Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Fouilles préventives

Château-Chervix (Haute-Vienne). La tour

Responsable d’opération : Guillaume Demeure
p. 257

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008
Haut de page

Texte intégral

1Suite à une initiative de l’Association des amis de la tour, un sondage a été réalisé à l’intérieur de la tour maîtresse de Château-Chervix, unique vestige encore en élévation de ce castellum des vicomtes de Limoges. Cette tour, qui présente des caractéristiques semblables à celles d’autres donjons de la vicomté de Limoges, s’inscrit dans la catégorie des tours-beffrois.

2Le sondage a concerné environ un tiers de la superficie du cul-de-basse-fosse (soit 10 m2) où 4 m d’apports divers s’étaient accumulés sur le substrat. Il a permis d’appréhender la stratigraphie sur toute sa hauteur dans l’angle SE de l’édifice où un phasage assez net est apparu. Le substrat a servi de socle aux fondations de la tour qui forment deux ressauts. La hauteur des assises varie afin de corriger les irrégularités du rocher, puis la tour se développe sur plus de 30 m de haut avec une partition en quatre niveaux. L’étude du site, menée par Christian Rémy au cours des travaux de restauration en 1999 et 2003, situe la construction de la tour à la fin du xiie ou durant la première moitié du xiiie s. Le mobilier recueilli dans les niveaux directement liés ou immédiatement postérieurs à cette phase de construction ne remet pas en cause cette fourchette chronologique.

3Le niveau bas de la tour semble avoir servi de dépotoir tout au long de la fin du Moyen Âge et une succession de couches riches en mobilier archéologique (faune, objets métalliques, céramique) y ont été découvertes. Cette accumulation paraît cesser au cours du xve s. Le dernier niveau de cette phase porte les traces de l’action du feu, peut-être s’agit-il des effets de l’incendie de 1553. En cas de fouille de l’ensemble de l’espace, ce sont ces niveaux qui présenteront le plus d’intérêt. Les couches suivantes sont moins homogènes et témoignent de l’abandon de la tour. Si elle semble toujours faire office de dépotoir plus ou moins régulier, l’importante quantité de matériaux de construction marque clairement les effondrements de toitures (tuiles plates à crochets) et de certaines parties hautes du bâtiment aux xvie et xviie s. Les chutes de pierres se poursuivent jusqu’au début du xxe s. marqué par le creusement d’un sondage profond le long du mur sud, probablement réalisé dans l’espoir de découvrir l’entrée d’un souterrain ou du mobilier remarquable.

4Enfin, même si les extérieurs n’étaient pas concernés par cette intervention, on peut néanmoins remarquer que les niveaux actuels se trouvent à 3 m au-dessus du substrat repéré dans la tour, ce qui ouvre des perspectives quant à la puissance stratigraphique de ces espaces.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Demeure, « Château-Chervix (Haute-Vienne). La tour », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 257.

Référence électronique

Guillaume Demeure, « Château-Chervix (Haute-Vienne). La tour » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20078

Haut de page

Auteur

Guillaume Demeure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Demeure

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals