Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 2. – Fouilles préventives

Yves (Charente-Maritime). Villeneuve

Responsable d’opération : Guillaume Demeure
p. 197-198

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Une opération de fouille préventive au nord du bourg actuel d’Yves a couvert une emprise d’environ 4000 m2. Le site occupe une position à mi-pente entre les falaises d’Yves à l’ouest et des marais à l’est et au nord.

2Quelques éléments mobiliers témoignent d’une fréquentation du site dès la protohistoire, mais les premières occupations clairement identifiées sont un vaste ensemble de creusements. Il s’agit de carrières de sable couvrant environ 2000 m2, dont l’extension côté sud demeure inconnue. L’extraction se faisait soit en front de taille linéaire, soit en mode extensif là où la couche de sable est peu importante. Au total, on peut estimer à environ 350 m3 le volume extrait dans la partie étudiée, soit 525 tonnes pour une valeur moyenne de 1,5 tonne par mètre cube de sable. Le matériau exploité est un sable très fin. Il peut s’agir de sable destiné à la construction, mais on ne peut exclure l’hypothèse d’une utilisation en dégraissant pour la vaisselle. Ces carrières sont antérieures au xe siècle car plusieurs structures datées de cette époque viennent les recouper. Une série de fossés à profil en V dessine une trame parcellaire ancienne. Cet ensemble de fossés apparaît à une phase de transition entre l’abandon de l’exploitation du secteur en carrière et l’installation d’éléments liés à l’habitat.

3L’habitat est formé par trois bâtiments associés à plusieurs silos, un four et des zones de dépotoirs. Se pose l’habituelle question de la chronologie relative entre ces différents aménagements car, s’ils peuvent être regroupés au sein d’une même large phase ­d’occupation, il est plus malaisé d’affiner l’analyse en l’absence de contact physique entre eux. De même, il faut préciser que l’emprise réduite interdit une vision globale du site. On ne peut donc trancher entre un habitat isolé ou les marges d’un ancien village d’Yves vraisemblablement organisé autour de l’église Saint-Étienne, attestée à la fin du xie s. mais très certainement de fondation plus ancienne.

4Le bâtiment 1, sur solin de pierre destiné à une structure en matériaux périssables, couvre 45 m2. Avec son foyer bien construit et ses niveaux d’occupation domestique, il semble destiné à l’habitat. Sur les extérieurs se trouvent les traces d’un probable appentis protégeant deux silos. Le mobilier des niveaux d’abandon oriente la chronologie vers les xie-xiie s. Le bâtiment 2, plus fruste, doit être une annexe. Le mode de construction de ce bâti présente la forme d’un empierrement dessinant un espace rectangulaire pour une superficie d’au moins 21 m2. Cet empierrement ne constitue qu’un solin grossier. Enfin, quasi entièrement hors emprise, le bâtiment 3 tend à se rapprocher d’un habitat par son mode de construction, mais seule une fouille plus étendue apporterait une réponse claire.

5Les silos sont associés, au plus, deux à deux, et il ne semble pas y avoir de constante quant à leur position par rapport aux bâtiments. La contenance réduite des silos (0,86 m3 au maximum) et l’absence de construction en batterie orientent l’interprétation vers une fonction de réserve familiale. Il faut également noter la présence de zones de rejets alimentaires exclusivement constitués de coquillages. Chaque rejet présente un type de coquillage dominant (huître, pétoncle, patelle…).

6Le four se compose d’une fosse ovale de 1,10 m sur 1,94 m aux parois rubéfiées, qui constitue la chambre de chauffe. Un conduit court, l’alandier, s’ouvre sur une seconde fosse ovale de 1,66 m sur 0,94 m correspondant à l’aire de travail. Cette dernière joue également le rôle de cendrier. Elle est dotée d’un emmarchement taillé dans le substrat, facilitant l’accès. Ce four est un four domestique d’un type commun pour le haut Moyen Âge, qui servit ensuite de dépotoir. Le mobilier se rattache aux xie-xiie s.

7Pour finir, l’étude documentaire a mis en lumière une intense activité salicole à Yves à partir du xe s. L’établissement de cet habitat pourrait être la conséquence du développement de cette économie, même si aucun élément, mobilier ou immobilier, ne peut y être directement relié. De même, l’abandon de l’habitat paraît coïncider avec le déclin de l’activité saunière à la charnière des xie et xiie s. Le site connaît aussi un regain de l’activité d’exploitation de sable avec de nouvelles carrières au SO de la fouille. Le mobilier archéologique recueilli dans les comblements n’est pas postérieur à la fin du xive siècle. Après le xive s., la parcelle a une destination agricole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Demeure, « Yves (Charente-Maritime). Villeneuve », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 197-198.

Référence électronique

Guillaume Demeure, « Yves (Charente-Maritime). Villeneuve » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19787

Haut de page

Auteur

Guillaume Demeure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Demeure

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals