Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 5. – Projets collectifs de recherche

Puy-en-Velay (Le) (Haute-Loire). Baptistère Saint-Jean

Responsable d’opération : Sophie Liegard
p. 243-244

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le projet collectif de recherche sur le baptistère Saint-Jean, groupe cathédral du Puy-en-Velay, initié en 2004 à l’instigation du SRA, a pour objectifs de déterminer la datation des différentes phases de construction, la fonction initiale et la place du monument au sein du groupe cathédral. II est réalisé en collaboration avec la conservation régionale des Monuments historiques d’Auvergne, dans la perspective de la restauration du bâtiment.

2En 2008, trois axes de recherches ont été privilégiés. La collecte et l’analyse des fonds documentaires ont donné lieu à deux études synthétiques : une synthèse historique (Moyen Âge et Ancien Régime) (Martin de Framond) et un bilan sur la liturgie au baptistère Saint-Jean (xviie-xviiie s.) (Anne-Marie Martin). Ces deux synthèses mettent en exergue le rôle du baptistère Saint-Jean au sein du groupe épiscopal à partir du xiiie s. Les textes renseignent sur ses affectations, les liturgies pratiquées et livrent des informations sur son histoire architecturale et les bâtiments adjacents : l’effondrement des voûtes de la nef en 1427 à la suite d’un tremblement de terre, leur réfection en 1541, le blanchiment de l’édifice en 1542, les travaux de restauration en 1764, la destruction des fonts baptismaux la même année, l’existence d’un passage reliant la prévôté proprement dite au clocher dès le xiiie et ce jusqu’au xviiie s. La façade sud comporte une série de boulins garnis de poutres de bois qui peuvent correspondre aux vestiges d’une galerie qui ouvrait sur la prévôté par une porte, aujourd’hui murée. Des interrogations subsistent sur le plan primitif du chevet rectangulaire, dont l’angle SE aurait été rogné pour faciliter les communications à l’intérieur de la prévôté.

3Élise Nectoux et Bernard Galland ont poursuivi leur enquête dans le fonds Saby, collection de dessins, de relevés dressés par Auguste Aymard, de manuscrits relatifs aux travaux réalisés dans le groupe cathédral au milieu du xixe s. et de photographies. Les auteurs proposent une première synthèse, fondée sur une classification chronologique des images, qui conduit à une réflexion archéologique et historiographique essentielle pour l’approfondissement de l’étude du bâtiment. Ce dossier est enrichi par une étude de Laura Foulquier dans laquelle les notions de récupération, recyclage et remploi à partir des reliefs antiques insérés dans l’ensemble médiéval sont développées.

4L’étude du bâti du chevet, des façades ouest et sud, les relevés complémentaires à l’intérieur sur le mur sud (Xavier d’Aire, archéologue dessinateur, Christian Sapin, Centre d’études médiévales d’Auxerre) et l’analyse des mortiers (Stéphane Büttner, Centre d’études médiévales d’Auxerre) confortent les hypothèses formulées sur les phases de construction, avec un premier état du monument dont on connaît les fondations et les élévations. Le plan du premier baptistère, rectangulaire, doté d’une abside orientale hémicirculaire, a été respecté à travers les âges. Une grande partie de l’élévation est conservée : le mur nord rythmé dès l’origine de piliers et d’arcades murales, l’abside percée d’une grande baie axiale cantonnée d’arcades en plein cintre formant des niches. À cet état, il convient d’ajouter l’arc doubleau séparant l’abside de la nef, doublé postérieurement, soutenu par deux colonnes reposant sur des socles. Les reprises des bases de colonne – avec des traces de retaille – et les tailloirs suggèrent que l’état du décor actuel – chapiteaux en marbre des ve-vie s. – reprend le schéma initial, ce qui expliquerait l’hétéro­généité de l’ensemble du décor et les différences avec les arcatures hautes. Deux restitutions par axonométrie ont été proposées pour le premier état correspondant à l’aménagement de la cuve baptismale, en indiquant les accès N-S et ouest et un couvrement soit charpenté, soit voûté. Ces propositions seront mises en rapport avec les données recueillies dans le sous-sol, au cours des fouilles effectuées par Sophie Liegard (INRAP), qui a procédé au dégagement de l’ensemble du sous-sol du bâtiment et mis au jour la cuve baptismale originelle de forme octogonale. La structure a été installée dans une fosse grossièrement octogonale, un peu plus large (2,60-2,65 m), dont le tiers sud a entamé l’épais mur antique O-E qui s’étendait sous le bâtiment. Au sud, la maçonnerie de fondation repose directement sur le mur antique excavé (cf. infra). (Responsable du PCR : Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg.)

5La campagne de fouille réalisée en 2008 dans le cadre du PCR a porté sur la moitié sud du baptistère Saint-Jean. Elle a été réalisée durant les mois d’avril et de juin par une équipe constituée d’une dizaine d’étudiants, de leurs professeurs et de bénévoles, encadrés par Alain Fourvel et Sophie Liegard. Comme l’an passé, elle a permis de découvrir des éléments mobiliers néolithiques, protohistoriques et gallo-romains dans des remblais datant des périodes gallo-romaine et médiévale.

6Les plus anciennes structures mises au jour se rapportent au ier s. de notre ère et correspondent à trois fosses creusées dans le substratum. Deux maçonneries gallo-romaines ont également été dégagées. Elles ont été édifiées vers la fin du ier s. ou plus certainement au début du iie s., lors de l’aménagement d’un ensemble monumental dont d’autres éléments maçonnés ont été retrouvés sous la cathédrale et sous l’évêché. La première de ces maçonneries correspond aux fondations d’un mur E-O, de plus de 17 m de long, de 1,35 m de largeur, qui est conservé sur une hauteur de 1,40 m. La seconde se présente sous la forme d’un massif de 0,60 m d’épaisseur longeant, au sud, le mur précédent sur une largeur supérieure ou égale à 1,20 m. Cette maçonnerie était probablement destinée à supporter un aménagement (canalisation, emmarchement d’escalier ou plus probablement dallage).

7Les autres vestiges étudiés sont, soit d’époque médiévale, soit plus récents. Ils sont tous en rapport direct avec le baptistère. Il s’agit des tranchées de fondation du bâtiment, de différents massifs de maçonnerie (dont un massif d’autel et deux massifs supportant une probable clôture monumentale de type jubé) et de lambeaux de sols. Parmi ces derniers se trouvent les restes d’une dalle en mortier de tuileau (construite sur un hérisson) qui correspond au premier sol de l’édifice. Les vestiges de cette dalle sont recouverts par une succession de sols en limons compactés dont les plus récents datent de l’époque moderne. Le dallage qui leur succède ne semble donc pas être antérieur à la période moderne.

8Les analyses par le radiocarbone réalisées n’ont pas permis d’apporter de précision sur la date de construction de l’édifice. En revanche, elles situent la construction de la première tribune dans le courant du xe s. ou dans le premier quart du xie s. et celle de la probable clôture de type jubé vers la fin du xiiie s. ou dans le courant du xive s.

9À l’issue de la campagne 2008, il a été possible de proposer un phasage provisoire des différents états de l’édifice. Durant l’année 2009, une confrontation des données issues des fouilles et de l’étude de bâti (conduite par le Centre d’études médiévales d‘Auxerre) devrait permettre d’établir la chronologie de l’édifice afin de restituer l’évolution architecturale.

Le Puy-en-Velay. Baptistère Saint-Jean. Vue de la partie orientale du baptistère en fin de fouille.

Le Puy-en-Velay. Baptistère Saint-Jean. Vue de la partie orientale du baptistère en fin de fouille.

Cl. Bernard Galland

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le Puy-en-Velay. Baptistère Saint-Jean. Vue de la partie orientale du baptistère en fin de fouille.
Crédits Cl. Bernard Galland
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Liegard, « Puy-en-Velay (Le) (Haute-Loire). Baptistère Saint-Jean »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 243-244.

Référence électronique

Sophie Liegard, « Puy-en-Velay (Le) (Haute-Loire). Baptistère Saint-Jean » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19402

Haut de page

Auteur

Sophie Liegard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Liegard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals