Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Fouilles programmées

Palau-del-Vidre (Pyrénées-Orientales). Église paroissiale Saint-Marc

Responsable d’opération : Claire Péquignot
p. 229

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’analyse des élévations du choeur et de la chapelle Saint-Antoine de l’église paroissiale Sainte-Marie découle de la découverte fortuite d’éléments architecturaux à la suite de l’écroûtage des parements intérieurs de ces murs. Les structures mises au jour documentent l’évolution du bâtiment depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours.

2L’étude de l’élévation N-NE du choeur a abouti à l’identification de trois états successifs ou configurations de bâtiments distincts. L’édifice primitif présentait pour principale caractéristique de s’ouvrir au-delà de l’élévation actuelle vers le NNE, par l’intermédiaire d’un arc triomphal toujours conservé. D’une largeur correspondant aux deux tiers de celle de l’église actuelle, il était refermé vers le sud par un mur en retour dont aucune trace n’a pu être identifiée. Dans un second temps, l’arc primitif fut obturé et le bâtiment surélevé. Il n’a pas été possible, par la seule étude de l’élévation du chœur, de déterminer si le nouvel édifice fut couvert d’une voûte ou d’une charpente posée sur arc de décharge. L’ultime modification subie par l’élévation du choeur fut sa prolongation vers le SE et sa dernière surélévation dont découle sa présentation actuelle. C’est probablement à cette occasion que furent mises en œuvre des reprises de parement rendues nécessaires par la disparition du mur en retour associé aux deux premiers états de la construction.

3L’étude du massif occupant l’angle NE de la chapelle Saint-Antoine a également permis l’identification d’au moins trois états successifs. Le premier correspond à l’édifice primitif matérialisé par un support d’arc disparu posé sur un pilastre appuyé sur une pseudo console mais dont le tailloir et les premières assises sont encore visibles. Il ne fait aucun doute que cet aménagement était adossé à un mur dont l’épaisseur est lisible dans l’alignement du second groupe de maçonneries constituant le massif, au moins dans sa partie basse. Dans un deuxième temps, cette élévation fut épaulée par un contrefort. La mise en œuvre de cette structure répondit vraisemblablement à une modification importante des élévations voisines et très probablement à la surélévation de la nef. Enfin, la création de la chapelle aboutit à la destruction de l’arc primitif dont le cœur de la maçonnerie fut mis au jour et à la mise en œuvre de l’arc d’entrée actuel qui nécessita la surélévation de l’ancien contrefort et du vestige de mur primitif subsistant entre ces élévations.

4L’étude de l’élévation NE-N de la chapelle Saint-Antoine a abouti au même phasage chronologique que celle de l’élévation opposée. L’édifice primitif semble avoir été contrebuté par un arc suite à sa surélévation. Il n’a pas été possible de déterminer si cet élément était libre ou intégré à une maçonnerie dès l’origine. Une troisième étape correspond vraisemblablement à la création de la chapelle à laquelle pourraient être associés deux types de ­maçonnerie mais sans certitude. La mise en communication de cet espace avec la chapelle du Rosaire est intervenue dans un quatrième temps tandis que l’accès à la sacristie fut créé en dernier puis modifié lors de la surélévation du niveau de circulation de la chapelle. La mise en œuvre de ces ouvertures n’a pas modifié structurellement l’élévation ni entraîné de modification fonctionnelle des espaces concernés si ce n’est la chapelle du Rosaire devenue sacristie.

5Si peu d’indices architecturaux permettent la datation absolue des trois états successifs de l’église Sainte-Marie, le recoupement des résultats de l’étude du bâti avec ceux des précédentes opérations archéologiques autorise la proposition chronologique suivante : si l’état 1 de la construction remonte bien au xiie siècle, l’état 2 appartiendrait au bas Moyen Âge (xive ?) tandis que l’état 3 serait à placer à l’époque moderne (xviie s.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Péquignot, « Palau-del-Vidre (Pyrénées-Orientales). Église paroissiale Saint-Marc »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 229.

Référence électronique

Claire Péquignot, « Palau-del-Vidre (Pyrénées-Orientales). Église paroissiale Saint-Marc » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19262

Haut de page

Auteur

Claire Péquignot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claire Péquignot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals