Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 2. – Fouilles préventives

Giberville (Calvados). Delle de derrière l’Église

Responsable d’opération : Vincent Carpentier
p. 186-187

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic au NE de la périphérie caennaise a concerné une surface d’environ 2 ha, au pied du versant occidental de la vallée de la Gronde, modeste affluent de l’Orne. Le site se trouve en bordure immédiate de l’agglomération et de l’église paroissiale de Giberville dont l’origine peut être attribuée à l’époque mérovingienne sur la foi de sa dédicace à saint Martin. Au pied du versant, sur la rive d’un petit marais arrosé par la Gronde, ont été signalées, vers 1830, les ruines d’un grand édifice en pierre attribué aux iie-iiie s. La fouille, conduite sur toute la hauteur du coteau dominant ce marais, a permis de reconnaître un habitat groupé de la même période, formé de plusieurs constructions à fondations de pierre, implantées au pied du versant. Ces vestiges s’inscrivent au sein d’un réseau parcellaire également attribué au Haut-Empire, dont l’extension, observée au nord de l’habitat, en direction de l’église, se prolonge hors emprise à l’est et à l’ouest. Divers témoins d’occupation de la même époque (trois puits, plusieurs groupes de fosses et de silos) y ont été mis au jour. L’occupation gallo-romaine trouve son terme dans le cours du iiie s., mais de nombreux vestiges archéologiques recensés aux alentours confirment la pérennité de noyaux d’occupation limitrophes pour l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

2À cette période se rattache un groupe de fonds de cabane. Trois d’entre elles sont concentrées dans l’angle SE d’un grand bâtiment gallo-romain dont elles recoupent les ruines. Ces installations n’ont livré aucun élément de datation précis, à l’exception d’une poignée de tessons tournés à pâte grisâtre, rugueuse, caractéristique des productions locales du début du haut Moyen Âge. De plus, une fibule ansée symétrique a été recueillie à la surface des niveaux de démolition du bâtiment gallo-romain. Ces quelques indices vont dans le sens d’une fréquentation au moins ponctuelle du site au cours de la première partie du haut Moyen Âge. À ces témoins domestiques s’ajoute un ensemble funéraire (voir dans la rubrique Sépultures et nécropoles).

3À la suite d’un long hiatus – qui une fois encore, ne concerne que la stricte emprise de la fouille –, un dernier épisode dans l’histoire du site se traduit, au cours des xvie-xviiie s., par la création de deux réseaux successifs de fosses de plantations arbustives, à intervalles réguliers. Les fosses les plus anciennes offrent des dimensions plus réduites ; les plus récentes recoupent à plusieurs reprises le dispositif antérieur et se superposent. Presque toutes ces excavations ont livré du mobilier céramique, surtout des fragments de tuile, datant du Haut-Empire, associé à plusieurs reprises avec quelques tessons modernes (terres cuites glaçurées vertes, grès) qui fournissent un terminus post quem autour du xvie s., les plus récentes datant vraisemblablement plutôt de la seconde moitié du xviie voire du xviiie s. seulement. Dotées de parois verticales et d’un fond plat, ces fosses très comparables entre elles accueillent un remplissage hétérogène incluant dans une matrice limoneuse divers éléments rapportés (cailloutis, argile cuite, céramique, coquilles d’huîtres…), généralement inclus dans un mince lit de terre noirâtre situé dans la moitié inférieure du remplissage et surmontant un comblement plus argileux vers le fond. Cette disposition découle vraisemblablement d’apports d’engrais organiques associés aux plantations. Le mobilier semble provenir pour l’essentiel des terres formant le recouvrement de la parcelle, riches en fragments de tuiles romaines éparses, et, dans une moindre mesure, des apports d’engrais. Certaines excavations présentent de légères traces de rubéfaction antérieure au remplissage, laissées par une exposition au feu au niveau des parois. Ces fosses paraissent caractéristiques de plantations arbustives, en particulier fruitières, positionnées sur ce coteau idéalement exposé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Carpentier, « Giberville (Calvados). Delle de derrière l’Église », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 186-187.

Référence électronique

Vincent Carpentier, « Giberville (Calvados). Delle de derrière l’Église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19675

Haut de page

Auteur

Vincent Carpentier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Carpentier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals