Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Saint-Jean-Trolimon (Finistère). Tronoën

Responsable d’opération : Jean-François Villard
p. 178-179

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a été mené sur 15 000 m2 dans un secteur littoral situé à l’extrémité occidentale d’un plateau dominant la baie d’Audierne et ses vastes cordons dunaires. Le site de Tronoën, fouillé à la fin du xixe s. par P. du Chatellier, a été qualifié « d’oppidum de 25 hectares ». L’absence de plans, les descriptions parfois contradictoires et les méthodes de fouilles tenant davantage du terrassement que de l’étude stratigraphique ont posé de nombreux problèmes aux chercheurs qui ont tenté de restituer la topographie et l’interprétation du site. Occupé successivement aux époques gauloises et antiques, il est aujourd’hui relu comme un espace géographique regroupant de multiples établissements (sanctuaire, habitats, nécropoles) couvrant une longue fourchette chronologique, entre le ve s. av. J.-C. et le ive s. apr. J.-C., au vu du mobilier. La réalisation d’un diagnostic autour de la chapelle de Tronoën semblait donc une opportunité pour mieux appréhender ce site majeur. En fait, aucun vestige de ces époques ne fut mis au jour. En revanche, les vestiges de deux petits bâtiments médiévaux ont été découverts par les tranchées de diagnostic, l’un à 30 m au nord de la chapelle, l’autre à 70 m au SE.

2La construction septentrionale, la mieux conservée, comprend les deux murs de l’angle SE dont subsistent trois à quatre assises de pierres sèches, installées dans une légère tranchée de fondation. Le mur oriental est bâti à l’aide de plaquettes de schiste disposées en chevron. Le mur méridional de façade est interrompu, dans sa partie orientale, par un seuil de porte matérialisé par quatre grandes dalles. L’intérieur du bâtiment est divisé par un mur de refend. La pièce la plus grande, face à l’entrée, conserve son sol d’occupation en sable damé. Vers l’ouest, seule la trace de la tranchée de fondation subsiste, conférant au côté sud une longueur de 8 m. Des épandages de pierres en direction du sud montrent que le bâtiment était partiellement détruit avant la mise en place des niveaux de sable dunaire recouvrant l’ensemble des vestiges. Cet édifice a livré un lot de poteries à pâte onctueuse, caractéristiques des xe-xie s., parmi lesquelles plusieurs rebords de grands vases de stockages ornés d’estampages. Du second édifice, ne subsiste que le sol damé, limité par les tranchées des murs volés. La stratigraphie montre deux phases de destruction : des épandages de pierres sous l’épaisse couche de sable dunaire de recouvrement (près de 1,20 m), témoins d’une destruction partielle précoce, puis de larges tranchées réalisées à une époque indéterminée dans ces sédiments afin de récupérer les pierres. Des tessons datables des xe-xiie s. ont été mis au jour au niveau du sol d’occupation. Des réseaux de fossés d’enclos, ainsi qu’une base de four, complètent l’établissement. Celui-ci a pu s’apparenter à un petit hameau composé de plusieurs édifices (maisons et/ou dépendances). Le diagnostic ne montre pas une extrême densité de construction : nombreux sont les espaces décapés vides de vestiges. La configuration du premier bâtiment et la présence de vases de stockage peuvent en faire un bâtiment ­d’habitation. Occupé entre le xe et le xiie s., cet établissement est antérieur à la construction de la chapelle et à son calvaire, au xve s.

3D’un point de vue environnemental, le site montre une lente progression dunaire à partir du xe s., mais il présente des traces d’agriculture contemporaines des bâtiments, avant un apport massif de sable éolien peut-être à l’origine de son abandon. Ce type d’établissement rappelle celui de Saint-Urnel-en-Plomeur, voisin d’1 km à vol d’oiseau, avec son oratoire et son cimetière, également abandonné à la fin du xie s., et où P.-R. Giot datait les débuts de la mise en place de la dune à partir des ixe-xie s. Si cette progression a modifié la géographie du peuplement de la frange littorale, elle ne fut pas pour autant une cause de désertification, ainsi que le montrent les textes, qui font état de plusieurs donations de terres et de la création du siège d’un doyenné dans la paroisse de Beuzec à partir du xiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Villard, « Saint-Jean-Trolimon (Finistère). Tronoën »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 178-179.

Référence électronique

Jean-François Villard, « Saint-Jean-Trolimon (Finistère). Tronoën » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19571

Haut de page

Auteur

Jean-François Villard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Villard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals