Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 2. – Fouilles préventives

Fontenai-sur-Orne (Orne). Les Fresneaux

Responsable d’opération : Vincent Carpentier
p. 185-186

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le site médiéval des Fresneaux a donné lieu à une fouille qui a concerné une vaste portion de terrain située sur la pente dominant la rive sud de l’Orne, en surplomb immédiat d’un bassin marécageux de plus d’une centaine de mètres de largeur. L’essentiel des vestiges mis au jour appartiennent à une occupation médiévale complexe. Plusieurs phases successives marquent l’occupation médiévale, qui succède à quelques témoins de présence erratique remontant à l’Antiquité.

2La première phase se rattache au haut Moyen Âge. Les vestiges se caractérisent par leur dispersion importante de même que par leur déploiement en contexte ouvert, atypique dans la région. Il s’agit d’un fond de cabane apparemment isolé, mis au jour en limite sud de la fouille, et d’un ensemble de fosses réparties en petits groupements disséminés, parmi lesquelles plusieurs silos. La céramique est rare, les éléments mobiliers les mieux représentés correspondent à des fragments de meules rotatives en granite et de meules dormantes. Des échantillons de charbons associés à des restes de céréales carbonisées ont été prélevés dans les silos pour datation.

3La seconde phase d’occupation médiévale est davantage organisée ; elle comprend, d’une part, un petit établissement fossoyé implanté les pieds dans l’eau, juste sur la rive du marais, et, d’autre part, un parcellaire quadrangulaire formé de plusieurs unités accolées, desservies par un chemin de terre et abritant plusieurs grands édifices sur poteaux, qui se déploie parallèlement au marais de l’Orne. Cet ensemble date des xie-xiie s. si l’on en juge aux quelques tessons de céramique à pâte claire, associés à des bords en bandeau, recueillis dans les contextes en creux aux abords ou dans l’emprise des bâtiments. Les fossés parcellaires n’ont livré que très peu de céramique propre à préciser leur datation ou un éventuel phasage : ils semblent avoir été rapidement comblés, apparemment pour laisser place à une palissade.

4L’établissement fossoyé n’est pas compris intégralement dans l’aire de fouille. La partie fouillée correspond à une petite terrasse ceinte d’un puissant fossé en forme de fer à cheval, profond d’environ 3 m pour quelque 6 m d’ouverture, et qui débouche dans la zone inondable, rejoignant un bras de l’Orne. La terrasse accueille en son centre un grand bâtiment sur poteaux plantés, environné d’un ensemble de trous de poteau et de quelques fosses. On dénombre parmi eux plusieurs silos du haut Moyen Âge recoupés par des aménagements plus récents et/ou par le fossé de ceinture. Les structures supposées postérieures à l’an Mil ont livré une quantité très réduite de mobilier, notamment des fragments de tuiles plates, assez comparables à ceux mis au jour à quelques kilomètres de là, à la périphérie d’Argentan, dans un silo associé à une habitation des xie-xiie s. Le fossé, au profil en « V », s’est trouvé comblé en deux temps par un apport initial de limon brun, fortement hydromorphe, dans la zone basse du site ; il contenait quelques rares éléments en rapport avec l’occupation (fragments de tuiles, pièces métalliques, dont une clé et un fragment de fer à cheval, faune). La forte chape de calcaire qui le surmontait suggère le remblaiement délibéré d’un talus de bordure interne. Le fond du comblement, positionné dans l’eau, a donné lieu à des ­prélèvements palynologiques dont l’étude, couplée à d’autres informations de même nature recueillies hors du site, permettra de fournir un premier référentiel paléobotanique pour cette région.

5Le prolongement de cet établissement extérieur à l’emprise paraît comprendre un second terre-plein ou plutôt un petit tertre dont l’arase est visible au niveau des labours. L’ensemble évoque de manière relativement classique un petit habitat fossoyé de type maison-forte, dont on connaît de nombreuses illustrations régionales, notamment dans les fonds de vallée, alors que les exemples fouillés demeurent fort peu nombreux à l’heure actuelle en Normandie.

6L’autre partie de cette occupation correspond à une petite exploitation en rapport avec l’établissement fossoyé. Sa vocation agricole est démontrée par de nombreux restes osseux, instruments de mouture et restes carpologiques. Les bâtiments sur poteaux n’ont livré aucun indice sur leur fonction domestique ou autre mais ils témoignent d’une proximité formelle avec les édifices des xie-xiiie s. récemment mis au jour en Normandie (Argentan, Vieux-Fumé, Bouafles). Toutefois, aucun de ces sites n’a livré une configuration similaire à celle de Fontenai-sur-Orne, qui réunit sur un même lieu (fond de vallée) un système parcellarisé d’envergure limitée abritant des bâtiments, avec un site fossoyé caractéristique de la petite aristocratie rurale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Carpentier, « Fontenai-sur-Orne (Orne). Les Fresneaux », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 185-186.

Référence électronique

Vincent Carpentier, « Fontenai-sur-Orne (Orne). Les Fresneaux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19667

Haut de page

Auteur

Vincent Carpentier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Carpentier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals