Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 4. – Prospections

Beaumont-de-Pertuis (Vaucluse). Chapelle Notre-Dame de Beauvoir

Responsable d’opération : Isabelle Rollet
Notice rédigée avec Ève Duperray et François Guyonnet
p. 238

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Une expertise des services du Patrimoine du Vaucluse sur une chapelle de Beaumont-de-Pertuis est à l’origine d’une découverte majeure pour la connaissance de la peinture romane en Provence. La chapelle Notre-Dame de Beauvoir est implantée sur une butte située à environ 400 m au sud du village de Beaumont-de-Pertuis. L’édifice est mentionné en 1079 comme prieuré de l’abbaye Saint-Victor de Marseille. Dès le xvie s., la chapelle est rattachée à la vicairie de Beaumont et sert, au début du xviiie s., d’église paroissiale. Après la Révolution et jusqu’à nos jours, la chapelle est utilisée comme lieu de culte secondaire pour la paroisse de Beaumont.

2L’édifice orienté se développe sur une vingtaine de mètres de longueur pour une largeur variant d’environ 8 m (nef) à une quinzaine de mètres (chapelles). Le plan en croix latine résulte de remaniements tardifs et de l’adjonction au xvie s. de deux chapelles latérales voûtées en berceau près du chœur. L’entrée principale est aménagée dans la façade ouest et la nef se termine par une abside voûtée en cul-de-four appareillée en pierre de taille. L’intérieur de la nef contraste avec l’extérieur où l’on observe les maçonneries médiévales récemment rejointoyées. En effet, à l’intérieur les murs gouttereaux sont entièrement recouverts d’un enduit blanc badigeonné et un plafond en bois plâtré couvre l’ensemble du vaisseau central. Le seul ornement architectural est constitué de deux pilastres couronnés de chapiteaux ioniques en plâtre sur lesquels repose la poutre maîtresse du plafond. Ces aménagements que l’on peut dater approximativement du xviiie s. ont masqué les élévations médiévales.

3Sur le côté sud, on distingue un débord important d’une partie du mur pouvant correspondre à des constructions accolées à l’église et aujourd’hui détruites (bâtiments du prieuré ?). La partie occidentale de la chapelle, environ un tiers de l’édifice, se distingue par la qualité de sa construction. Les moellons, soigneusement équarris, sont disposés en assises régulières ; des chaînes d’angles en pierre de taille présentent sur certains blocs des marques lapidaires comparables à celles observées près du chevet. Il est probable que cette partie de la chapelle soit une extension occidentale de la nef (xiiie s. voire début xive s. ?) où sont réutilisés des blocs de la façade antérieure (xiie s.). La porte en plein cintre, la fenêtre haute rectangulaire à embrasure évasée, ainsi que la qualité de l’appareillage des moellons, semblent attester cette datation.

4Une restauration de la partie basse du mur gouttereau sud est à l’origine de quelques sondages effectués dans les badigeons du mur opposé. À plusieurs endroits, des peintures murales romanes ont été mises au jour : une scène représentant l’entrée du Christ à Jérusalem et une figuration de l’archange Saint-Michel. Le décor peint est effectué selon une technique mixte reprenant partiellement celle de la fresque. On discerne une décomposition du décor en trois registres superposés : un soubassement non décoré et probablement deux niveaux de scènes de la vie du Christ, séparés par des bandes décoratives. La plupart des scènes sont composées dans un décor architectural où l’on observe des tours, des portes et d’autres bâtiments parfois magnifiés par des crénelages. Une datation au xiie s. est vraisemblable.

5Cet ensemble exceptionnel de peintures murales romanes est particulièrement important dans une région relativement pauvre en ce domaine. Un dégagement de l’intégralité des peintures, dont la surface estimée avoisine les 80 m², permettra à l’avenir d’entreprendre une étude approfondie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ève Duperray, François Guyonnet et Isabelle Rollet, « Beaumont-de-Pertuis (Vaucluse). Chapelle Notre-Dame de Beauvoir », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 238.

Référence électronique

Isabelle Rollet, Ève Duperray et François Guyonnet, « Beaumont-de-Pertuis (Vaucluse). Chapelle Notre-Dame de Beauvoir » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19346

Haut de page

Auteurs

Ève Duperray

François Guyonnet

Articles du même auteur

Isabelle Rollet

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Rollet

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals