Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Fouilles préventives

Saint-Féliu-d’Aval (Pyrénées-Orientales). Église Saint-André

Responsable d’opération : Jérôme Bénézet
p. 219-220

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre du chantier d’aménagement et de mise en valeur de l’église Saint-André, l’ouverture de deux tranchées a mis au jour de nombreuses structures archéologiques concernant la vie de ce quartier depuis 8 ou 9 siècles. L’église actuelle, axée N-S, englobe des vestiges encore importants de l’église primitive, orientée, dont sont conservées l’abside et une partie de la nef qui servent actuellement de chapelles latérales. Ces dernières, datées du xiie s., sont installées sur la surface faiblement anthropisée du substrat. Cet édifice est élevé sur des fondations particulièrement puissantes, de l’ordre de 3,50 m de large pour le mur gouttereau sud, peut-être à mettre en relation avec la base de l’abside formant un glacis lui aussi très large. Au sud, est installé un cimetière dont la densité d’occupation ne semble pas très élevée : aucun recoupement n’a été observé et seulement une superposition, peut-être deux, a (ont) été repérée(s).

2Postérieurement, mais à une date que l’on ne peut préciser, plusieurs chapelles latérales sont construites, détruisant le mur gouttereau sud. On édifie tout d’abord sur l’arase de ce dernier une première chapelle, dédiée à Saint Jean-Baptiste, à proximité de l’abside. Il n’est toutefois pas certain qu’il s’agisse de la chapelle mentionnée dès le xive s., cette dernière pouvant correspondre à un aménagement contemporain de la création de l’église médiévale. Cette nouvelle construction paraît plutôt être un simple agrandissement de cet espace dont le vocable serait conservé. Elle s’appuie au sud sur un mur préexistant, dont on ne connaît pas la fonction, réduisant désormais le cimetière déjà abandonné au profit d’un lieu situé à l’extérieur de la fortification près de la chapelle Saint-Michel. Un peu plus tard, deux autres chapelles latérales prenant appui sur la première sont aménagées à l’ouest. Plusieurs sépultures, dont certaines collectives, s’installent devant celles-ci, phénomène que l’on peut mettre en relation avec l’apparition d’élections de sépultures issues de quelques testaments de la fin du xvie et du xviie s. à l’intérieur de l’église. Un caveau, propriété de la famille seigneuriale de Ros, est finalement bâti vers la fin du xviie s.

3Quelques habitations détruites en 1863-1864 n’ont été que très partiellement observées lors de cette intervention. En effet, les travaux de construction de l’édifice religieux vers 1863-1864 et les affouillements contemporains n’ont laissé que peu de vestiges en place dont la compréhension est totalement dépendante de l’analyse du cadastre napoléonien. Il semble toutefois que ces aménagements soient déjà totalement en place au moins vers la fin du xviie ou dans le courant du xviiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Bénézet, « Saint-Féliu-d’Aval (Pyrénées-Orientales). Église Saint-André »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 219-220.

Référence électronique

Jérôme Bénézet, « Saint-Féliu-d’Aval (Pyrénées-Orientales). Église Saint-André » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19190

Haut de page

Auteur

Jérôme Bénézet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jérôme Bénézet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals