Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Martailly-les-Brancion (Saône-et-Loire). Château de Brancion

Responsable d’opération : Emmanuel Laborier
p. 249-250

Entrées d’index

Année de l'opération:

2004
Haut de page

Texte intégral

1Une surveillance archéologique (2004) des terrassements préalables à la reconstruction, par les Monuments historiques, du mur de terrasse ouest du château de Brancion, en limite du bourg, a dû s’intégrer dans un chantier complexe, car la démolition du mur de terrasse et la question du talutage des terres de celle-ci n’étaient pas sans poser quelques problèmes de sécurité. À l’inverse, lors de la seconde phase, c’est la profondeur de la tranchée de fondation – qui devait atteindre le terrain naturel – qui a posé ces problèmes. Dans ce contexte, le rythme et la position des terrassements n’ont rien eu à voir avec une démarche archéologique, même si les équipes de l’entreprise de maçonnerie ont été très compréhensives. Les difficultés et les besoins techniques ont sans cesse nécessité l’enregistrement des informations telles qu’elles apparaissaient, sans approfondissement et sans comprendre dans le détail les ensembles stratigraphiques traversés. Néanmoins, le potentiel archéologique lié à la localisation de ces travaux, dans l’axe de la porte de ville et en bordure du château, a été confirmé par les nombreuses informations recueillies.

2En premier lieu, le secteur de la porte correspond au point bas du site de Brancion, encadré à l’est par la butte du château et à l’ouest par l’étagement du village dominé par l’église. Malgré les terrassements et les différentes constructions, on observe un pendage marqué d’est en ouest. Ce contexte de double pente rend parfois difficile la lecture des coupes successives liées aux spécificités des terrassements commandés par les travaux.

3Le niveau de surface a été identifié. Il s’agit de couches hétérogènes de terre brune argileuse et de petites pierres, contenant du mobilier archéologique (céramique, faune), dont un fond daté de la fin de l’âge du bronze. La pente fait penser à un niveau de colluvion entraînant du mobilier pouvant appartenir à une occupation située sur la butte aujourd’hui occupée par le château. Des éléments de mobilier confirment l’existence, dès la protohistoire, d’occupations humaines à Brancion, probablement en lien avec sa situation en hauteur sur un éperon barré.

4L’argile verte déplacée semble témoigner d’un important aménagement du site. La chronologie de ces travaux reste difficile à déterminer. En effet, la faible quantité de mobilier et son hétérogénéité ne permettent pas de proposer de datation précise entre la protohistoire et le début du Moyen Âge.

5Par la suite, les niveaux d’argile verte sont recouverts par des matériaux liés à une occupation du site au xie s. Cette période de l’an Mil renvoie aux élévations d’un grand bâtiment rectangulaire situé sur la plateforme sommitale du château et dont les élévations visibles actuellement sont en partie construites en opus spicatum. Au cours du xiie s., une sorte de terrasse est créée au pied de la butte castrale limitée au sud par un mur de soutènement orienté NO-SE. Des travaux sont effectués au château et à l’église ; la porte de ville est construite. À partir du xiie s., on entre dans Brancion, sur le côté sud du site, au pied de la butte portant le château, par une porte charretière formant un massif de maçonnerie en lien avec le rempart. Une fois cette ouverture franchie, on longe un talus plus ou moins aménagé, côté est, au pied de la forteresse, avant d’obliquer vers le NO en laissant à main droite un bâtiment installé sur une terrasse de remblais. Cette construction, qui doit certainement être rattachée au château, fonctionne au cours des xiie et xiiie s.

6Au cours du xive s., la limite interne entre le château et le bourg se transforme. Le bâtiment installé sur la terrasse dans la phase antérieure est arasé et un important mur construit en moyen appareil sert de soutènement au pied de la butte ; ainsi, le côté ouest du château se minéralise. Immédiatement au nord, un fossé sec vient séparer le château du village. C’est peut-être cet aménagement qui va nécessiter l’utilisation d’un pont-levis attesté dans la documentation écrite des xive et xve s. sans pour autant être localisé avec précision. On suppose également que la nouvelle maçonnerie peut appartenir à l’aménagement de l’accès au château depuis le village.

7Au cours du xviiie s., la limite entre le château et le bourg est à nouveau remodelée. Le remblaiement du fossé provoque une importante modification de la topographie allant jusqu’à créer une bosse là où il y avait un creux. Les éléments de remparts et autres constructions médiévales sont remplacés par un long mur de terrasse rectiligne partant du montant NE de la porte et bordant le côté est de la place qui s’étale jusqu’à la halle couverte moderne. La terrasse est mise en forme par l’apport d’une importante couche de terre qui recouvre l’ensemble des niveaux antérieurs. Cet aménagement a probablement été retouché dans le détail lors de la remise en forme du site par la famille de Murard à partir de 1860.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Laborier, « Martailly-les-Brancion (Saône-et-Loire). Château de Brancion »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 249-250.

Référence électronique

Emmanuel Laborier, « Martailly-les-Brancion (Saône-et-Loire). Château de Brancion » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19942

Haut de page

Auteur

Emmanuel Laborier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Laborier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals