. Sur le pourtour, une plinthe en cordon courait à la base des murs. Le béton recouvrait sans doute également la voûte. Il n’a pas révélé l’empreinte de possibles aménagements liturgiques. En revanche, deux tranchées de faible profondeur (0,70 x 0,30 m) ont été ouvertes au niveau des piédroits du passage entre la salle 1 et la salle 2, légèrement décalées par rapport à l’ouverture actuelle. Elles témoignent de la réfection du passage, hypothèse qui avait été envisagée lors de l’étude d’élévation.

6Le sol de béton a ensuite été percé par trois trous de pillage (environ 1,50 x 1 m chacun), situés sur la diagonale SE-NO de la pièce. On a retrouvé dans la fosse centrale les fragments d’une cuve de sarcophage portant encore les traces de barre à mine. L’examen des débris qui devraient être entreposés dans la chapelle supérieure doit permettre de dénombrer les sarcophages perturbés.

7Le sondage ouvert devant la façade en 2006 a été rouvert et agrandi. Les vestiges découverts en 2006 ont ainsi été mieux identifiés : ce qui avait été décrit comme une dalle épaisse s’est révélé être la partie haute d’une fondation filante constituée de galets ennoyés dans le mortier, formant un massif homogène. Il a été dégagé sur une hauteur de 1,20 m et une longueur de 3,50 m. Il se poursuit sous l’édifice actuel et vers l’ouest, la fondation de l’angle SO de la façade occidentale reposant dessus. Son pendant a été retrouvé à l’angle NO de la façade. Un mur perpendiculaire dont il ne reste que le parement ouest vient s’appuyer contre. Haut de 1,30 m, long de 1,40 m, large de 0,40 à la base, ce mur semble être en relation avec les niveaux de sol retrouvés en 2006 et situés à l’ouest, mais le contact a été perturbé par une fosse. La fondation filante et ce mur formaient un angle à l’intérieur duquel un comblement de pierres, sans liant ni terre interstitielle, épais de 1,40 m a été partiellement vidé. La fondation de la façade actuelle reposant directement sur ces pierres, il n’a pas été possible d’étendre ce sondage. Un bord de pichet en céramique d’Uzèges du xive s. a été retrouvé dans le comblement. Dans le reste du sondage, la courte durée de l’opération n’a pas permis de fouiller les niveaux antérieurs aux remaniements modernes de l’édifice, en raison notamment de la découverte de deux sépultures. Un premier squelette est apparu lors du dégagement à la pelle mécanique à une faible profondeur dans l’angle SO entre le collatéral et la nef. Il s’agit d’un homme robuste âgé d’au moins trente ans présentant plusieurs pathologies dégénératives. Il reposait dans une fosse dont le comblement a livré un bord de pichet d’Uzèges du xive ou xve s. Le corps était allongé sur une autre sépulture dont la couverture était formée de pierres longues et plates liées entre elles au mortier. Faute de temps, cette tombe n’a pas été fouillée. Sa présence a en outre empêché de vérifier si le mur sud du collatéral se prolongeait effectivement comme le suggèrent les premières observations réalisées sur quelques dizaines de centimètres.

8Ces résultats ont permis de répondre en partie à la question des circulations entre la crypte et l’église supérieure, puisqu’il avait été établi que l’escalier actuel est une réfection de l’époque moderne et que la porte d’accès à la salle 1 avait été partiellement refaite à l’époque moderne. En outre, le mur ouest de la salle 3 était visiblement postérieur, et des traces de reprises dans le mur nord de cette salle 3 laissaient penser à l’existence d’un mur de refend ou du jambage d’une porte. Le nettoyage du sol de la salle 3 dans la partie ouest a laissé voir en plan les vestiges d’un massif qui permet de restituer un dispositif d’entrée identique à celui observé dans la salle 1, c’est-à-dire une pièce de 4,20 m sur 3 m, et une volée d’escalier appuyée le long du mur nord, et dont les vestiges en négatif au sol seraient la trace du premier emmarchement. Les vestiges à l’extérieur ont montré que l’édifice était plus long : les murs retrouvés dans les sondages extérieurs pourraient être la continuation des escaliers. L’inclinaison moins forte des premières marches de l’escalier qui mène à la salle 1 permet de restituer un escalier de pente moins forte qui débouchait dans le collatéral. En revanche on ne situe toujours pas la limite occidentale de l’église primitive.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Caroline d’Annoville y Rémi Fixot, « Sainte-Tulle (Alpes-de-Haute-Provence). Chapelle Sainte-Tulle »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 218-219.

Referencia electrónica

Rémi Fixot, Caroline d’Annoville, « Sainte-Tulle (Alpes-de-Haute-Provence). Chapelle Sainte-Tulle » [ficha arqueológica],Archéologie médiévale [En línea], 39 | 2009, Publicado el 08 marzo 2019, consultado el 01 abril 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/19186

Inicio de página

Responsable de la operación

Rémi Fixot

operación (es) dirigida (s) por este arqueólogo

Inicio de página

Derechos de autor

Archéologie Médiévale

Inicio de página
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals