Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Troyes (Aube). 130, rue du Général de Gaulle et 9, rue Argence

Responsable d’opération : Cédric Roms
p. 179-180

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic a concerné une parcelle située dans la partie NO de la ville historique, sur le tracé de l’enceinte médiévale et moderne figurant sur le cadastre de 1832, et passant à l’extrémité nord du site. Deux sondages ont permis l’un, la mise au jour de vestiges de la fortification datés entre le xiie s., période au cours de laquelle cette partie de la ville est intégrée aux fortifications, et le xvie s., qui voit des remparts s’ajouter à l’enceinte. Le premier état se caractérise par un fossé qui n’a pu être appréhendé dans sa totalité, peut-être une escarpe talutée non revêtue. Il est partiellement comblé par la mise en place du terre-plein d’une fausse-braie qui a livré un mobilier céramique très fortement brassé, datable du iie au xiie s. Ce terre-plein s’appuie contre un mur d’environ 1,10 m constitué d’un appareil irrégulier de petits moellons de craie. La largeur du mur et sa facture laissent supposer qu’il ne s’agit pas d’un mur de solin d’une maison à pan-de-bois (qui n’excédait généralement pas 0,50 m à Troyes). Il est donc possible qu’il s’agisse d’un mur de courtine, malgré son épaisseur modeste. Ce mur d’enceinte est associé à un massif de maçonnerie circulaire d’environ 1,60 m de diamètre. Un important remblai de limon (1,80 m conservé), de nature identique à celui constituant le substrat, a été rapporté sur le terre-plein de la fausse-braie et s’appuie contre la courtine. Deux fosses recoupant ce niveau ont livré des tessons des xve-xvie s. Cet important remblai doit correspondre aux terres amenées pour renforcer la courtine.

2Les terres utilisées pour aménager le rempart semblent provenir du premier sondage. En effet, l’étude de la stratigraphie révèle la présence d’une importante dépression d’origine anthropique entamant les limons jusqu’à la craie. Le mobilier céramique date les niveaux de comblement du xiiie au xvie s. Il semble toutefois possible que la céramique antérieure à l’époque moderne soit intrusive. En effet, avant le comblement de la grande fosse d’extrac­tion du limon destiné au rempart, une cave a été aménagée, ses murs et sa voûte montés avec des moellons de craie assisés comportant des traces de bretture. Seul l’angle SE de cette cave a pu être étudié, le reste de la construction se trouvant hors de l’emprise de la tranchée de diagnostic.

3Les sources écrites du xvie s. témoignent de la présence de plusieurs bâtiments : deux jeux de paume ainsi que deux corps de maison et une cave. Elles situent aussi au fond du terrain le rempart de terre mis au jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Roms, « Troyes (Aube). 130, rue du Général de Gaulle et 9, rue Argence », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 179-180.

Référence électronique

Cédric Roms, « Troyes (Aube). 130, rue du Général de Gaulle et 9, rue Argence » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19583

Haut de page

Auteur

Cédric Roms

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Roms

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals