Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3. – Fouilles programmées

Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : François Delahaye
Notice rédigée avec Cécile Niel
p. 235-236

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Les travaux conduits depuis 1998 ont porté, en 2008, sur l’étude de la nef où de nouvelles maçonneries appartenant aux phases les plus anciennes ont ainsi pu être mises au jour et sur la fouille du moule à cloche situé au centre de la nef. Une vingtaine de nouvelles sépultures ont également été identifiées portant le nombre total d’inhumations inventoriées à 335 sépultures.

2La reprise des décapages des couches d’argile au niveau des deux travées orientales de la nef, dans un secteur où la fouille des sépultures est maintenant quasiment achevée, a permis de dégager de nouvelles maçonneries dont la plupart peuvent être rattachées à l’occupation antique du site (iie-iiie s.) et à l’installation du premier édifice cultuel au cours du viie s. Les tronçons de mur demeurent cependant assez lacunaires, notamment du fait des recoupements liés aux inhumations et aux travaux de construction du clocher à la fin du xie s., qui rendent délicate l’identification des contacts stratigraphiques. Toutefois, il apparaît clairement qu’une partie des maçonneries, dont certaines présentent les caractéristiques de mise en œuvre propre à l’époque antique, sont étroitement liées à plusieurs cuves de sarcophage. Un de ces sarcophages semble avoir été placé dans un petit édifice étroit doté vraisemblablement d’une abside à l’est. Un niveau de sol en mortier, occupant l’espace laissé libre entre le mur nord de cet édifice et la cuve, témoigne de la volonté de présenter de façon permanente ce sarcophage aux fidèles ou, du moins, à la famille du défunt. Les éléments de datation font malheureusement défaut, mais les caractéristiques typologiques de la cuve qui devait être de grandes dimensions permettraient d’attribuer ce sarcophage au viie s. Cette inhumation particulière serait donc à mettre en relation avec le premier édifice cultuel. Le plan de celui-ci a pu être précisé grâce à la mise au jour dans les premières travées de la nef de son mur de façade. La première église construite sur le site présentait donc un plan simple avec nef rectangulaire et chœur carré.

3Le moule à cloche avait été mis en évidence en 2007 grâce à une couche assez meuble contenant de nombreux nodules de terre cuite et d’argile rubéfiée, de fragments de charbon de bois et de battitures, scories et fragments de loupe liés à la métallurgie du bronze. Au nord de cette couche, les vestiges d’un petit massif de pierres pourraient constituer les dernières traces du noyau maçonné qui, recouvert d’argile, permettait d’élaborer la paroi interne de la cloche. D’après les éléments conservés, cette cloche devait présenter un diamètre d’environ 0,80 à 0,90 m. Pour mémoire, le diamètre de la lunette aménagée dans la voûte de la travée sous clocher pour le passage de la cloche est d’environ 0,95 m. Ce moule, qu’il n’a pas été possible de dater précisément, a vraisemblablement été installé à l’emplacement d’un moule plus ancien. En effet, de nouveaux nodules de terre cuite et d’argile rubéfiée, sans lien stratigraphique direct avec les vestiges du moule à cloche étudié, ont été mis en évidence. Ils sont associés à un négatif vaguement circulaire marqué par les recoupements de l’angle d’une cuve de sarcophage et d’un mur.

4La campagne 2008 a été marquée par la découverte exceptionnelle d’une sépulture présentant une très bonne conservation du bois du cercueil. Outre ces vestiges ligneux, des restes de tissus, de peau, des fragments de décors en fils métalliques (laiton ?), des boutons de bois ont été identifiés. Cette sépulture présente une orientation particulière, tête à l’est et pieds à l’ouest, à l’inverse de l’ensemble des inhumations pratiquées dans l’église romane, sauf celle d’un sujet étudié en 2003 et identifié comme étant un membre du clergé. Cette nouvelle sépulture pourrait également appartenir à un prêtre. Les traces d’un vêtement comportant un décor métallique jusqu’à mi-cuisse (étole ?) et la présence des boutons en bois placés plus ou moins dans la partie centrale du corps, évoquant la soutane des ecclésiastiques, tendent à corroborer cette hypothèse. La datation de cette tombe, si elle reste à préciser pour l’instant, s’inscrirait plutôt dans la dernière phase d’inhumation au sein de l’église (xvie-xviiie s.). La conservation très particulière de ce sujet et les prélèvements qu’il nous paraît important de réaliser dans des conditions optimales afin de permettre des analyses plus poussées (analyse ADN, étude des tissus…) ont amené à faire appel à des spécialistes de ces divers domaines qui assureront les prélèvements adéquats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Niel et François Delahaye, « Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 235-236.

Référence électronique

François Delahaye, Cécile Niel, « Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19314

Haut de page

Responsable d’opération

François Delahaye

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals