Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Nancy (Meurthe-et-Moselle). Boulevard Joffre, centre de tri, ZAC Grand Cœur phase 1

Responsable d’opération : Stéphane Augry
p. 251

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique a été réalisé au sud de la ville de Nancy dans le quartier de la gare. Pour des raisons techniques d’accessibilité des terrains, trois tranchées archéologiques ont été complétées par l’étude détaillée de vingt et un sondages géo­techniques. Une courte étude documentaire a permis d’appréhender la topographie historique de ce secteur de l’agglomération. Des documents issus d’une campagne de prospection vieille de quarante ans ont également apporté un lot important d’informations.

2L’opération visait à reconnaître les vestiges situés au SO de la Ville-Neuve créée à la fin du Moyen Âge aux abords d’un vaste étang. La construction du front bastionné de cette partie de la ville commença à la fin du xvie s. et ne fut réellement terminé que vers 1620. C’est donc au cours de cette période que le bastion Saint-Thiébault fut édifié. Les fortifications furent détruites en 1661 après la restitution du duché à Charles IV. En 1670, la reprise de la ville par les Français entraîna la reconstruction des fortifications dans leur ensemble (1671 à 1679) avant qu’elles soient définitivement arasées en 1698. Seul un mur d’octroi défendait la ville au xviiie s. Cette chronologie permet de supposer deux états bien distincts pour le bastion situé sur l’emprise prescrite, celui du début du xviie s. et celui du dernier tiers du même siècle.

3Si l’archéologie n’a pas pu mettre en évidence ces deux états, le phénomène de résilience perceptible sur le cadastre actuel et les différents sondages géotechniques permettent de proposer une restitution du tracé du bastion relativement précise. Son niveau d’arase semble proche voire très proche de la surface actuelle. Ajoutons que ce bastion est probablement le seul témoin préservé de la fortification de la Ville-Neuve, le reste des ouvrages avancés de l’enceinte ayant été détruit par les mines.

4Les tranchées archéologiques ont mis au jour, essentiellement, des niveaux de remblais très certainement liés au terre-plein du bastion. Les segments de murs dégagés correspondent probablement aux fondations de bâtiments construits au xviiie s. La taille imposante d’un des murs tend à l’associer au bastion. À la vue de son orientation, il est interprété comme mur de soutènement du terre-plein ou comme mur associé à un ouvrage enterré de type casemate.

5Enfin des niveaux liés à l’étang Saint-Jean et aux fossés de la fortification ont été reconnus dans les carottages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Augry, « Nancy (Meurthe-et-Moselle). Boulevard Joffre, centre de tri, ZAC Grand Cœur phase 1 », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 251.

Référence électronique

Stéphane Augry, « Nancy (Meurthe-et-Moselle). Boulevard Joffre, centre de tri, ZAC Grand Cœur phase 1 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/19982

Haut de page

Auteur

Stéphane Augry

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Augry

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals