Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Fouilles préventives

Crozant (Creuse). Château

Responsable d’opération : Mélanie Chaillou
p. 257-258

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007, 2008
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Crozant fait l’objet de campagnes de fouilles régulières depuis environ une dizaine d’années. Dans le cadre de la consolidation des structures bâties de la « porterie », une fouille préventive été confiée à la société Hadès.

2L’entrée du château, à l’extrémité sud d’un site qui s’étend sur un promontoire dominant la confluence de la Creuse et de la Sédelle, était autrefois accessible par un pont dont il ne subsiste que les vestiges de la culée nord et l’arase d’une de ses piles. Une surveillance des déblaiements effectués par les ouvriers, une étude du bâti et une fouille fine ont été menées entre décembre 2007 et mars 2008, au fur et à mesure de l’avancée des travaux et du montage des échafaudages.

3L’intérêt de l’étude d’un tel site est non seulement de connaître l’histoire propre du château, mais aussi de saisir l’évolution des partis pris défensifs d’une forteresse maîtresse des comtes de La Marche. Le comté a été vendu aux Anglais à la fin du xiie s. et le château de Crozant est passé, à la mort de Richard Cœur de Lion, aux mains de Hugues IX de Lusignan. En 1313, faute d’héritier mâle, le château devient l’apanage du futur Louis X qui l’intègre au royaume à son accession au trône. En 1327, ce comté est cédé aux Bourbons qui y installent des administrateurs, mais le roi le confisque en 1527, après la trahison du connétable. Occupé pendant les guerres de Religion, le château est démantelé en 1632 et c’est une ruine que vend Louis XIII en 1640.

4La dernière fouille du château, dont la synthèse est encore en cours, confirme que la zone de la porterie s’est fortifiée progressivement. L’hypothèse d’une tour porte-châtelet, déjà avancée par J. Denis lors des fouilles de 2004, est très probable, mais sa relation avec les autres constructions reste à affiner, les orientations des maçonneries mises au jour n’étant pas toujours cohérentes. Le renforcement des défenses de l’entrée du château, sans doute réalisé au cours du xiiie s., est marqué par la construction d’une batterie d’archères tout autour de la tour SO (tour C). Seule l’archère ACH 06 conserve sa niche, les autres ouvertures n’étant suggérées que par les piédroits de leur chambre de tir et aucune fente n’a subsisté.

5Toutefois ces défenses actives ont ensuite été pondérées par la construction d’une poterne au rez-de-chaussée (POR 15). En effet, son couloir menant au premier étage ne présente ni chicane, ni fermeture intermédiaire, ce qui offre un accès presque direct au château. C’est peut-être à cause de cette faiblesse qu’un mur a été construit au nord, pour barrer l’accès à la partie orientale de la porterie (MUR 61). Ainsi, les systèmes de circulation entre les différentes pièces de la porterie demeurent pour l’instant difficiles à restituer. L’érection d’un mur massif, perpendiculaire à la façade, construit en glacis du côté ouest, pose également des problèmes d’interprétation (MUR 44). Bâti avec peu de soin, sa largeur de près de 2,60 m au niveau de ses fondations montre qu’il avait une fonction de soutènement pour une structure importante, postérieure à la construction des archères, mais antérieure à celle du passage de la poterne. Il faut enfin noter l’imposante semelle maçonnée mise au jour au NE de ce mur et appartenant à l’éventuelle tour porte-châtelet (MUR 27 et 62). Celle-ci suggère l’existence d’un bâtiment exerçant des poussées importantes, peut-être élevé sur une ou plusieurs pièces voûtées.

Crozant. Château. Chronologie relative des structures de la zone de la porterie.

Crozant. Château. Chronologie relative des structures de la zone de la porterie.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Crozant. Château. Chronologie relative des structures de la zone de la porterie.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Chaillou, « Crozant (Creuse). Château », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 257-258.

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Crozant (Creuse). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20086

Haut de page

Auteur

Mélanie Chaillou

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélanie Chaillou

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals