Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Besançon (Doubs). Rue du Porteau

Responsable d’opération : Claudine Munier
p. 168-169

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a livré un ensemble de ­maçonneries datées du haut Moyen Âge (vie-viie s.), installées sur ou contre des murs du Haut-Empire arasés. Ces derniers sont construits sur un remblai de nivellement antique épais de 1,30 à 2 m, provenant des éboulis de la colline de la citadelle voisine. De rares éléments de l’Antiquité tardive posent la question de la continuité de ­l’occupation, sans doute effective mais plus modeste à cette période.

2Ce secteur proche de la rivière correspond, à la fin du Moyen Âge, à un petit port dont l’ancienneté n’est pas connue. Il est aussi contigu au monastère Sainte-Marie de Jussa-Moutier, fondé vers 630-640 par saint Donat. S’il demeure difficile de préciser la fonction des constructions altomédiévales (bâtiments portuaires, dépendances du monastère, habitat… ?), leur intérêt vient du fait qu’il s’agit ici des tout premiers édifices mérovingiens découverts à Besançon. Il ne reste de ces maçonneries qu’une à deux assises de moellons posés assez proprement mais sans liant, ainsi que des blocages de poteaux. Il semble qu’au moins trois états de construction puissent être dégagés, présentant deux orientations légèrement différentes. Les espaces construits au sud, partiellement observés, sont appuyés contre un mur qui pourrait correspondre à une limite parcellaire, déjà présente au Haut-Empire, qui longerait la berge du Doubs. Des amas de pierres à proximité d’un large mur gallo-romain laissent présager la présence d’autres constructions deux mètres au nord des premières.

3Le mobilier récupéré est classique (céramique, verre, pierre ollaire, rares objets en fer) et seules trois scories de forge témoignent d’une activité artisanale. Les ollae dominent largement le répertoire céramique, qui associe quelques formes du « service bistre » à des vases biconiques. Deux bords de récipients en pierre ollaire (un pot tronconique et un gobelet) complètent le répertoire de ce type d’objet fabriqué au tour et produit dans les régions occidentales et centrales des Alpes, exporté dans notre région entre les ve et viiie s. Quant aux quelques fragments de verres, deux peuvent être attribués sans conteste à des productions de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge. La présence de fragments de verre à vitre, s’ils ne sont pas résiduels, montrerait une certaine aisance des propriétaires des lieux.

Besançon, Rue du Porteau.

Besançon, Rue du Porteau.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Besançon, Rue du Porteau.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/19427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Munier, « Besançon (Doubs). Rue du Porteau », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 168-169.

Référence électronique

Claudine Munier, « Besançon (Doubs). Rue du Porteau » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19427

Haut de page

Auteur

Claudine Munier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claudine Munier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals