Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II 5. – Projets collectifs de rec...Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie

Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 5. – Projets collectifs de recherche

Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie

Responsable d’opération : Nelly Pousthomis-Dalle
p. 242-243

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’abbaye de Lagrasse s’élève dans la vallée de l’Orbieu, dans le nord du massif des Corbières, à 35 km au SE de Carcassonne. Fondée ou rétablie à l’époque carolingienne, elle bénéficie d’un fonds documentaire exceptionnel et continu, et offre un remarquable ensemble, vaste et complexe, de constructions échelonnées dans le temps et dans l’espace, scindées en deux propriétés distinctes depuis la Révolution. À l’initiative de Robert Jourdan, conservateur régional des Monuments historiques pour la région Languedoc-Roussillon, et avec le soutien du conseil général de l’Aude, un groupe de chercheurs des universités de Provence (LAMM), Montpellier 3 et Toulouse 2 (TRACES-Terrae) s’est constitué pour élaborer un programme de recherche centré sur l’abbaye, sous ses aspects historiques, architecturaux et archéologiques, et, plus largement, sur le bourg, le terroir, et l’ancien domaine monastique. Une première phase d’étude, en 2007, a permis d’élaborer une stratégie de recherche, de confronter des méthodes et de construire des outils communs. Le recensement de la documentation exploitable (sources et bibliographie) dans différents fonds, départementaux, nationaux, et étrangers, a été réalisé sous format texte, parallèlement à la constitution d’une base de données documentaire sur les restaurations et transformations depuis le xixe s. La recherche sur le terrain a concerné la partie de l’abbaye qui est propriété du conseil général de l’Aude. La stratégie d’investigation a consisté à mener de front l’étude du bâti à plusieurs échelles : constitution d’un ensemble cohérent et complet de relevés au tachéomètre laser (plans, élévations, coupes, photographies redressées) ; étude préliminaire (« diagnostic ») sur une moitié de l’abbaye, avec constitution d’un répertoire et d’une cartographie des matériaux et de leurs mises en œuvre, et des formes architecturales, afin de dresser un premier référentiel local ; recensement des fonds lapidaires et des décors sculptés avec repérage sur les lieux (éléments en place, remployés, déposés) et bilan documentaire ; étude plus approfondie et collective du bâtiment de la chapelle de l’abbé Augier de Gogenx (1279-1309), datée de 1296. Un premier groupe d’édifices s’organise autour de deux pôles : la tour préromane, et le secteur du rez-de-chaussée de la chapelle abbatiale et de la cour sud. La construction d’un vaste bâtiment dont l’étage était sans doute destiné dès l’origine à servir de dortoir, dut faire disparaître la liaison entre ces deux ensembles dont la probable contemporanéité est une donnée inédite que les futures investigations permettront de vérifier. La tour préromane a servi d’appui au bras nord du transept roman qui fut le point de départ d’une extension progressive des constructions d’est en ouest et du sud au nord, en direction de la future chapelle de l’abbé Augier de Gogenx. L’étude de celle-ci s’est échelonnée entre 2007 (rez-de-chaussée) et 2008 (étage), avec analyse stratigraphique des élévations, relevés pierre-à-pierre au 1/20 et étude technique fine d’un échantillon significatif d’appareil et d’ouvertures. Ce bâtiment composite résulte de plusieurs campagnes de travaux. Au rez-de-chaussée, il s’appuie sur les maçonneries préexistantes d’un bâtiment qui s’étendait vers l’ouest, dont le bâti et l’orientation s’apparentent à la tour préromane. À l’est, c’est un mur N-S, doublé ultérieurement d’une voûte en berceau transversale, qui fut ensuite incorporé dans l’ensemble architectural construit à la fin du xiiie s. Tout en s’appuyant sur ces structures préexistantes hétérogènes, cet ensemble témoigne d’une remarquable cohérence dans la conception et d’une grande qualité technique et formelle dans le travail réalisé par deux équipes. Le mur sud de la chapelle semble alors bâti de fond tandis que le mur nord, préroman ou roman (et qui se prolonge vers l’est et à l’étage), est chemisé pour voûter l’espace inférieur d’un berceau en plein cintre, mais en couvrant le rez-de-chaussée sous le vestibule de la chapelle haute d’un plafond peint. À l’étage, en dehors du mur nord, toutes les maçonneries semblent dater d’Augier de Gogenx. Hormis les restaurations, les différences de matériaux et de mises en œuvre entre ces ­maçonneries, plutôt médiocres (enduites et peintes), et les baies ou niches particulièrement soignées ne résultent pas de chronologies différentes mais d’une économie de moyens et d’une hiérarchie dans l’organisation du chantier : les éléments les plus prestigieux (porte d’entrée et niche du lavabo sans doute commandées sur l’un des deux grands chantiers cathédraux contemporains, Carcassonne ou Narbonne) furent livrés tout achevés et assemblés avec des éléments secondaires façonnés à la demande dans un matériau local. Un bilan documentaire sur l’ensemble de peintures murales qui complète cette prestigieuse réalisation a été amorcé en amont d’une étude technique. Du côté de l’église, du dortoir et de la sacristie, l’étude a été menée en deux temps. Un bilan des données écrites sur le dortoir, vaste salle couverte d’une charpente sur arcs diaphragmes, montre qu’il fut partiellement délaissé dès la 1re moitié du xive s., puis modifié par la création, à l’intérieur, d’espaces séparés, chambres ou appartements, avant même l’arrivée des mauristes dont les vastes travaux ont, par la suite, profondément transformé le monastère médiéval. L’étude archéologique a montré que le dortoir vint remplacer d’anciens bâtiments annexes dont la présence dicta l’ordonnance des baies du rez-de-chaussée, et qu’il dut tenir compte de constructions maintenues (les deux anciennes tours et la chapelle abbatiale). Ses murs ont été construits de fond à l’est et surélevés sur l’existant à l’ouest. Le rez-de-chaussée, supposé « cellier », a été voûté à l’époque moderne (xvie/xviie s.) d’un berceau qui prend naissance au sol en chemisant les murs antérieurs. Ce volume fut enfin partagé en salles d’inégales dimensions par les mauristes, qui ont aussi apporté d’importantes modifications au dortoir pour l’adapter à des besoins nouveaux en matière d’éclairage (modification des baies) et de volumes (division en cellules sur deux rangs séparés par un couloir).

2Quelques points restent à approfondir sur les parties étudiées et de nouveaux secteurs doivent être analysés dans les années à venir : les constructions autour de la cour sud, zone dite des « Écuries-porterie », puis l’ancien palais abbatial roman, compris dans l’aile nord ; poursuite du diagnostic général en l’étendant à la propriété de la communauté des chanoines réguliers de Sainte-Marie (église et cloître) ; constitution d’un fichier informatisé des fonds lapidaires et des décors sculptés de l’abbaye, intégré à la base de données mise en place par la DRAC Languedoc-Roussillon et les conservateurs des Antiquités et objets d’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 242-243.

Référence électronique

Nelly Pousthomis-Dalle, « Lagrasse (Aude). Abbaye Sainte-Marie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.19398

Haut de page

Auteur

Nelly Pousthomis-Dalle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nelly Pousthomis-Dalle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search