Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Fouilles programmées

Paule (Côtes-d’Armor). Chapelle de Saint-Symphorien

Responsable d’opération : Yves Menez
Notice rédigée avec Joseph Le Gall
p. 230-231

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Les recherches archéologiques menées depuis 20 ans sur le site de Paule sont surtout connues pour avoir révélé les vestiges d’une forteresse aristocratique gauloise ayant donné naissance, au cours du iie s. avant notre ère, à un probable oppidum. Les sources de Saint-Symphorien, situées près de la forteresse, ont vraisemblablement été exploitées dès cette époque : les recherches menées en 2008 sur ce site ont mis en évidence l’édification, durant cette période, d’un enclos autour d’une résurgence, dont l’emplacement a sans doute été repris par le captage actuel alimentant les habitations voisines. Bien que de rares traces d’une occupation antique aient été mises au jour sur ce site, il est établi, notamment grâce aux études menées par Émile Guyomard puis par Alain Provost de 1993 à 1998, que les sources de Saint-Symphorien ont alimenté durant l’époque antique l’aqueduc de la capitale romaine de la cité des Osismes, Carhaix-Vorgium.

2Le fait est moins connu, une chapelle aujourd’hui disparue et ayant donné son nom au lieu dominait également autrefois les sources de Saint-Symphorien. Cet édifice, dont la dédicace renvoie au martyr d’Autun honoré dès les premiers temps du Moyen Âge, est connu pour avoir recelé l’une des six cloches à main conservées en Bretagne, dont la production d’origine insulaire (Irlande, Écosse et Pays-de-Galles) est à situer entre 700 et 900. Les données recueillies lors de la fouille de 2008 ont mis en évidence les fondations de plusieurs édifices successifs, avec tout d’abord la fondation d’un premier sanctuaire associé à ces sources, dont l’installation remonte probablement à l’époque carolingienne. Un dépôt de trois deniers d’argent de Charles le Chauve a en effet été découvert au sein de cet édifice. Cette première chapelle, installée à l’intérieur de l’ancien enclos gaulois, possédait un plan rectangulaire de 11 m x 7 m. Une petite nécropole, composée de sépultures regroupées autour de la fontaine majeure et située au nord de la chapelle, pourrait être associée à ce premier édifice.

3La chapelle connaît par la suite deux phases d’extension : la première durant le Moyen Âge central, la seconde, au cours du xve s., aboutissant alors à une vaste chapelle de 32 m de long, présentant un plan en Tau, et ornée de diverses sculptures, peintures et vitraux. La source majeure était alors probablement adossée au mur nord de la nef.

4La chapelle et les sources de Saint-Symphorien ont attiré de nombreux pèlerins jusqu’à la fin du xviiie s., date à partir de laquelle celle-ci fut vendue comme bien national, puis démolie complètement au cours des xixe et xxe s. Le pardon de Saint-Symphorien, durant lequel se déroulait l’imposition de la cloche sur la tête des fidèles (la cloche était en effet devenue une relique bienfaitrice), fut encore célébré dans l’église paroissiale de Paule jusqu’au début du xxe s.

5Il est probable que dès le haut Moyen Âge, un lien étroit unissait la chapelle de Saint-Symphorien à un autre site localisé à 300 m au NE : Bressilien. Au xve s., une seigneurie locale influente résidait en ce lieu, dans un manoir installé légèrement en contrebas d’une enceinte de 4,7 ha. Il semblerait possible que la fondation de cette vaste enceinte soit contemporaine de celle de la première chapelle. L’édifice religieux a d’autre part pu être utilisé à un moment donné de son histoire comme chapelle seigneuriale. Les recherches seront poursuivies cette année sur une partie de l’enclos de Bressilien, en vue de déterminer la nature exacte de son occupation et la durée de cette dernière.

Paule. Chapelle de Saint-Symphorien. Synthèse de l’évolution du site de la chapelle de Saint-Symphorien durant le Moyen Âge.

Paule. Chapelle de Saint-Symphorien. Synthèse de l’évolution du site de la chapelle de Saint-Symphorien durant le Moyen Âge.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Paule. Chapelle de Saint-Symphorien. Synthèse de l’évolution du site de la chapelle de Saint-Symphorien durant le Moyen Âge.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Le Gall, « Paule (Côtes-d’Armor). Chapelle de Saint-Symphorien », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 230-231.

Référence électronique

Yves Menez, Joseph Le Gall, « Paule (Côtes-d’Armor). Chapelle de Saint-Symphorien » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19286

Haut de page

Auteur

Joseph Le Gall

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yves Menez

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals