Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 4. – Prospections

Grasse (Alpes-Maritime). Centre historique : analyse archéogéographique du centre ancien de Grasse

Responsable d’opération : Émilie Cavanna
p. 203-204

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Une étude archéogéographique a été réalisée dans le cadre de la rénovation du Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) de la ville de Grasse, parallèlement à des prospections archéologiques. L’objectif était de mettre en évidence les éléments qui dynamisent et structurent l’organisation spatiale du centre ancien sur la longue durée. Ont ainsi été observés un certain nombre d’éléments qui remettent en question la vision traditionnelle de Grasse comme archétype de la ville médiévale provençale. Les résultats de l’étude montrent en effet une ville loin d’être figée depuis le Moyen Âge, mais au contraire en perpétuelle formation depuis des siècles, alors que le schéma classique du développement urbain de Grasse repose sur une extension linéaire entre le xie et le xive s., marquée par des remparts successifs, à partir d’un noyau primitif.

2Le développement urbain de Grasse s’appuie vraisemblablement sur un système complexe, de type polynucléaire. Plusieurs noyaux ont été identifiés comme de possibles pôles d’habitat et/ou d’activité. L’extension urbaine est loin d’avoir été linéaire, dans le temps et dans l’espace, puisque des îlots viennent créer des zones de tension morphologique, oblitérer des formes antérieures ou coloniser des espaces vides. La ville ne s’étend donc pas à partir d’un lieu, mais de plusieurs qui finissent progressivement par former le tissu urbain en se rejoignant, se recoupant, s’annulant. Grasse n’est pas le fruit d’une planification, ce n’est pas une « ville neuve » circonscrite dans une enceinte et entièrement occupée par des parcelles bâties.

3Ce système est également structuré par des axes de communication qui, par leur morphologie, semblent aller à l’encontre de l’image traditionnelle des rues médiévales. Loin d’être étroites, sinueuses et immuables, ces voies fossiles sont rectilignes et joignent les points importants de la ville selon des chronologies qui nous échappent encore ; on retiendra comme points stratégiques de desserte les portes, les marchés, les édifices religieux et la rêve (bâtiment de perception et de stockage des denrées taxées). Des connexions spatiales aujourd’hui effacées ont été reconnues, tout comme le déplacement de plusieurs mètres de certaines rues (démontré par les observations archéologiques sur le bâti). C’est le cas d’une voie de communication déterminante dans la structuration urbaine de Grasse (axe A) : en ligne strictement droite, traversant la ville de part en part, elle semble avoir occupé une position centrale, à un temps T de l’histoire, en formant un carrefour avec d’autres axes. L’hypothèse d’un déplacement vers la rue principale actuelle (dite rue Droite, associée peut-être à tort à la Carriera recta des sources écrites médiévales) a été posée et conduit à envisager un ­basculement de centralité au cours du temps.

4Parallèlement à ces éléments, il existe une portion de la ville plus « structurée ». S’appuyant contre la trame préexistante hétérogène, elle témoigne davantage d’une volonté politique de rectification du parcellaire que d’une formation spontanée. L’hypothèse d’un programme urbanistique, sous la forme d’une campagne de lotissement, voire d’une planification, est envisagée mais doit encore être étayée.

5La trame parcellaire de Grasse a ainsi enregistré un certain nombre de pulsations du développement urbain qu’il reste à replacer dans le temps. Ces observations ne doivent pas être considérées comme une fin, mais comme un point de départ à de nouvelles investigations archivistiques et archéologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Cavanna, « Grasse (Alpes-Maritime). Centre historique : analyse archéogéographique du centre ancien de Grasse », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 203-204.

Référence électronique

Émilie Cavanna, « Grasse (Alpes-Maritime). Centre historique : analyse archéogéographique du centre ancien de Grasse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19871

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Cavanna

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals