Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Duras (Lot-et-Garonne). Terrasses du jardin du château

Responsable d’opération : Hélène Mousset
p. 172-173

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif du sondage réalisé au pied de la première ligne de remparts réutilisée en mur de soutènement d’une terrasse du jardin ducal était de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse d’un escalier monumental du xviie s. permettant d’accéder de la terrasse haute à la terrasse basse. Les aménagements du jardin sont contemporains de la rénovation du château médiéval par Jacques Henri de Durfort, maréchal de France, à partir de 1689, date de l’érection de Duras en duché. L’emprise paysagère majeure des jardins et du parc, montrée par une étude de Christian Corvisier, pouvait justifier un ouvrage important au pied du château. Depuis la terrasse haute et à l’intérieur de celle-ci, en partie en avant-corps, existait un système de descente connu jusqu’à une porte à mi-hauteur de la terrasse : après une première volée disparue, subsistent deux volées d’escalier parallèles, un palier voûté d’arêtes, puis une volée unique jusqu’à la porte ouvrant face à l’axe principal du parc. Des traces d’arrachement sous la porte indiquent un aménagement disparu. Un escalier extérieur prolongeant la descente depuis la porte pouvait donc être envisagé, avec, par exemple, une volée droite et deux volées divergentes. Les tranchées ont été placées face aux arrachements en vue de vérifier la présence de structures bâties : elles ont révélé une absence totale de traces, y compris de tranchée de fondation, et ce jusqu’au substrat en tuf. Si aucun escalier monumental n’a jamais été construit, deux possibilités demeurent : un projet non réalisé ou un balcon monumental. Rare en France, ce dispositif existe dans quelques jardins italiens établis sur des pentes assez raides. Les indices du bâti sont compatibles avec cette hypothèse, les arrachements pouvant correspondre au sol du balcon et à un support du surplomb (épis reliés par un arc). Le balcon viendrait rompre le cheminement à travers le jardin, mais favoriserait une variation des points de vue et un effet de surprise dans le goût du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Mousset, « Duras (Lot-et-Garonne). Terrasses du jardin du château », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 172-173.

Référence électronique

Hélène Mousset, « Duras (Lot-et-Garonne). Terrasses du jardin du château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19499

Haut de page

Auteur

Hélène Mousset

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Hélène Mousset

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals