Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Fouilles programmées

Blagnac (Haute-Garonne). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Mélanie Chaillou
p. 225

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Blagnac, dans la banlieue NO de Toulouse, conserve peu de vestiges de son passé médiéval, son église en fait partie. Malgré l’enlèvement de l’enduit de ciment qui recouvrait ses parements intérieurs jusqu’en 1989 et deux fouilles de sauvetage en 1995 et 2000, les élévations de l’église n’avaient jamais fait l’objet d’une étude approfondie. Celle-ci n’a été réalisée qu’en 2008, par la société Hadès, à la demande de M. Péron, architecte du patrimoine chargé par la commune de la restauration de l’édifice.

2Blagnac possédait une église dès la fin du xie s., mais il est difficile d’affirmer que la construction primitive charpentée, construite en briques et galets, sur un plan à nef unique et abside polygonale, corresponde à cet édifice (phase 1). Très rapidement, deux annexes sont ajoutées aux extrémités orientales nord et sud ; elles servent aujourd’hui respectivement de sacristie et de chapelle, mais il ne semble pas que ce soit leurs fonctions premières.

3Les maigres murs de l’édifice ont dû présenter des signes de faiblesse qui ont contraint à l’érection de contreforts et de piliers de part et d’autre des gouttereaux, mais leur existence n’est connue que par quelques vestiges et des devis du xixe s. : leur nombre et leur emprise demeurent inconnus. Au xiiie ou au xive s., deux arcs diaphragme ont enveloppé les maçonneries des premiers piliers ; ils devaient recevoir un plafond qui dissimulait la charpente (phase 5). Le mur diaphragme oriental a ensuite été surélevé par un clocher-mur dont il ne subsiste que quelques vestiges dans les combles. Puis la construction a encore été étayée au nord par de nouveaux contreforts. Il est impossible de savoir si les mêmes aménagements ont été faits au sud car le gouttereau a été reconstruit dans une phase suivante, en même temps qu’on érigeait une « tourelle carrée » à la jonction du gouttereau et de l’annexe sud (phase 8). Cette tourelle n’est suggérée que par des arrachements dans les parements et des évocations dans les archives du xixe s. Ce n’est qu’à la fin du xve ou au début du xvie s. que l’édifice est couvert de voûtes sur croisées d’ogives, à liernes et tiercerons. L’adjonction du clocher-porche en brique a peut-être commandé le déplacement de l’entrée de l’édifice à l’ouest. Ses cinq étages de plan octogonal sont ouverts de deux niveaux de baies en plein-cintre et de trois autres de baies couvertes d’arcs en mitre, dispositions caractéristiques des clochers de type « toulousain ». Au xvie s., une chapelle est logée entre les deux contreforts NO et un bail à construire de 1547 suggère que l’annexe NE est transformée en sacristie. Au xixe s., on cherche à dilater l’espace en agrandissant d’une travée la sacristie et en construisant deux chapelles latérales de plan semi-circulaire ; l’agrandissement de la plupart des fenêtres permet d’autre part d’éclairer davantage cet édifice très sombre. L’installation temporaire du télégraphe sur la flèche du clocher-porche, dans le deuxième tiers du xixe s., a engagé la construction d’un réduit au nord du clocher, modifié après la suppression du poste télégraphique. Enfin, en 1944, un avion allemand s’étant abîmé sur l’angle SO de l’église, celui-ci a été reconstruit (phases 12/13).

4Cette mosaïque de réaménagements est révélatrice de l’adaptation d’un édifice aux modes de chaque époque et à l’augmentation de la population des fidèles. L’aspect hétéroclite – et à certains égards déconcertant – de son architecture, fait de cet édifice un élément original du corpus des églises de la région. Les diverses reprises observées sur les parements intérieurs, bien que voués à être masqués sous les nouveaux enduits, seront intégrés au projet de restauration, signalés par un changement de couleur des badigeons.

Blagnac. Église Saint-Pierre. Quelques étapes de la construction de l’église de Blagnac.

Blagnac. Église Saint-Pierre. Quelques étapes de la construction de l’église de Blagnac.

Croquis et dessin de M. Chaillou, d’après le plan de M. Péron (Architecte du patrimoine), Hadès, 2008

Haut de page

Table des illustrations

Titre Blagnac. Église Saint-Pierre. Quelques étapes de la construction de l’église de Blagnac.
Crédits Croquis et dessin de M. Chaillou, d’après le plan de M. Péron (Architecte du patrimoine), Hadès, 2008
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Chaillou, « Blagnac (Haute-Garonne). Église Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 225.

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Blagnac (Haute-Garonne). Église Saint-Pierre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19230

Haut de page

Auteur

Mélanie Chaillou

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélanie Chaillou

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals