Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 268

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://www.lebarri.com/montreal.php.

Texte intégral

1La fortification de Montréal-de-Sos est située sur un promontoire rocheux calcaire dominant de plus de 250 m une zone d’habitat de la vallée montagnarde du Vicdessos, affluent de l’Ariège. Au cœur du versant nord des Pyrénées, cet ouvrage s’inscrit dans un espace limitrophe des vallées andorranes et catalanes. Une enquête documentaire a permis de se rendre compte qu’il s’agissait d’un ouvrage majeur dans la géopolitique des comtes de Foix au xiiie s. Il formait – avec trois ou quatre autres castra, véritables nids d’aigle éloignés du monde civil – le cœur d’un ensemble défensif stratégique imposant, véritable réseau de fortifications.

2L’éperon de Montréal-de-Sos comporte deux parties distinctes, étagées, qui pourraient correspondre à une portion villageoise – sous-jacente et semi-enveloppante – et à un caput castri. Les vestiges de constructions visibles étaient rares avant la fouille. Des grottes éparses sur les flancs comportent des vestiges de structures dont certaines ont déjà été fouillées clandestinement. Des peintures ont été conservées sur les parois de deux baumes. Très célèbres, elles sont l’émanation d’une mystique récente liée à un catharisme fantasmé.

3Le site se trouve en montagne et ne s’atteint pas en véhicule. En dehors des recherches documentaires et archéologiques, il est l’objet d’un programme de valorisation de la commune d’Auzat et inclut des restaurations nécessitant de retrouver des savoir-faire qui utilisent des méthodes traditionnelles respectueuses de l’environnement, tel le transport muletier pour le dégagement des gravats et la montée des matériaux.

4De 2001 à 2003, des sondages implantés dans la partie supérieure du castrum ont montré la complexité du site tant du point de vue du bâti que de la densité des occupations. Depuis 2004, le cœur de ce château, c’est-à-dire le quartier situé autour de la tour maîtresse, est l’objet de fouilles programmées. La fouille 2008 clôture une opération triennale. Le phasage du site est maintenant mieux cerné.

5Une fréquentation ancienne, plus ou moins continue, mais qui n’est probablement pas une occupation permanente, a été reconnue depuis la fin de l’âge du bronze, avec une densité plus importante juste avant notre ère.

6Le château médiéval est bâti par les comtes de Foix à la fin du xiie s. lorsque leur suzeraineté s’affirme sur la vallée. C’est un ouvrage ostentatoire, dont l’objectif est la domination comtale sur les habitats du secteur. Le vaste site est d’emblée aménagé en grand, retaillé largement et doté d’une défense savante. Il est gardé par un châtelain, charge non héréditaire réservée à un fidèle du comte. Une garnison est parfois mentionnée. Le mobilier archéologique récolté indique que celle-ci n’était pas composée de militaires-paysans car les mobiliers agricoles sont absents des vestiges exhumés. Il semble que l’on ait plutôt affaire à des spécialistes, parfois des fidèles proches du comte de Foix l’accompagnant dans ses guerres. Occupé pendant plus de deux siècles de façon continue, le caput castri qui est l’objet de la fouille est plusieurs fois réaménagé. Au début du xiiie s., la pression des opérations militaires qui ont lieu à peu de distance provoque l’amélioration de la défense par l’ajout d’une grande enceinte. Au milieu du xive s., la réorganisation administrative et surtout fiscale du pouvoir du comte sur la vallée aboutit au réaménagement complet du centre du château. On construit de nouveaux bâtiments, les espaces sont redéfinis, et en même temps, on couvre les principaux bâtiments d’ardoises et de lauzes. Certaines pierres sont gravées de tables de jeu et de dessins divers, figuratifs ou non. L’une d’elles est ornée d’une rosace réalisée avec un compas tandis qu’une autre est le support d’un texte en occitan, annonce ou poème, écrit par un lettré. À la fin du xive ou au début du xve s., le château est désarmé. Il est rasé dans un contexte politique marqué par la francisation de l’élite et l’affaiblissement du pouvoir comtal fuxéen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 268.

Référence électronique

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20178

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals