Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 4. – Prospections

Melrand (Morbihan). Lann Gouh

Responsable d’opération : Maud Le Clainche
p. 204

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1De nombreux travaux de reconstitution, d’expérimentation et d’observation sont menés sur le site depuis son ouverture au public en 1985. C’est particulièrement dans le domaine de l’architecture que l’archéologie expérimentale a démontré son intérêt comme moyen scientifique de consolidation de certains acquis ou comme révélateur.

2Après l’édification de chaumières, abri à bois, fours à pain et bergeries, un grenier sur pilotis a été achevé avec la pose d’un plancher de chêne et le bardage de la façade nord, peu exposée, fermée avec le même matériau. Une autre structure destinée à abriter les activités de tannerie et de forge est en cours de construction : un bâtiment en bois lui aussi, mais dont les parois sont prévues en bardage horizontal et vertical pour moitié, afin de tester l’efficacité de chacune des techniques. L’observation permanente du vieillissement des constructions, tant extérieur qu’intérieur (dégradation des bois, pourrissement des toitures, recouvrement par la suie des charpentes soumises à la fumée…), permet d’appréhender certaines réalités médiévales difficiles à envisager en l’absence d’éléments concrets sur lesquels s’appuyer. Par exemple, l’observation de la dégradation d’un bas fourneau depuis trois ans conduit à la constatation du caractère radical de la dispersion de ses matériaux constitutifs d’origine. Par ailleurs, de nouvelles tentatives de réduction métallurgique ont été, pour des raisons inexpliquées, un échec alors même qu’aucun paramètre n’avait été changé par rapport à la dernière réussite, montrant le caractère aléatoire de l’opération. Enfin, une série d’expériences sur le traitement des peaux ont été menées ; la production de cuir et fourrures, allant jusqu’à la teinture, a été réussie à plusieurs titres.

3Un questionnement récurrent sur la sécurité par rapport aux incendies a trouvé une réponse avec la destruction totale d’une chaumière et les dommages importants causés sur deux bâtiments annexes. Cet épisode a fait prendre conscience de la rapidité d’embrasement de ce type de construction, de l’impossibilité d’arrêter le sinistre une fois engagé et du peu de chance d’éviter la propagation des flammes. Qu’aucune trace d’incendie n’ait jamais été mise au jour dans les fouilles signifie que les habitants n’ont jamais eu à déplorer ne serait-ce qu’un début d’incendie : les bâtiments étaient très proches les uns des autres, les matériaux extrêmement inflammables, l’eau éloignée et au bas d’une pente. La surveillance devait donc être de tous les instants et l’alimentation du foyer bien maîtrisée. La fouille du bâtiment incendié est en cours, avec des informations qui s’annoncent tout à fait intéressantes (empreintes sur les murs, sols peu marqués, éboulements caractéristiques des murs…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Le Clainche, « Melrand (Morbihan). Lann Gouh », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 204.

Référence électronique

Maud Le Clainche, « Melrand (Morbihan). Lann Gouh » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19883

Haut de page

Responsable d’opération

Maud Le Clainche

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals