Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 2. – Fouilles préventives

Orange (Vaucluse). Secteur de l’Arc de Triomphe

Responsable d’opération : Guillaume Hairy
p. 193-194

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1Une fouille a succédé à deux diagnostics réalisés sur des terrains situés dans le secteur septentrional de l’agglomération actuelle et occupés jusque-là par des friches industrielles et des maisons bâties le long de l’avenue de l’Arc de Triomphe. Cet espace correspond à la périphérie de la ville antique d’Arosio, à la limite de la zone urbanisée.

26500 m2 ont été explorés, répartis sur cinq zones. Les vestiges les plus anciens sont les restes d’un bassin-canal gallo-romain monumental, se développant le long du cardo maximus de la cité antique. Sa mise en œuvre (des murs à exèdres) ainsi que le paysage environnant traduisent certainement un ensemble d’agrément. L’intérieur du bassin n’a en revanche délivré aucune information sur son origine et sa fonction. Il reste que ce bassin a été précocement abandonné et détruit, devenant une source de matériaux de construction, récupérés ponctuellement des périodes les plus anciennes jusqu’au xixe s. Une petite nécropole fait suite à une phase d’abandon et de destruction du bassin. Elle a livré dix sépultures, dont cinq en pleine terre et cinq sous dalles de couverture. Toutes étaient orientées E-O, sans dépôts associés significatifs. Cette nécropole, probablement tardo-antique, est associée aux vestiges d’un espace bâti antérieur dont seules restent les fondations en matériaux récupérés. Cette zone encaissée a été abandonnée rapidement. Une succession de dépôts alluvionnaires marque cet abandon jusqu’au xviie s. dans les zones les plus basses. Les premières réoccupations avérées sur le site se situent aux alentours du xe-xie s. sous forme essentiellement de fosses ou de fossés, voire de limite parcellaire. Le xive s. connaît une occupation domestique qui s’intensifie et devient avérée au xviie s. On lit, à travers toutes ces phases, une évolution marquée de la topographie des lieux, en léger contrebas pour les périodes antiques, par rapport à la Voie d’Agrippa, puis très encaissée à l’est pour les périodes tardo-antiques. Suite aux phases d’abandon et de dépôts alluvionnaires, le niveau remonte sur un même plan pour rester sensiblement le même du xviie s. à nos jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Hairy, « Orange (Vaucluse). Secteur de l’Arc de Triomphe »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 193-194.

Référence électronique

Guillaume Hairy, « Orange (Vaucluse). Secteur de l’Arc de Triomphe » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 04 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19727

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Hairy

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals