Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 2. – Fouilles préventives

Trois-Rivières (Guadeloupe). La Pointe de Grande Anse

Responsable d’opération : Martijn van den Bel
p. 196-197

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le site comprend une occupation troumassoïde (précolombienne) et une ou plusieurs occupations historiques (xviiie-xxe s.). La fouille n’a concerné qu’une partie du terrain auparavant diagnostiqué (2952 m²), dont ne faisaient partie ni les ruines de deux fours en élévation, ni celles d’une ancienne poterie (G. Fidelin 1785-1821). Après l’abandon de la poterie, le terrain est vendu à J.-B. Moësse qui y installe une sucrerie. Finalement, au xxe s., la propriété est achetée par la famille Butel qui en fait la plus grosse distillerie de Trois-Rivières.

2Le site, sur un petit éperon de 5,60 m d’altitude constitué d’une coulée de lave, domine l’embouchure de la rivière de Grande Anse, à environ 60 m du bord de mer. La topographie du terrain a été modifiée par l’implantation des bâtiments de l’époque coloniale (habitation, poterie, et distillerie) et, plus récemment, par la construction d’une piscine municipale et d’une discothèque. Plusieurs ensembles de trous de poteau et de sablières, vestiges de petites maisons, et deux bassins de décantation ont été découverts.

3Les maisons figurent sur la Carte des Ingénieurs du Roi (1764-1768) : elles constituent un ensemble de plusieurs bâtiments alignés sur la rive droite de la rivière de Grande Anse. Vu leur alignement, il s’agit vraisemblablement de cases d’esclaves, ce qui devra être confirmé par l’étude du mobilier colonial. Ces maisons ou cases ont une forme rectangulaire orientée E-O et mesurent 7,30 par 4,50 m. Elles sont constituées d’une vingtaine de poteaux enfouis dans une sablière. Les poteaux sont généralement calés avec des fragments de briques et/ou de galets de rivières et espacés d’environ 1 m. Ce nombre élevé de trous de poteau pourrait donner un bâtiment assez cloisonné. L’absence de tout élément de construction repéré lors de la fouille indique une construction en matériaux périssables dont toute la superstructure a disparu. L’hypothèse la plus probable est celle de parois à gaulettes et d’une couverture à feuilles séchées ou de bardeaux. Le bâtiment, monté sur des sablières, était hors sol. Pour cette raison, l’organisation interne du bâtiment est difficile à entrevoir. À l’intérieur se trouvent huit trous de poteau, dont deux « paires » et un poteau central semblent contemporains. Dans ce cas, le plan axial correspond vraisemblablement à une construction avec un toit à double pan dont la faîtière et les poinçons reposent sur les poteaux à paires ou centraux. Il est difficile d’indiquer l’entrée (ou les entrées) d’une construction hors sol, mais la présence de beaucoup de blocs de roches dans la sablière ouest pourrait marquer l’emplacement d’un escalier en pierre.

4Les bassins de décantation concernent deux creusements séparés par un alignement de blocs, dont certains taillés. Les parois sont droites et creusées dans le sous-sol et le fond des bassins est plat. Le premier, de forme rectangulaire (longueur : 3,88 m ; largeur : 1,74 m ; profondeur maximale : 0,40 m), a été rempli avec une argile grasse et peu sableuse d’une couleur bleu gris. Le second, carré, antérieur au bassin rectangulaire, a été comblé ­volontairement. Dans son remplissage, hétérogène, deux trous de poteau, peut-être contemporains du bassin rectangulaire, ont été retrouvés. La fonction de ce type de creusement est probablement liée à la poterie. Le remplissage d’argile grasse, vraisemblablement abandonnée en place lors de la dernière occupation de la poterie, évoque un fouloir. L’habitation-poterie Fidelin à Terre-de-Bas a livré une structure similaire avec les mêmes dimensions ainsi qu’un « couloir » de blocs de pierre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martijn van den Bel, « Trois-Rivières (Guadeloupe). La Pointe de Grande Anse », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 196-197.

Référence électronique

Martijn van den Bel, « Trois-Rivières (Guadeloupe). La Pointe de Grande Anse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19771

Haut de page

Auteur

Martijn van den Bel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Martijn van den Bel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals