Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Lyon (Rhône). Galeries en « arêtes de poisson » de la Croix-Rousse

Responsable d’opération : Emmanuel Bernot
Notice rédigée avec Cyrille Ducourthial
p. 248-249

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique mené en juin et juillet 2008 à l’intérieur des galeries souterraines de la Balme Saint-Clair a été réalisé dans le cadre du projet de doublement du tunnel de la Croix-Rousse.

2Le réseau de galeries en arêtes de poisson se développe d’est en ouest, du Rhône à la rue Magneval. Il s’articule autour d’une galerie principale (la colonne vertébrale), longue d’au moins 156 m et marquée par trois coudes successifs, de part et d’autre de laquelle se déploient trente-deux galeries, organisées par paires (les arêtes). Chacune de ces arêtes, longue d’une trentaine de mètres et terminée en cul-de-sac, est reliée à la colonne vertébrale par un puits carré. À l’origine, ces seize puits remontaient à la surface et descendaient aussi vers une seconde colonne vertébrale, construite à l’aplomb de la première, dont elle reprend le plan sans cependant desservir d’arête.

3Toutes ces galeries, à l’origine maçonnées, présentent une homogénéité de construction absolue, tant dans leurs gabarits que dans les matériaux mis en œuvre ; seules les hauteurs peuvent varier d’une arête à l’autre. À l’exception de quelques grès provenant du substrat local, les maçonneries sont composées de calcaire finement cristallin de couleur beigeâtre à rosâtre (calcaire de l’Aalénien). Les joints beurrés des parois ont systématiquement été soulignés à la pointe de la truelle et un mortier de finition a été appliqué à la jonction des parois et des retombées de voûte. Ce travail semble avoir été en partie réalisé par des enfants comme en témoignent plusieurs empreintes de mains et de très nombreuses traces de doigts, formant parfois des dessins, laissées dans le mortier frais. Enfin, le sol des galeries est formé d’un radier en hérisson recouvert d’une chape de mortier de bonne tenue. Le radier empêche la formation de poches d’eau à la base des murs dont il garantit ainsi la bonne conservation. La chape et le hérisson stabilisent les parois des galeries qui ne sont généralement pas fondées plus profondément que la base des radiers. Au total, pour le réseau en arêtes de poisson, plus de 1,4 km de galeries ont été creusés et maçonnés : environ 960 m de galeries en arêtes, 312 m de colonnes vertébrales et environ 144 m pour les galeries situées sous la rive du fleuve. À cela, il faut ajouter les seize puits qui, à eux seuls, représentent une longueur cumulée estimée à près de 480 m.

4Au nord, plusieurs autres galeries (les antennes) s’inscrivent dans la continuité de cet ouvrage. Elles sont connectées aux arêtes de poisson par l’intermédiaire d’une galerie de 123 m de long et se raccordant à l’un des puits de l’antenne sud. L’extension septentrionale du réseau est formée de deux galeries linéaires, dont l’extrémité est localisée à proximité de la rue des Fantasques. L’antenne nord, qui peut être restituée sur une longueur d’au moins 215 m, s’étend actuellement au-delà de l’église Saint-Bernard. L’antenne méridionale est pour sa part conservée sur 296 m, ce qui situe son extrémité occidentale sous la rue Vaucanson. On trouve, plus au sud, une troisième galerie longue de 12,8 m et parallèle aux deux antennes. Ces trois galeries parallèles, orientées E-O, sont distantes les unes des autres de 12 à 13 m et ont été percées à des altitudes différentes. Enfin, elles présentent toutes les trois un pendage E-O, conforme au relief de la colline, avec un dénivelé important sous le versant qui s’adoucit nettement sous le plateau de la Croix-Rousse. Ces galeries ont une architecture en tout point comparable à celle des arêtes de poisson. Elles sont composées de tronçons horizontaux, mis bout à bout, en contrebas les uns des autres, afin de donner à l’ensemble le dénivelé souhaité. Ces tronçons, à l’origine symétriques d’une antenne à l’autre, sont raccordés les uns aux autres par des décrochements verticaux du sol et de la voûte, qui correspondent aux parois d’un puits débouchant probablement à la surface, comme dans les arêtes. On peut sur ce principe restituer vingt-trois puits au-dessus de l’antenne sud, dont dix sont attestés, et onze au-dessus de l’antenne nord.

5Plusieurs salles voûtées ont été construites, à intervalle variable, au-dessus des antennes. Elles semblent bâties sur le même plan, bien visible pour deux d’entre elles qui sont presque intégralement conservées. Près de onze salles peuvent être restituées grâce aux observations de terrain, aux plans anciens et aux documents d’archives. Neuf d’entre elles relient les antennes nord et sud ; les deux autres mettent en relation l’antenne méridionale et le petit tronçon de galerie situé plus au sud. On accède à ces salles par l’intermédiaire d’une ouverture aménagée dans la voûte de l’antenne nord, située en contrebas. De ce côté, une seconde trémie rectangulaire est également percée dans le berceau de chaque salle. Elle est surmontée d’un puits de plan carré bâti sur l’extrados de la voûte et remontant vraisemblablement à la surface. À l’opposé, la communication entre la salle et l’antenne sud, située près de 9 m en contrebas, se fait par un puits. Enfin, les galeries et les salles constituant l’extension septentrionale du réseau présentent des maçonneries similaires à celles des arêtes de poisson, tant dans leurs gabarits que dans leur mode de construction.

6L’extension nord du réseau s’étend sur une longueur d’au moins 300 m et comporte, dans son état actuel de dégagement, plus de 520 m de galeries. Leur étendue ne nous est cependant pas intégralement connue.

7Le percement des galeries du réseau s’est opéré à partir des puits. Ces derniers ont d’abord servi de repères topographiques, en permettant de projeter sous terre le plan qu’ils dessinaient en surface. Seule la galerie qui relie les antennes au réseau des arêtes paraît en avoir été dépourvue, ce qui constitue en soi une prouesse technique. Les puits ont ensuite été utilisés pour extraire les matériaux issus du creusement des galeries (constitués pour l’essentiel de sables molassiques), comme pour y acheminer les matériaux de construction. Sans doute ont-ils aussi servi d’accès pour les nombreux ouvriers que le chantier a dû mobiliser. Ils paraissent en revanche insuffisants pour avoir, à eux seuls, apporté l’éclairage nécessaire à ces travaux.

8L’ensemble du réseau formé par les arêtes de poisson et son extension nord fut édifié d’un seul tenant. L’homogénéité de la maçonnerie comme l’absence de trace de reprise montrent que le réseau en arêtes de poisson forme un ensemble architectural cohérent qui, de la rive du Rhône au plateau de la Croix-Rousse, relève d’une seule et même campagne de construction. Toutefois ce chantier semble avoir été brutalement stoppé sans être en tout point achevé. De plus, la découverte d’une galerie non maçonnée à l’ouest des arêtes de poisson, comportant deux départs en vis-à-vis, paraît témoigner d’une extension avortée. Enfin, les galeries ne semblent jamais avoir réellement servi. On n’y trouve ni trace d’utilisation, ni marque d’aménagement dans les maçonneries ou au sol pouvant témoigner de la présence de structures légères. Dans l’état actuel de la recherche, tous les éléments concordent pour faire du réseau en arêtes de poisson un accessoire de la citadelle royale de Lyon (citadelle Saint-Sébastien), construite en 1564 sur le plateau de la Croix-Rousse, sur l’ordre de Charles IX, et démantelée à la demande et aux frais de la ville en 1585. Pris dans sa globalité, le réseau s’articule autour d’une galerie principale qui met en communication la citadelle Saint-Sébastien et le Rhône. Cette galerie a deux fonctions : permettre l’accès à la forteresse à l’insu de la population lyonnaise et desservir, par l’intermédiaire de puits, les deux zones de stockage que sont, à un niveau supérieur, les arêtes de poisson (stricto sensu) et les salles de la partie nord du réseau. Chacun de ces entrepôts souterrains est en outre desservi par une galerie qui lui est propre.

9Leur approvisionnement pouvait se faire depuis le Rhône, il pouvait également s’effectuer par les puits situés à l’entrée des arêtes ou par les trémies aménagées dans les voûtes des salles, quoique ces dispositifs, indispensables à la construction, aient peut-être eu aussi pour fonction de ventiler le réseau. Cependant, même dotés d’emmarchements et d’échelles de bois, les multiples paliers imposés par le dénivelé de plus de 70 m qui séparait le Rhône de la citadelle rendaient sans doute la circulation très incommode, surtout dans l’obscurité : la faible lumière dispensée par les puits était arrêtée par les platelages qui permettaient leur franchissement au niveau supérieur. Ces difficultés restreignaient donc l’usage des magasins au stockage de matériel de peu de poids et de faible volume : vivres, munitions et armement léger à l’usage des troupes de la citadelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Ducourthial et Emmanuel Bernot, « Lyon (Rhône). Galeries en « arêtes de poisson » de la Croix-Rousse », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 248-249.

Référence électronique

Emmanuel Bernot, Cyrille Ducourthial, « Lyon (Rhône). Galeries en « arêtes de poisson » de la Croix-Rousse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19938

Haut de page

Auteurs

Cyrille Ducourthial

Articles du même auteur

Emmanuel Bernot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Bernot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals