Navigazione – Mappa del sito
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Fouilles préventives

Sens (Yonne). La poterne des Quatre-Mares

Responsabile dell'operazione: Jérôme Mercier
p. 262-264

Termini di indicizzazione

Anno dell'operazione :

2008
Torna su

Testo integrale

1Les observations réalisées dans le cadre d’une étude de bâti préliminaire à la restauration de la poterne des Quatre-Mares, boulevard du Quatorze Juillet, ont permis de confirmer son homogénéité. L’environnement construit de ces bâtiments ainsi qu’une portion de l’enceinte gallo-romaine ont également pu être abordés.

2La ville s’est établie à partir des années 40-50 sur la rive droite de l’Yonne. Entre les années 270 et la fin du ive s., la cité, appelée Senones ou civitas Senonum, connaît une importante transformation avec la construction d’une enceinte fortifiée. Ce castrum, de forme ovale et d’une surface d’environ 40 ha, fait partie des plus vastes enceintes construites en Gaule romaine.

3Au début du xiiie s., une porte fortifiée en maçonnerie soignée, en pierre de Paris, et décorée d’au moins une peinture à motifs végétaux vient aménager une brèche dans la courtine gallo-romaine.

4On accède aujourd’hui par un escalier de trois degrés à la porte surmontée d’un arc en plein cintre surbaissé. Deux contreforts massifs, surmontés de deux plateformes circulaires, saillantes et soutenues par des corbeaux en retrait, encadrent l’entrée de la ville intra-muros. Une stèle honorifique antique, jumelle d’une stèle conservée au Musée archéologique de Sens, a été découpée en six parties et deux d’entre elles ont été remployées pour réaliser ces corbeaux. Les blocs employés sont en moyen appareil et les joints qui les séparent sont épais (1 à 2 cm d’épaisseur) et lissés. Les assises sont régulières et l’ensemble de la construction montre le respect d’un plan d’ensemble, réalisé d’un seul trait.

5Deux sections de voûtes surmontent le passage encadré par le massif de la poterne. Elles se situent à deux niveaux différents et bordent les deux rainures parallèles de la glissière d’une herse qui court sur toute la hauteur de la poterne. L’intrados de l’arc limitant la glissière présente sur toute sa longueur les vestiges d’une peinture ornementale à motifs de rinceaux végétaux se développant d’est en ouest. Ce décor figure directement sur les claveaux de l’arc et semble contemporain de la construction de la poterne.

6Sur la terrasse couronnant la courtine, une construction ne comprenant qu’une pièce a été identifiée comme une maison de guet de la fin xvie-début xviie s. Son aspect a grandement été altéré depuis, mais des éléments de stratigraphie et sa localisation nous ont conduit à la placer dans l’ensemble défensif utilisé par la milice bourgeoise de Sens sous l’Ancien régime.

7Les indices stratigraphiques relevés sont venus renforcer les données des sources textuelles : la construction de la poterne est donc bien à situer dans le courant du xiiie s. Il en est de même pour tout l’ensemble architectural commandité par Garnier des Prés, selon trois phases de chantier proches.

8L’ensemble construit présente une grande homogénéité. Excepté quelques réparations ponctuelles, il montre des mortiers très proches entre eux. La maçonnerie s’appuie sur la brèche ouverte dans le rempart gallo-romain. Ses soubassements sont faits de blocs de grand appareil en remploi, sur lesquels est placée une maçonnerie de petit appareil régulier en grès, rythmé toutes les huit à dix assises par des cordons de briques superposées. Le tout est lié grâce à du mortier de tuileau. Deux phases de construction antiques ont été distinguées. Une dernière phase est venue couronner ce rempart à l’époque médiévale, avant le xiiie s. La tour circulaire à l’est de la poterne, enchâssée dans le mur d’enceinte, jusque-là considérée comme étant d’époque gallo-romaine, fait en réalité partie de cette phase de construction. Dans son noyau, nous avons néanmoins mis au jour les traces d’un premier état, antique, inédit à ce jour.

9Selon les éléments recueillis, il apparaît que cet ensemble architectural du xiiie s. pourrait être une construction au caractère exceptionnel, en rapport direct avec l’autorité (gouvernement de la ville) de son commanditaire. La poterne est une annexe directe de la maison. Elles formaient toutes deux un ensemble architectural majeur de la cité.

10L’origine du tracé « actuel » du rempart gallo-romain n’ayant jamais été complètement élucidée, différents éléments ont amené à envisager l’hypothèse d’une construction de l’enceinte en deux temps distincts. Parmi ces éléments, l’exhaussement des assises de fondation en grand appareil observé entre la poterne et la tour immédiatement à l’est semble intéressant. Son pendant existe au nord de la ville, également à proximité immédiate d’une autre porte. L’aspect du tracé global de l’enceinte est, de surcroît, peu régulier, ceci sans aucune contrainte de relief ou autre.

11Ces éléments pourraient plaider en faveur de l’hypothèse d’un projet d’enceinte initial dont la superficie aurait été revue à la hausse quelque temps après. Le point de jonction de ces deux projets se trouverait un peu à l’est de notre secteur. Le premier tracé se situerait donc à l’ouest, le long de l’Yonne, revenant jusqu’à quelque distance à l’est du secteur de la poterne. Son tracé aurait rejoint, à partir de ce point, le nord de la ville, en passant non loin du chevet actuel de la cathédrale. Les angles dans l’enceinte auraient ainsi été renforcés par l’exhaussement des fondations, afin de supporter les contraintes structurelles induites par le décrochement du tracé.

12Le second tracé, augmentant la superficie de la ville close, aurait fait l’objet d’une phase de construction ultérieure, en reprenant les modes de construction employés dans la première partie, la principale différence étant que le matériau employé dans le petit appareil lors cet agrandissement n’était plus le grès. La craie, pour une raison de source d’approvisionnement sans doute, est devenue très largement majoritaire. C’est d’ailleurs du petit appareil en craie qui est utilisé dans la reprise de la courtine.

13Quant à la datation de ces phases de construction, on sait que la fondation de l’enceinte repose sur des niveaux ruinés à la fin du iiie s. Ces observations se fondent essentiellement sur des niveaux situés à l’ouest, où le tracé d’un cardo secondaire a été détruit par le passage du rempart. Nous avons donc une bonne certitude concernant l’époque de sa construction (entre 270 et 300) dans cette partie de la ville. À l’est en revanche, la majeure partie du rempart ayant été démontée au xixe s., nous ne pouvons pas le dater avec précision. Si l’on admet que deux projets se sont succédé, suivant des méthodes comparables, il faudrait que ce soit avec un intervalle chronologique relativement faible. L’hypothèse, envisagée par certaines études, d’un agrandissement au ve s. paraît donc trop basse. Il est probable que seules quelques décennies se sont écoulées entre les deux projets.

14Si ces nouvelles données étaient confirmées, elles permettraient enfin de s’interroger sur la localisation de la cathédrale primitive, encore inconnue, dans l’angle NE de l’enceinte (comme à Beaune, ou Dijon).

Sens. La poterne des Quatre-Mares. Élévation générale ouest-est, phasage.

Sens. La poterne des Quatre-Mares. Élévation générale ouest-est, phasage.
Torna su

Indice delle illustrazioni

Titolo Sens. La poterne des Quatre-Mares. Élévation générale ouest-est, phasage.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/20134/img-1.jpg
File image/jpeg, 394k
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Jérôme Mercier, « Sens (Yonne). La poterne des Quatre-Mares », Archéologie médiévale, 39 | 2009, 262-264.

Notizia bibliografica digitale

Jérôme Mercier, « Sens (Yonne). La poterne des Quatre-Mares » [scheda archeologica], Archéologie médiévale [Online], 39 | 2009, online dal 08 mars 2019, consultato il 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20134

Torna su

Autore

Jérôme Mercier

Articoli dello stesso autore

Torna su

Responsabile dell'operazione

Jérôme Mercier

operazione (i) diretta (e) da questo archeologo

Torna su

Diritti d'autore

Archéologie Médiévale

Torna su
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals