Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2008
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Fouilles programmées

Bonneuil-les-Eaux (Oise). Donjon

Responsable d’opération : Didier Quenehen
p. 268-269

Entrées d’index

Année de l'opération:

2008
Haut de page

Texte intégral

1La motte de Bonneuil-les-Eaux appartenait aux seigneurs de Breteuil. La première mention connue date de 1119, à l’occasion de la cession de deux autels, par Galeran de Breteuil, en faveur de l’abbaye Notre-Dame de Breteuil. Par ailleurs, une bulle du pape Léon IX datant de 1049 confirme la fondation de cette abbaye par un seigneur de Breteuil. Il y est fait mention de la donation de biens à Bonneuil, notamment une part de l’autel. La seigneurie de Breteuil est intégrée par mariage au comté de Clermont à la fin du xiie s., Bonneuil est alors qualifiée de châtellenie dès le xiiie s. Le site castral semble être détruit dans les années 1430, comme le château de Breteuil. Il est probable que la motte de Bonneuil date de la première moitié du xie s., lorsque les premiers seigneurs de Breteuil, originaires de Chartres, s’installent dans la région, et qu’elle est contemporaine de la fondation de l’abbaye de Breteuil.

2L’étude archéologique du site castral de Bonneuil a débuté en 2001. En 2001 et 2002, un relevé topographique complet du site a été réalisé. Trois sondages ont été ouverts en 2005 et 2006. En 2008, une fouille programmée a été réalisée et un quatrième secteur de fouille a été ouvert.

3Sur la motte, un système de fortification a été relevé sur le rebord de la plateforme, avec un mur de taille modeste, renforcé de poutres parallèles entre elles et perpendiculaires à la structure maçonnée. Ce « mur armé » protège l’accès le plus facile de la motte, mais n’a pas été retrouvé en 2008 lors de l’élargissement de cette zone de fouille. D’autre part, en-dehors d’un foyer fouillé en 2006, la plateforme de la motte n’a pour l’instant révélé aucune trace de construction.

4Deux secteurs de fouille ouverts en 2005 et 2006 ont été réunis en 2008. L’objectif principal de cette zone est l’étude du système défensif de la partie méridionale du site. On y retrouve des traces de fortification maçonnée qui s’appuie sur des talus probablement plus anciens. Il est donc possible de déterminer deux étapes de fortification du site : la première de terre et de bois, la seconde maçonnée. La dernière étape de fortification correspond à une réduction de l’espace fortifié avec l’abandon d’une vaste plateforme au sud du site. Un sol en place a été dégagé en fin de fouille en 2008 dans un édifice qui semble s’appuyer sur la fortification. Le nouveau secteur de fouille ouvert en 2008 se situe dans la cour orientale, qui a probablement la fonction d’une haute cour. On y retrouve de nombreuses traces de destruction et d’incendie autour d’un bâtiment dont il n’a pas encore été possible de déterminer l’importance. Cet édifice comprend un foyer qui correspond très certainement à un atelier, ce qui traduit une évolution de l’utilisation du site et son importance devenue secondaire. La céramique retrouvée permet de dater la destruction de ce bâtiment durant la première moitié du xve s., ce que confirment les textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Quenehen, « Bonneuil-les-Eaux (Oise). Donjon »Archéologie médiévale, 39 | 2009, 268-269.

Référence électronique

Didier Quenehen, « Bonneuil-les-Eaux (Oise). Donjon » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 39 | 2009, mis en ligne le 08 mars 2019, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/20182

Haut de page

Responsable d’opération

Didier Quenehen

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals