Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Fouilles préventives

Saint-Jouin-de-Marnes (Deux-Sèvres). Église abbatiale

Responsable d’opération : Benoît Garros
p. 220

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes se situe au NE des Deux-Sèvres, aux confins du pays de Thouars, au milieu de la plaine poitevine. Le cloître et l’abbatiale se dressent à l’ouest de la commune de Moncontour sur une colline naturelle qui surplombe la vallée de la Dive. L’église abbatiale est l’un des monuments romans les plus significatifs de l’évolution architecturale et ornementale introduite dans le Haut-Poitou au cours des xie et xiie s. Cet édifice, classé en 1862 au titre des Monuments historiques, a fait l’objet de nombreuses études, pour la plupart attachées à son décor sculptural. Le cloître est en revanche méconnu. La première mention remonte à 1139 : un acte du cartulaire de l’abbaye mentionne le vœu du vicomte de Thouars Aimeri VI de s’y faire inhumer, prolongeant ainsi une tradition initiée par son parent Aimeri V, en 1125. Ce fut également le cas de Geffroy IV en 1173. Les sources manuscrites du xiiie s. signalent une phase de fortification en lien avec la guerre de Cent Ans et les luttes intestines poitevines. À cette occasion, la documentation révèle des travaux menés sur le cloître : il fait partie des bâtiments monastiques que l’abbé Pierre d’Amboise fait reconstruire en 1476, à l’aide d’une imposition exceptionnelle. Cependant, la nature des travaux réellement engagés n’est pas connue.

2L’opération menée en octobre 2008 intervient dans le cadre d’un projet de restauration comprenant des travaux d’assainissement. Elle constitue une première avancée dans la compréhension et l’évolution de cet espace claustral.

3Le suivi archéologique montre que le site a été profondément modifié au cours des xviiie et xixe s. : le remaniement du cloître et des parcelles voisines, qui abritent toujours une partie des bâtiments monastiques, a supprimé par des décaissements et des apports de remblais une partie non négligeable du contexte stratigraphique médiéval et moderne. Aucun niveau de construction ou ­d’occupation funéraire en relation avec le cloître n’a été appréhendé. Il y a donc un hiatus important pour ces périodes. Cependant, les ailes de retour, occidentale et orientale, ont été clairement repérées. La galerie ouest est constituée d’un mur extérieur massif ainsi que d’une maçonnerie intérieure accueillant un probable mur-bahut sur lequel devait reposer une arcature ouvrant sur le jardin. Seul le mur interne a été observé pour l’aile orientale. Le mode de construction et la documentation laissent entrevoir une mise en place au xiie s., sans que l’on puisse établir de lien avec l’édification de l’église. Une interrogation subsiste toujours sur l’identification de deux murs annexes, à l’extérieur du cloître (bâtiment ?) dont la fouille n’a pu être que partielle. Pour autant, il convient de rattacher chronologiquement ces éléments à cette première phase romane de par leur mise en œuvre identique.

4Les réaménagements de la fin du xve et du xviie s. attestés par la documentation manuscrite n’ont pas été observés lors du suivi. De fait, l’adjonction d’une infirmerie dans le courant du xviiie s. au-dessus de la galerie sud et les restaurations de l’architecte François Déverin au xixe s. ont masqué les traces de la reconstruction du cloître dont les travaux ont commencé en 1476. Seul un mur témoigne d’un aménagement du xviie s. : il correspondrait à un bâtiment accueillant un four à l’extérieur de l’espace claustral. La documentation du xixe s. apporte un éclairage pertinent sur l’identification des évolutions du bâtiment au cours des xviiie et xixe s. : le cloître est surmonté d’une infirmerie dont le début de la construction est placé par les sources en 1725. Laissé à l’abandon, l’édifice sert de corps de ferme ; une écurie dont un mur a pu être observé est adossée à la galerie sud.

5Entre la fin xviiie et le début xixe s., le cloître fait peau neuve avec les restaurations initiées par François Déverin. Ce programme de restauration a masqué de nombreux aspects originaux de l’édifice, mais aura eu le mérite de laisser plusieurs plans et dessins témoignant de son état avant les travaux.

Saint-Jouin-de-Marnes. église abbatiale.

Saint-Jouin-de-Marnes. église abbatiale.

Cl. B. Garros, Hadès, 2008

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Jouin-de-Marnes. église abbatiale.
Crédits Cl. B. Garros, Hadès, 2008
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Garros, « Saint-Jouin-de-Marnes (Deux-Sèvres). Église abbatiale »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 220.

Référence électronique

Benoît Garros, « Saint-Jouin-de-Marnes (Deux-Sèvres). Église abbatiale » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19194

Haut de page

Auteur

Benoît Garros

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Benoît Garros

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals