Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 2. – Fouilles préventives

Châlette-sur-Loing (Loiret). La Petite-Pontonnerie

Responsable d’opération : Nicolas Peyne et Thomas Creissen
p. 182

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Après un premier diagnostic archéologique (M. Rué, INRAP, 2007), qui avait permis de repérer un site rural médiéval, la fouille a mis au jour quatorze silos répartis en deux batteries distinctes. À la plus développée de ces aires d’ensilage (10 silos) étaient associés quatre trous de poteau à fond plat, probables vestiges d’un grenier aérien d’une surface de 10 m2 environ. Un cinquième trou de poteau, situé à proximité et présentant un profil en V, pourrait témoigner de l’accès à ce grenier. En périphérie, trois grandes structures excavées de forme circulaire ou ovalaire ont été repérées (1,30 x 2,50 m pour la plus petite, 3,70 x 3 m pour la plus grande ; profondeur voisine de 0,80 m). Aucun vestige de couverture de ces structures de stockage n’était préservé. Entre les deux batteries de silo se développe un secteur vierge de tout aménagement en dehors d’une structure formée par trois creusements peu profonds se recoupant. Sa fonction, comme celle de ce secteur, n’a pu être déterminée.

2L’ensemble correspond à un modeste établissement rural destiné au stockage de la production agricole. Aucune habitation n’a été repérée dans les abords immédiats. Aucune trace de fossé ou d’un autre système de délimitation n’est conservée. L’analyse des prélèvements n’a pas permis d’identifier la nature des produits stockés. Le volume estimé des silos, souvent très arasés, oscille entre 0,9 et 2,5 m3. Aucun aménagement spécifique n’y est documenté ; il est impossible de se prononcer sur le système d’obturation originel. Dans la plus grande des structures excavées, des lambeaux d’un niveau d’occupation étaient préservés.

3L’étude des comblements indique qu’ils sont essentiellement constitués de dépôts d’origine locale. Le mobilier, relativement abondant et varié (céramique, faune, métal, fragment de meule), invite à en attribuer la provenance à un habitat voisin. Le matériel céramique permet de dater l’ensemble entre la fin du xe et le milieu du xie s.

4Le site n’a pas été brutalement abandonné. Les structures ont été soigneusement et systématiquement comblées après leur abandon. Le secteur a probablement continué à être exploité par la suite, mais aucun témoignage de ces occupations postérieures n’a été perçu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Peyne et Thomas Creissen, « Châlette-sur-Loing (Loiret). La Petite-Pontonnerie », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 182.

Référence électronique

Nicolas Peyne, Thomas Creissen, « Châlette-sur-Loing (Loiret). La Petite-Pontonnerie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19623

Haut de page

Auteurs

Nicolas Peyne

Thomas Creissen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Nicolas Peyne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Thomas Creissen

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals