Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Fouilles programmées

Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney

Responsable d’opération : Cédric Moulis
p. 231-233

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Cette troisième campagne d’archéologie du bâti s’est concentrée sur la façade de la chapelle, les élévations intérieures des murs gouttereaux et du chevet. L’ensemble des élévations ayant à présent été étudiées, il a été possible de synthétiser les données recueillies sur le site relatives à l’archéologie du chantier de construction.

2La façade (8,60 m x 10,50 m) se compose de deux grandes parties scindées par une corniche soutenue par des modillons érodés. L’ensemble est pour l’essentiel bâti en grès. La partie inférieure est constituée d’un appareil régulier de gabarit moyen bien assisé et lié par un mortier beige. Deux contreforts (largeur 1,25 m) peu saillants étaient bien chaînés de part et d’autre de la façade. Une reprise en sous-œuvre a suivi leur arrachement. La partie haute de la façade se compose de modules en moyenne plus affinés. Les joints, plus grossiers, sont faits d’un mortier légèrement différent. Son centre est percé d’un oculus de 1,80 m de diamètre. Une porte, essentiellement en grès rouge, est venue perturber le parement de la façade et l’oculus. Deux phases de réfection de la partie sommitale sont sans doute consécutives à la disparition du pignon.

3Les deux murs gouttereaux mesurent 19,7 m de long et 10,7 m de haut. Le parement est composé de moellons calcaire. Des piliers engagés divisent chaque élévation en trois travées. Chacun d’eux présente un piédestal semi-cylindrique couronné par un chapiteau lui-même surmonté d’un pilastre peu saillant formé d’une colonne engagée de section inférieure. Des arcs formerets brisés prennent appui sur des chapiteaux cubiques aux décors géométrique ou végétal sobres et dont le tailloir prolonge une corniche qui court le long du mur. Une fenêtre haute en plein cintre occupe tout l’espace supérieur de chaque travée. Les départs de nervures indiquent que l’ensemble de la nef était voûtée à l’origine.

4Le chœur est constitué de cinq pans (3,30 x 7,50 m en moyenne). Ils possèdent tous la même architecture. Le parement intérieur est composé de moellons calcaire liés à joints gras par un mortier de chaux beige. Part endroit, un mortier rose homogène sur toute l’épaisseur du mur témoigne d’une reprise. L’encadrement des fenêtres est réalisé en grès, de même que la corniche. L’armoire eucharistique possède un orifice, peut-être à l’origine un trou de boulin traversant, qui a pu servir d’oculus de fortune, destiné à la contemplation des objets du culte depuis l’extérieur et à alimenter des pratiques de dévotion populaire. La surélévation du chevet, marquée structurellement et architecturalement, semble remplacer une voûte, peut-être en cul-de-four. L’arc triomphal (4 x 6 m) en grès jaune bien appareillé présente de graves problèmes de statique liés à l’écartement progressif des murs gouttereaux. Il porte également les traces du couvrement initial du chœur, remplacé ensuite par un lambris.

5Les lignes directrices du plan et des élévations de la chapelle Saint-Jean-Baptiste de Xugney répondent à des normes architecturales maîtrisées et bien connues des bâtisseurs romans. Le nombre d’or (ou le ratio 5/8, qui s’en rapproche), semble initier tout tracé, subdivisé ensuite en carrés ou en cercles. Il est en revanche presque impossible d’estimer avec certitude la valeur étalon utilisée, qui devait être comprise entre 0,47 et 0,53 m, soit une coudée.

6La diffractométrie X a permis de caractériser trois des quatre types de pierre recensés. Le grès infraliasique du Rhétien inférieur (T10a) est disponible sur les parties sommitales des collines environnantes. La dolomie moellon du Keuper moyen (T8) et les autres calcaires sont accessibles à des niveaux inférieurs. Le grès à Voltzia rouge du Trias inférieur (T2b) ou des couches intermédiaires supérieures, utilisé uniquement lors des restaurations ou des reprises, provient sans doute des environs d’Épinal, d’où il était transporté par la Moselle.

7Le dressement de cinq des six faces des modules de grès rhétien est toujours réalisé au marteau taillant droit ayant laissé un layage oblique très classique. Les gabarits varient de 0,90 x 0,25 m à 0,20 x 0,15 m. La taille moyenne des modules de calcaire est plus faible que celle du grès et le rapport hauteur/largeur varie de 1/2 à 1/6,3. Ces moellons présentent en parement une face grossièrement ébauchée, sans doute au pic. Nous avons recensé 17 marques de tâcherons dessinant une spirale dont la terminaison extérieure est fourchée (serpent, escargot ?). Ce signe, présent dans différentes parties du bâtiment, confirme l’homogénéité de la construction. La diversité dans le sens de giration de la spirale est peut-être le fait de la position de travail du tailleur au moment d’apposer son seing sur son ouvrage.

8La largeur des murs oscille entre 0,80 et 1 m. Nous ne connaissons pas la nature et l’organisation du blocage. Le grès rhétien est utilisé dans le parement extérieur et tous les éléments architecturaux remarquables. La dolomie moellon est utilisée pour le calage. La hauteur des assises, toutes bien réglées, varie assez fréquemment. On remarque seulement trois assises dédoublées, sur les murs gouttereaux. Il est en revanche beaucoup plus fréquent que certaines assises présentent un décrochement. L’imbrication entre parement et contrefort ou pilastre s’effectue selon deux techniques : le chaînage en besace classique et la chaîne en besace à décrochement. Le parement interne est presque exclusivement constitué de moellons calcaire, dont la taille ne dépasse jamais 0,45 m de long et 0,16 m de hauteur. Les assises sont réglées à intervalle régulier en jouant souvent sur l’épaisseur du mortier. Le gabarit des modules s’amenuise proportionnellement dans les parties hautes. Faut-il en déduire que l’acheminement des pierres se pratiquait à main d’homme ? L’analyse de douze échantillons de mortiers a permis d’identifier quatre liants. Le mortier beige à base de chaux et de granulats siliceux correspond à la phase d’édification de la chapelle. Un enduit blanc, constitué quasi exclusivement de chaux, est toujours associé à ce mortier. Un mortier rose de composition assez semblable au beige, associé à des oxydes de fer, a été identifié sur les reprises du chevet et en partie dans l’exhaussement du chœur. Un second mortier rose se distingue par des grains de plus grande taille incluant des minéraux et des fragments de roches cristallines. Il provient de l’exhaussement du chevet et des reprises du mur gouttereau sud. Ces résultats induisent un minimum de deux phases de restauration au cours de l’époque moderne, ce qui s’accorde assez bien avec les données des études historiques (xviie s.) et des analyses radiocarbones (seconde moitié xvie s.). Les trous de boulins sont nombreux et répartis sur l’ensemble des élévations de la chapelle. Sur les élévations intérieures, ce sont pour la plupart d’entre eux des trous maçonnés. À l’extérieur, ils sont plutôt façonnés d’angle, de face ou dichotomiques. Nombre d’entre eux sont traversants. L’étude de leur disposition globale a permis de théoriser l’avancée des travaux par le développement successif des échafaudages en relation avec l’organisation des assises et de confirmer les reprises suggérées par l’analyse des mortiers et des parements sur le chevet et les gouttereaux.

9L’ensemble de ces données est toutefois à confirmer, nuancer et compléter par une étude plus fine des parties hautes des élévations, par de nouvelles analyses physico-chimiques et par l’examen des fondations de l’édifice.

Rugney. Commanderie des Templiers de Xugney. Façade de la chapelle, xiie siècle.

Rugney. Commanderie des Templiers de Xugney. Façade de la chapelle, xiie siècle.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Rugney. Commanderie des Templiers de Xugney. Façade de la chapelle, xiie siècle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Moulis, « Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 231-233.

Référence électronique

Cédric Moulis, « Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19294

Haut de page

Auteur

Cédric Moulis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Moulis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals