Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 5. – Projets collectifs de recherche

Arles (Bouches-du-Rhône). Enclos Saint-Césaire

Responsable d’opération : Marc Heijmans
p. 240-242

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Découverte en 2003, puis fouillée très partiellement en 2004, l’église paléochrétienne de l’enclos Saint-Césaire fait depuis 2006 l’objet d’une étude globale, prenant en compte non seulement l’édifice religieux lui-même, mais également l’évolution de ce secteur jusqu’à la Révolution, et en particulier les vestiges du couvent médiéval. Afin de coordonner ces études archéologiques et historiques, un Projet collectif de recherche a été conçu en 2006. Confié à M. Heijmans (CNRS), il réunit archéologues et historiens, antiquisants et médiévistes, avec la participation notamment d’Alain Genot, archéologue au service archéologique du Musée départemental Arles Antique, d’Erwan Dantec, dessinateur contractuel au Céraphin et Vanessa Eggert (Céraphin), chargée de l’étude du bâti médiéval. Ce premier programme triennal a montré l’intérêt mais aussi la complexité de ce site. Si la campagne de 2008 a permis de compléter le plan de l’église paléochrétienne et de comprendre mieux l’évolution du site durant le haut Moyen Âge, elle n’a pas répondu à plusieurs questions essentielles, comme celle de l’emprise totale de l’édifice, de sa datation plus précise, des états antérieurs, de l’interprétation de ces vestiges et de leur insertion dans la topographie du quartier.

2La fouille de l’église paléochrétienne soulève trois questions majeures. D’abord, celle du plan. Malgré la surface ouverte depuis trois ans, il reste impossible à restituer si ce n’est une amorce de plan, en dehors de l’abside et du chœur. Il est de plus en plus évident que nous n’avons pas affaire à une église de plan basilical « classique », mais à une construction de forme originale, dont le centre est formé, dans l’état actuel du dossier, par l’ambon. La portée entre les deux piliers maçonnés de part et d’autre de l’ambon suppose une couverture techniquement très compliquée à réaliser et l’on voit difficilement la raison d’être de cette configuration. Sans doute la présence de vestiges antérieurs explique-t-elle en partie ce plan. Malheureusement, faute de fouilles plus importantes, cet éventuel état antérieur demeure très mal connu, et la faible profondeur du rocher laisse craindre qu’il n’en reste que peu d’éléments.

3La deuxième question tient à la datation. Malgré la faible quantité de céramique « utile », l’église semble avoir reçu sa forme « définitive » dans la première moitié du vie s., donc sous l’épiscopat de Césaire, sans doute au moment où la ville est sous la domination des Ostrogoths. On sait que le roi Théodoric, qui a libéré la cité au moment du siège de 507/508 portait un grand intérêt à la Provence et à la ville d’Arles en particulier. Est-ce donc lui qui a fourni à Césaire les fonds nécessaires pour la construction d’un tel édifice, qui était, selon toute probabilité, l’un des plus grands de son temps ? Rappelons juste, à titre de comparaison, que les plus grandes églises paléochrétiennes connues jusqu’à présent en Gaule, Saint-Just II et Saint-Laurent-de-Choulans, toutes les deux à Lyon, mesuraient 56 et 50 m de longueur. S’oppose à cette hypothèse le fait que, même à Ravenne, on n’a pas construit d’églises de telles dimensions à cette même période.

4Dernier problème posé par ces fouilles, celui de l’interprétation de ces vestiges. Si la présence de l’ambon prouve indéniablement que nous avons affaire à un édifice destiné au culte chrétien, ne peut-on y voir un élément du monastère Saint-Jean censé occuper ces lieux dès le début du vie s., ou s’agit-il de la cathédrale qui serait alors reconstruite sous l’épiscopat de Césaire ? Bien qu’aucun texte ne fasse mention de ces travaux colossaux, cette dernière solution, qui suppose un transfert de la cathédrale à une date postérieure à l’épiscopat de Césaire, comme l’avaient déjà proposé les éditeurs des écrits de l’évêque, M.-J. Delage et A. de Vogüé, paraît la plus probable. On voit en effet difficilement cette construction comme une église conventuelle. Il s’agit sans doute également de la basilica anonyme, mentionnée à quatre reprises dans la Règle de Césaire, qui était mitoyenne du monastère.

5En revanche, si cet édifice est réellement la cathédrale Saint-Étienne, il faut aussi localiser ici le baptistère, les cellules des membres du clergé, l’hospice pour les malades, bref, tout un quartier épiscopal, qui ne laisse guère la place au monastère. Ce dernier ne peut donc que se trouver au nord de l’église, comme l’avait déjà supposé A. de Vogüé. Ce n’est qu’après le transfert de la cathédrale, entre le vie et le ixe s., que le monastère, dont on sait qu’il a été reconstruit par l’évêque Rostang (871-921), aurait été déplacé vers le sud, pour se trouver à partir du xiie s. à l’emplacement qu’il gardera jusqu’à l’époque moderne. Les données archéologiques, qui semblent attester un abandon de l’église paléochrétienne et une réoccupation vers les ixe-xe s. témoignent en faveur de cette hypothèse.

6C’est surtout à partir du xiie s. que l’on appréhende le couvent, désormais placé sous le vocable de Césaire. Un effort particulier a été consacré à l’étude de l’évolution du site au Moyen Âge, à la fois par l’archéologie (E. Dantec) et par l’étude du bâti (V. Eggert). Ces travaux ont montré qu’après cette occupation du haut Moyen Âge, présente de façon lacunaire, le couvent s’installe un peu plus sud, avec la construction, dès le début du xiie s., de l’église conventuelle Saint-Blaise, puis, dans la deuxième moitié du xiie s., de l’élévation d’un édifice E-O, en moyen appareil très soigné, dont seul le mur nord est encore conservé dans les bâtiments modernes (mur nord du bâtiment A). Aucun autre mur de cette qualité n’a été trouvé sur le site et l’interprétation de cette construction demeure problématique. On observe toutefois quelques blocs du même appareil, probablement en place, dans un mur perpen­diculaire (mur est du bâtiment B). Ce dernier, d’abord considéré comme une construction préromane, a en fait plus probablement été mis en place dans le courant du xiiie s. Enfin, dans l’angle NE du bâtiment B, s’élève une autre construction du xiiie s., peut-être une maison de moniale.

7Ces observations sont complétées par les données de la fouille, qui ont livré des murs et des niveaux de sol à l’ouest de la maison de moniale ; toutefois, plus au sud, comme à l’intérieur de l’église Saint-Blaise, le sol antique sert encore de niveau de circulation. Ce secteur ne semble pas occupé avant la fin du xiiie s., lorsque s’installent des constructions modestes qui tranchent avec la qualité du mur roman. À l’est du site, sur l’arasement de l’abside paléochrétienne, deux murs E-O, entre le mur est du bâtiment B et le rempart antique, doivent faire partie d’une construction dont le lien avec le reste du monastère pose problème, en particulier de par son niveau de sol très élevé.

8Ces dernières constructions ne semblent pas avoir duré longtemps, contrairement aux structures à l’ouest de la maison médiévale ou à celles dans la partie ouest du secteur sud ; en effet, entre le xive et le xviiie s., l’abbaye connaît une série de modifications qui n’ont apparemment pas changé fondamentalement son plan (percement de portes, de fenêtres, etc.), à l’exception du mur de clôture, érigé en 1625 à cheval sur l’abside paléochrétienne et les constructions à l’est du bâtiment B. Un plan de 1816, conservé aux Archives nationales, donne une image sans doute fiable du monastère avant les transformations de la fin du xixe s.

Arles. Enclos Saint-Césaire. Plan des vestiges. En noir, murs antiques et paléochrétiens ; en gris, mur d’époque romane.

Arles. Enclos Saint-Césaire. Plan des vestiges. En noir, murs antiques et paléochrétiens ; en gris, mur d’époque romane.

M. Heijmans

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arles. Enclos Saint-Césaire. Plan des vestiges. En noir, murs antiques et paléochrétiens ; en gris, mur d’époque romane.
Crédits M. Heijmans
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Heijmans, « Arles (Bouches-du-Rhône). Enclos Saint-Césaire », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 240-242.

Référence électronique

Marc Heijmans, « Arles (Bouches-du-Rhône). Enclos Saint-Césaire » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19386

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Heijmans

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals