Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Fouilles programmées

Saint-André-des-Eaux (Côtes-d’Armor). Ancienne église

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 233-234

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2008 d’étude du bâti a consisté en un relevé systématique des maçonneries en plan et en élévation. De plus, quatre sondages ont été réalisés. à l’extérieur, contre le mur de chevet et face à la porte nord du chœur, ils ont permis de constater que les sépultures du cimetière paroissial ont sans doute été régulièrement relevées : aucune inhumation antérieure à la période moderne n’a été repérée. à l’intérieur, sur la moitié sud du chœur et dans la nef, à l’angle du mur gouttereau nord et du pignon est, ils ont permis de mieux saisir les différentes phases d’occupation, de construction et d’abandon du site.

2L’église, sur un petit tertre entouré par un muret délimitant l’enclos paroissial, à l’écart du bourg, dans une zone autrefois marécageuse, est un édifice simple, formé d’une nef rectangulaire à laquelle est accolé un chœur moins large et plus bas. Partiellement ruinée, elle a été classée au titre des Monuments historiques en 1990. L’ensemble était charpenté et les dimensions n’excèdent pas les 19 m de long et les 8 m de large hors œuvre, pour une élévation d’environ 8 m à l’arase des gouttereaux de la nef. L’éclairage était assuré à l’origine par de petites baies étroites et haut placées et l’accès principal se faisait dans le gouttereau méridional de la nef. La date de construction du bâtiment reste sujette à caution. Néanmoins, la typologie de l’édifice et l’analyse par le 14C de charbons de bois contenus dans les mortiers de la première phase de construction tendent à indiquer une édification comprise entre la seconde moitié du xie et la première moitié du xiie s. Une datation plus haute (début xie s.) reste toutefois envisageable.

3Par son plan, ses techniques de construction et ses dispositions architecturales et liturgiques, l’ancienne église de Saint-André-des-Eaux se rapproche d’un petit groupe d’églises de cette zone géographique (Sainte-Agnès de Tréfumel ; l’ancienne église paroissiale du Quiou, aujourd’hui détruite mais connue par des plans anciens, et l’église paroissiale de Saint-Juvat).

4Le recours à des matériaux locaux a été privilégié : le plus gros de l’appareillage est formé essentiellement d’un tout venant de petits moellons de calcaire coquillier (faluns du bassin du Quiou) et de moellons de granit assemblés en assises plus ou moins régulières. Les parties basses de l’édifice, beaucoup plus hétérogènes que les parties hautes, tant par les dimensions de l’appareil que par sa nature, pourraient indiquer une première étape de chantier ayant privilégié des matériaux de récupération. Seuls de modestes réaménagements (percement de baies, ajout du porche et de la sacristie, etc.) succèdent à ce premier état. En outre, l’église Saint-André présente la parti­cularité d’avoir conservé des traces importantes de ses peintures murales romanes, aujourd’hui très endommagées après plus d’un siècle d’exposition aux intempéries. Le relevé systématique des décors peints a été réalisé lors de la campagne 2007.

5La stratigraphie des revêtements muraux indique une première phase sans peinture, où les maçonneries intérieures sont couvertes par de larges joints beurrés, rehaussés d’un badigeon blanc et de tracés tirés au fer à l’arcature des baies et de l’arc triomphal. À ce premier état succède, sans doute assez rapidement, un important décor ornemental qui couvre tous les murs intérieurs de l’édifice. Les motifs ocre, ocre rouge et gris-noir, soulignés d’épais tracés préparatoires, ressortent sur un fond blanc et offrent la particularité de présenter, entre autres, une imitation en peinture des appareillages décoratifs (chevrons, dents de scie, arceaux, etc.) si répandus au cours du xie s. dans la vallée de la Loire (églises de Selommes, Cravant-les-Côteaux, Saint-Mexme de Chinon, etc.). Ils soulignent l’architecture et masquent la pauvreté de l’appareillage. La mise en œuvre reste à mieux comprendre, mais il s’agit sans doute d’une technique « mixte » dans laquelle certains tons sont appliqués sur un fond encore frais tandis que d’autres rehauts sont posés à sec.

6Plusieurs phases de décoration succèdent à ce premier état. La plus notable concerne la réalisation sur la paroi ouest du mur de séparation entre la nef et le chœur d’une grande Crucifixion, au sud de l’arc triomphal, probablement peinte dans la première moitié du xiiie s. Cette œuvre disparue est connue grâce à un relevé aquarellé réalisé en 1916 pour le compte du Musée des monuments français. Sa composition et son exécution évoquent les crucifixions romanes de la vallée de la Loire (Saint-Jacques-des-Guérets).

7Le chœur conserve encore le massif de fondation du maître-autel, appuyé contre le mur de chevet et dont le réaménagement intervient à la période moderne, en même temps que l’installation d’une baignoire liturgique à l’angle du gouttereau sud et du mur de chevet. Dans la nef, l’angle du gouttereau nord et du pignon est conserve encore l’arrachement d’un des autels secondaires datable de l’époque romane. En effet, d’après les observations faites sur le bâti, celui-ci est installé avant la réalisation des premiers décors peints (fin xie-début xiie s.). Cela indique en outre que l’église a probablement été consacrée et mise en service avant que les premiers décors peints soient apposés sur ses murs, sans qu’il soit encore possible de mesurer cet intervalle de temps.

8Sur les six sépultures fouillées à l’intérieur du chœur et de la nef, quatre sont des sépultures d’enfants orientées E-O, tête à l’est et les deux autres sont des sépultures d’adultes orientées E-O, tête à l’ouest. D’après le mobilier associé et celui contenu dans les tombes, il s’agit de sépultures modernes, appartenant aux dernières phases d’inhumation à l’intérieur de l’édifice. Les niveaux anciens ont été fortement perturbés par le creusement de ces fosses d’inhumation ainsi que par des phénomènes de surcreusement du sol de l’église, peut-être liés à des récupérations de corps ou à des travaux. Le substrat naturel n’a pas pu être atteint à l’intérieur de l’église mais il semble que les niveaux archéologiques liés à la construction de l’édifice aient presque entièrement disparu.

9Par ailleurs, le sondage réalisé dans la nef a mis au jour l’arase d’un mur épais, réutilisé comme massif de fondation pour le piédroit nord de l’arc triomphal. Cette maçonnerie, qui forme un angle droit vers le sud, n’a pas été dégagée sur une surface suffisamment importante pour proposer la restitution d’un bâtiment, mais elle appartient sans doute à une église antérieure sur laquelle est reconstruit l’édifice actuel. La datation d’un niveau de charbons, vraisemblablement lié à l’abandon de ce premier bâtiment, permettra peut-être de préciser sa chronologie. La présence d’un édifice antérieur à l’église actuelle confirme la précocité du site que pouvait déjà laisser présumer la situation isolée de l’édifice par rapport aux structures d’habitat les plus proches ainsi que son rôle funéraire. Pour autant, la fonction de ce premier monument, comme celle de l’église romane, sont encore à découvrir : simple ermitage, oratoire, église paroissiale ou succursale paroissiale, etc. ?

10Enfin, les sondages ont livré un nombre important de fragments de peintures murales bien conservés, essentiellement issus du premier décor roman, contenus dans les niveaux de démolition de l’église (xixe s.). L’étude de ces fragments devrait permettre de mieux percevoir la disposition et les techniques d’exécution de ces décors peints romans, si rares en Bretagne.

Saint-André-des-Eaux. Ancienne église. Relevé du décor ornemental roman sur le panneau au nord de l’arc triomphal, par Charles Chauvet, aquarelle sur papier, 1916.

11[Image non convertie]

Cl. Ministère de la Culture et de la Communication – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Saint-André-des-Eaux (Côtes-d’Armor). Ancienne église »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 233-234.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Saint-André-des-Eaux (Côtes-d’Armor). Ancienne église » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19298

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals