Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Diagnostics et surveillances de travaux

Romilly-sur-Seine (Aube). Les Vieux Moulins

Responsable d’opération : Vincent Marchaisseau
p. 252-253

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Le conseil général de l’Aube ayant pour projet la réhabilitation de cet ancien site industriel, une première phase d’évaluation a porté sur une superficie de 1,15 ha. Le site est constitué de plusieurs îles artificielles entourées de canaux encore en eau, alimentés par une dérivation de la Seine, le canal des Moulins. L’île centrale a accueilli le château des seigneurs de Romilly. Sa première mention remonte au début du xiiie s., alors que les premiers seigneurs apparaissent au milieu du xiie s. Les archives sont nombreuses et une vue cavalière de 1618 permet une restitution claire de l’état médiéval du site. Puis un bouleversement complet intervient à partir du rachat des forteresses par M. de Coëtlogon en 1719. C’est de cette période que datent les différents canaux dessinant une trame orthogonale ; les châteaux féodaux sont alors détruits et remplacés par un unique corps de logis dans le style Louis XV. Cette organisation a subsisté jusqu’à nos jours, malgré d’importantes destructions dues à l’implantation d’un moulin industriel et de silos à la fin du xixe s.

2Les deux zones de diagnostic sont situées sur les deux grandes îles septentrionales à l’intérieur du périmètre du château moderne. Malgré les difficultés rencontrées en raison de la profondeur d’apparition des structures et de la remontée de la nappe phréatique, pour la première fois des éléments médiévaux ont été mis au jour dans la ville de Romilly. En effet, neuf pieux en bois de chêne ont été relevés, dont sept dessinent le plan d’un édifice à deux nefs que nous n’avons pu dégager entièrement. Quatre pieux furent prélevés ; deux ont été datés par dendrochronologie de la seconde moitié du xiie s. : après 1165 avec restitution de l’aubier manquant pour l’un et 1187 pour l’autre (Willy Tegel, laboratoire Dendronet). Aucun mobilier n’était associé à ces structures. Il est difficile de rattacher ces bois au château féodal. Toutefois, dans la représentation de 1618, deux moulins hydrauliques sont figurés sur le canal ; ces bois pourraient appartenir au moulin amont ou du moins à une annexe de celui-ci.

3Trois fossés rectilignes, suivis sur plusieurs dizaines de mètres et comblés par des niveaux de craie plus ou moins damés, ont également été repérés. Leur largeur varie de 2,50 à 3 m pour une profondeur constante de 1 m et un profil en cuvette. Ces fossés se retrouvent sur le cadastre napoléonien et peuvent être interprétés comme de petits canaux, vraisemblablement liés à un bassin en eau situé dans la première zone diagnostiquée. Ce dernier n’a pas été retrouvé car toute cette partie est recouverte par une levée de terre de déchets contemporains ; cependant, un bloc de grès taillé (feuillures, traces de pics et reste de mortier) retrouvé dans ces niveaux pourrait en provenir. Le mobilier de ces structures se limite à des fragments de terre cuite architecturale et à un bord de pot à glaçure verte interne daté du xviiie s. En liaison avec ces fossés, une fondation en craie à double parement a été décapée sur 40 m de long. Conservée sur une unique assise, elle comporte une saignée centrale laissant penser à une fonction de drain. Pour finir, l’ensemble de ces structures semble lié à la reconstruction du château à partir de 1719 sous le seigneur de Coëtlogon. Le comblement des fossés participe visiblement à une volonté de remblaiement et d’assainissement de la zone, peut-être lors de la destruction des bâtiments modernes, en 1852-1853.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Marchaisseau, « Romilly-sur-Seine (Aube). Les Vieux Moulins », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 252-253.

Référence électronique

Vincent Marchaisseau, « Romilly-sur-Seine (Aube). Les Vieux Moulins » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20010

Haut de page

Auteur

Vincent Marchaisseau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Marchaisseau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals