Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Brignoles (Var). RHI îlot 6

Responsable d’opération : Florence Parent
Notice rédigée avec Émilie Léal
p. 170-171

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Au centre du département du Var, Brignoles se situe dans la plaine du Caramy, sur la rive sud de cet affluent de l’Argens. La ville est installée sur le versant nord d’une butte culminant à 220 m d’altitude environ. Un projet de réhabilitation d’îlot en plein cœur de la ville a été l’occasion d’y réaliser un diagnostic archéologique. À proximité immédiate du palais des comtes de Provence, cet îlot est couronné par les rues du Palais (sud), des Lanciers (est), de l’Hôpital-Vieux (nord) et la traverse du même nom (ouest).

2Les portions de façades conservées sur la rue des Lanciers – qui mène du palais des comtes, au sud, au porche de l’église Notre-Dame, au nord – et la rue de l’Hôpital-Vieux offraient l’opportunité d’appréhender la configuration générale des parcelles. L’étude du bâti a été limitée aux parties décrépies des façades sur rue, afin de compléter les données recueillies parallèlement dans le sondage.

3La façade principale, sur la rue des Lanciers, est attribuable au xviiie s. Ordonnancée sur trois travées, elle se développe sur trois niveaux, auxquels s’ajoute un niveau de comble. L’angle nord, libre d’enduit, laisse visibles des éléments de la composition antérieure :

  • au rez-de-chaussée, un départ d’arc en plein-cintre surbaissé, correspondant à la baie d’un ouvroir. Tout le niveau est traité en pierre de taille. Deux claveaux extradossés sont visibles, mais leur liaison avec le piédroit est aléatoire, témoignant sans doute d’un réaménagement de la façade d’origine ;
  • le premier étage est traité en moellons de petit appareil soigneusement équarris, en assises régulières, assemblés au mortier de chaux en joints fins et réguliers. L’angle de cet étage a été bûché, pour en reculer la limite sur la rue faible. Un cordon mouluré d’une hauteur d’assise moindre, mais malheureusement entièrement bûché, marque l’appui de baies, dont la structure disparaît sous la couche d’enduit. Ces éléments moulurés, saillants sur une façade par ailleurs très lisse, associés à une différence d’appareil, introduisent une distinction des différents niveaux de la demeure bien lisible depuis l’extérieur. Au-dessus du deuxième cordon, se développe le piédroit maçonné d’une fenêtre. Le profil du linteau n’est pas connu. L’absence de relief et l’horizontalité des lignes maîtresses, constituées des deux cordons, sont caractéristiques des façades des maisons médiévales du xiie au xive s.

4La façade secondaire, sur la rue de l’Hôpital-Vieux, a subi des transformations qui ne permettent pas d’en lire la structure médiévale : au rez-de-chaussée, une fenêtre à linteau droit, par la suite obturée afin de percer une porte couverte d’un arc en anse de panier, permet un accès depuis la rue faible. Cette façade comporte plusieurs anomalies, témoignant d’un réalignement de la façade à la période moderne (xviie s. ?).

5Le sondage, effectué à l’angle de la rue et de la traverse de l’Hôpital-Vieux, indique que le lotissement de ces parcelles semble résulter de la création d’un faubourg, au sud de l’enceinte, attribuée au xie s., le long de l’axe majeur que constitue la rue des Lanciers, donc sans doute vers le xiie ou le xiiie s. Les parcelles étroites et longues paraissent organisées selon un axe N-S, entre la rue du Palais et celle de l’Hôpital-Vieux. Les premières constructions, toutes enduites, sont réalisées indifféremment en pierres et/ou en terre, comme le montrent les deux murs parcellaires primitifs dégagés, l’un en pierre, l’autre en terre, et les aménagements intérieurs, pilier, mur de refends. Une bonne part de ces aménagements primitifs a été préservée par les multiples remaniements postérieurs, notamment le percement d’une cave en sous-œuvre au xviie s. – cave en partie maçonnée, en partie troglodytique.

6La découverte de mur en terre constitue une donnée inédite pour le département du Var, qui reste en marge des recherches sur l’architecture civile urbaine médiévale. La mise en évidence de l’emploi de la terre crue enrichit le corpus des sites médiévaux ayant privilégié ce matériau. Il reste désormais à en préciser les caractéristiques techniques et à définir le contexte économique et architectural de sa mise en œuvre. La localisation de ces vestiges à proximité du siège du pouvoir politique renforce encore la problématique socio-économique et architecturale induite par cette découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Léal et Florence Parent, « Brignoles (Var). RHI îlot 6 », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 170-171.

Référence électronique

Florence Parent, Émilie Léal, « Brignoles (Var). RHI îlot 6 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19459

Haut de page

Auteurs

Émilie Léal

Articles du même auteur

Florence Parent

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Parent

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals