Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 2. – Fouilles préventives

Houmeau (L’) (Charente-Maritime). Monsidun

Responsable d’opération : Thierry Cornec
p. 189

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1La fouille, menée sur une superficie de 5 ha, au nord de La Rochelle, a mis en évidence un bâti antique à vocation viticole, différents espaces d’inhumation (antiques et médiévaux) et un habitat du haut Moyen Âge. Ces différentes occupations, entre le iie et le xe s., s’intègrent à une maille serrée d’implantations antiques et médiévales déjà reconnues dans ce secteur côtier de l’Aunis.

2Le haut Moyen Âge, du vie au xe s., est représenté par 120 sépultures strictement réparties au sein d’un habitat plus lâche. L’ensemble paraît encadré par un réseau de fossés, dont une part héritée du réseau antique. L’architecture des tombes varie peu : à côté de tombes en pleine terre, le mode d’inhumation dominant est le coffre de dalles aménagé dans une fosse. Leur distribution n’est pas aléatoire : si des tombes isolées sont repérées, en particulier près des vestiges antiques, elles sont le plus souvent groupées par lot allant de quatre à une ou deux dizaines d’individus, concentrés autour de bâtiments et d’aires de travail ou à l’intérieur d’un espace clairement limité par des fossés qui guident l’implantation en rangées. L’un des ensembles regroupe 10 sépultures en coffre, aux défunts parfois richement dotés (fibules, boucles d’oreilles, anneau, bracelets de perle de verre). Cet ensemble attribuable au viie s. est confiné dans un espace restreint, au nord d’une zone de travail (niveau de circulation, traces de foyer) encadrée par des silos. D’autres sépultures sont organisées en rangées autour de bâtiments ou d’espaces de travail, alignés le long des fossés.

3Les bâtiments, au nombre de quinze, sont le plus souvent réduits à des solins parfois combinés avec des trous de poteau, dessinant des plans incomplets. Le mobilier n’a pas permis de déterminer leur fonction, même si quelques foyers aménagés sont associés à certaines unités. La majorité des bâtiments est datable de la période carolingienne. Des aires d’ensilage et quatre puits aménagent l’espace médiéval.

4L’habitat et les espaces funéraires qui lui sont associés se déplacent à partir du xie s., selon un schéma classique, vers un nouveau noyau sans doute paroissial. Des traces ténues du bas Moyen Âge et de la période moderne ont été observées.

5L’habitat dense et organisé du haut Moyen Âge fait suite, sans hiatus important, à une occupation antique. Le site de Monsidun est l’occasion unique, dans cette région, d’appréhender sur une grande superficie l’évolution ininterrompue de l’occupation d’un territoire littoral sur près de dix siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Cornec, « Houmeau (L’) (Charente-Maritime). Monsidun »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 189.

Référence électronique

Thierry Cornec, « Houmeau (L’) (Charente-Maritime). Monsidun » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19695

Haut de page

Auteur

Thierry Cornec

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Cornec

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals